Flash Infos:

Bénin / COVID-19 / La riposte du Gouvernement : Des mesures systématiques de mise en quarantaine (Conseil des ministres)


6 606 Vues

Ph: DR-: Alain Orounla, Ministre de la Communication, porte-parole du Gouvernement béninois

En séance extraordinaire ce mardi 17 mars 2020, le conseil des ministres s’est réuni sous la présidence effective du Chef de l’Etat, Patrice Talon. Exclusivement, les travaux ont été consacrés aux nouvelles mesures à prendre en vue d’éviter la propagation de la pandémie COVID-19 au Bénin.

A cet effet, à la suite des dispositions antérieurement mises en œuvre, dans le cadre de la prévention de l’épidémie, le conseil a pris des décisions ci-après, valables pour une période de deux semaines pour compter du jeudi 19 mars 2020 à zéro heure :

  • Limitation à l’extrême nécessité des entrées et des sorties aux frontières terrestres de notre pays ; seules les traversées indispensables seront autorisées en liaison avec les autorités des pays voisins : des mesures de renforcement seront appliquées pour la mise en quarantaine systématique de toute personne suspecte ou qui tenterait de contourner le dispositif.
  • Restriction de la délivrance des Visas d’entrée au Bénin : mise en quarantaine systématique et obligatoire de toute personne venant au Bénin par voie aérienne.

En conséquence, le Gouvernement a décidé de la réquisition de milliers de chambres d’hôtels à cette fin. Les frais de quarantaine des nationaux seront assurés par l’Etat, tandis que les non-nationaux supporteront par eux-mêmes, lesdits frais. Les sites hôteliers concernés ont été déjà identifiés et leur surveillance sera assurée par les forces de défense et de sécurité afin de s’assurer du respect strict de la mesure de quarantaine.

  • Suspension de toutes les missions à l’extérieur du pays pour les membres du Gouvernement et pour les cadres de l’administration publique sauf en cas d’urgence absolue. Les structures et les personnes du secteur privé sont invitées à observer la même prudence.
  • Suspension de toutes les manifestations et tous autres événements non essentiels à caractère sportif, culturel, religieux, politique et festif.
  • Suspension des préparatifs du pèlerinage à la Mecque en cohérence avec les dispositions prises par les autorités saoudiennes.
  • Obligation pour les transporteurs en commun de doter leurs employés ainsi que les passagers des masques ou bavettes appropriés et de respecter les distances de sécurité sanitaire entre occupant.
  • Recommandation aux personnes éplorées de limiter au strict minimum les obsèques de leur défunt et de différer les manifestations subséquentes.
  • Recommandation aux responsables religieux de faire respecter lors des cultes, la distance de sécurité sanitaire d’au moins (1) un mètre entre les fidèles, d’éviter les poignées de mains, les accolades et tous autres gestes contaminants.
  • Obligation pour les banques, supermarchés, bars, restaurants, entreprises et autres Etablissements recevant du public, de prévoir des mesures de protection et d’hygiène et de faire observer par les clients et usagers la distance de sécurité sanitaire entre eux.
  • Mise à disposition par l’Etat au profit des pharmaciens, supermarchés et autres structures, de stocks de masque de protection dont les prix seront encadrés pour rester accessibles à l’ensemble de nos concitoyens.

Par ailleurs, le conseil rappelle que ces mesures ainsi que les consignes préventives, individuelles et collectives diffusées par les autorités sanitaires pour limiter la propagation du COVID-19 sont d’intérêt public et s’imposent à tous. Elles feront l’objet d’une surveillance stricte visant à garantir leurs respects effectifs.

Enfin, le Gouvernement tient à rassurer les populations qu’il a déjà commencé par acquérir des équipements et consommables nécessaires pour une prise en charge optimale des patients, en particulier, les appareils de réanimation et qu’il a déjà mobilisé avec l’appui des Partenaires techniques et financiers, une somme de 10 milliards de Fcfa, destinée à la riposte.

Le ministre de la Santé est instruit à l’effet de procéder au recensement du personnel médical d’appoint : médecins et paramédicaux retraités, réanimateurs et autres volontaires en vue de permettre à notre système sanitaire de faire face à toutes éventualités.

Un Comité gouvernemental de suivi fera une évaluation quotidienne de l’évolution de la situation en vue de la prise en temps indiqué des décisions idoines.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page