Flash Infos:

Covid-19 / Enseignement public / Privation d’eau pour défaut de paiement : Environ 200 abonnements de la Soneb rétablis


127 Vues

Ph: DR-: L’eau potable à nouveau dans les établissements scolaires publics grâce au flair du Chef de l’Etat, Patrice Talon.

De l’eau potable revient enfin dans certains établissements scolaires publics du Bénin. En sa séance ordinaire du mercredi 13 mai 2020, le Conseil des ministres a pris des mesures urgentes de fourniture d’eau potable aux établissements scolaires publics et a décidé du règlement des arriérés de factures de consommation desdits établissements.  Une véritable opération de sauvetage menée de front par le président Talon et son équipe pour endiguer et enrayer la propagation du Coronavirus au Bénin.

Dans le dans le cadre de la lutte contre le Covid-19 et de la reprise partielle des cours ce lundi 11 mai, le Gouvernement a mis sur pied, un comité de reprise des cours dont la mission est de sillonner les établissements scolaires publics pour contrôler l’effectivité de la reprise des cours, la mise à disposition des kits de matériels sanitaires et d’informations et le respect des mesures prises par le Gouvernement. Cette démarche du Gouvernement s’est avérée très fructueuse et salvatrice pour les apprenants privés d’eau potable depuis des années dans certains établissements scolaires publics.

En effet, l’état des lieux sur la reprise des cours notamment au niveau des écoles et collèges publics, a révélé qu’un grand nombre d’établissement sont en situation de défaut de paiement de factures de consommations d’eau accumulées sur plusieurs années et leur abonnement résilié tant en milieu urbain qu’en milieu rural.

Ainsi, au niveau des écoles primaires publiques, « sur 1104 polices d’abonnements souscrites au réseau de la Société nationale des Eaux du Bénin (SONEB), 175 sont résiliées et donc suspendues de la fourniture d’eau potable sur plusieurs années ». Même son de cloche au niveau de certains collèges d’enseignement secondaire où « 22 polices d’abonnement ont été résiliées sur 260, toutes en défaut de paiement ».

Pourtant, selon le conseil des ministres, « le Gouvernement a libéré entièrement – ces trois dernières années – les subventions de fonctionnement desdits établissements qui devraient servir, entre autres, au paiement de ces factures ». Ce qui révèle une mauvaise gestion des subventions de fonctionnement mises à disposition par l’Etat dans certains établissements scolaires, privant ainsi les apprenants de l’eau potable à l’école ; seuls ceux qui ont de l’argent pourront se désaltérer en cas de soif durant les cours.

«A quelque chose, malheur est bon ! »

Entre autres mesures et gestes barrières à observer au niveau des écoles et collèges pour éviter la propagation du Coronavirus, il y a en priorité le lavage régulier des mains à l’eau et au savon. D’où la disponibilité de l’eau s’avère essentielle. Tenant compte de l’urgence de la situation, le Conseil a décidé de prendre en charge les frais nécessaires à la remise en état de fonctionnalité des installations. Ceci, à travers des mesures urgentes de fourniture d’eau potable aux établissements scolaires publics et le règlement des arriérés de factures de consommation desdits établissements.

Environ, 200 polices d’abonnement résiliées viennent d’être rétablies. Des milliers d’écoliers et élèves se trouvent ainsi sauvés et peuvent non seulement se désaltérer gratuitement, mais surtout se livrer aux gestes barrières de lavage régulier des mains, sans avoir à faire la corvée d’eau en ces périodes où le temps accule enseignants et apprenants.

En réalité, ces abonnements résiliés sont des arriérés de plusieurs années d’exercices antérieurs. L’eau étant vitale, il fallait prendre des mesures pressantes pour pourvoir ces établissements de ce liquide précieux. A cet effet, les ministres de tutelle concernés ont été instruits par le Conseil pour accomplir de toutes les diligences requises à cette fin.

Une  véritable opération de sauvetage que le président Patrice Talon et son équipe viennent ainsi d’enclencher pour libérer entièrement les subventions de fonctionnement et arriérés des trois dernières années, desdits établissements afin qu’ils puissent régler leurs différentes factures impayées. Un acte de grande portée sociale qui renforce le combat du Gouvernement contre la pandémie du Covid-19 sur tous ses aspects.

Aline ASSANKPON


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page