Flash Infos:

Rétro sur Secteur de l’Enseignement Primaire : Une éducation complète des citoyens de demain aptes pour impulser le développement du pays.


190 Vues

 

Ph: DR-: M. Salimane Kariou, ministre de l’Enseignement primaire et maternel

Socle du développement de toute nation, l’éducation à la base dite l’éducation primaire n’a pu échapper à la vague des réformes impulsées à tous les secteurs et sous-secteurs du Gouvernement afin de le rendre plus réelle conformément à la Constitution qui en fait une obligation : « Favoriser et offrir l’accès à l’éducation de base à tout Béninois ». Dans cette optique le Chef de l’Etat, Patrice Talon a pris le taureau par les cornes à travers trois axes d’actions stratégiques dans ce sous-secteur en 2019. Les cantines scolaires pour maintenir les écoliers à l’école, l’initiation à l’informatique et l’introduction de l’anglais dans le programme scolaire. Le challenge étant d’outiller les citoyens de demain, à être aptes pour impulser le développement du pays.

Une école, une cantine pour une éducation durable, inclusive

«Investir dans l’alimentation scolaire, c’est promouvoir le développement durable au Bénin » : c’est l’objectif que le Gouvernement de Patrice Talon veut atteindre dans son Programme d’action. Une école, une cantine pour une éducation durable et inclusive. Presque toutes les cantines scolaires sont opérationnelles dès le premier jour de la rentrée 2019-2020.

« Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie » l’atteinte de la cible 4 des Objectifs de développement durable (ODD), dont le point 4.1 exige aux Gouvernants  de faire en sorte que «d’ici à 2030, toutes les filles et tous les garçons suivent sur un pied d’égalité, un cycle complet d’enseignement primaire et secondaire gratuit et de qualité qui débouche sur un apprentissage véritablement utile ». La mise en œuvre de cette cible amène le Gouvernement de Patrice Talon a pris le taureau par les cornes en approvisionnant les écoles bénéficiaires des vivres avant la rentrée scolaire.

Relancé en 2017, ce programme vise en effet à favoriser une plus grande rétention à l’école des apprenants. Jadis, les apprenants (écoliers) sont exposés aux abandons, aux déperditions scolaires, à la sous-alimentation et à la faim. L’avènement du projet offre désormais aux écoliers des villes et des campagnes de meilleures conditions d’études.

Selon les responsables à divers niveaux de ce sous-secteur de l’enseignement primaire, c’est un exploit réussit par le Gouvernement, matérialisé par des résultats tangibles. Il s’agit entre autres de : l’effectivité de la fourniture de repas chauds aux apprenants dès le 16 septembre 2019, premier jour de la rentrée scolaire 2019-2020 ; Renforcement des capacités d’intervention du Programme de cantines scolaires et 51% de taux de couverture de dotation des écoles en cantines scolaires. « Au total 802.610 enfants dans 4.033 écoles sont impactés en 2019 ». Ces chiffres prennent en compte les cantines scolaires du Programme National d’Alimentation Scolaire Intégré (PNASI), du Programme Alimentaire Mondial (PAM) et du Catholic Relief Service (CRS).

Par ailleurs, la dotation budgétaire accordée au fonctionnement des cantines scolaires a été majorée. D’un milliard en moyenne jusqu’en 2017, elle est passée à 10,2 milliards en 2018, puis 14 milliards en 2019 et prévoit pour 2020, une allocation de 15 milliards de francs CFA.

 

L’initiation à l’informatique au primaire 

L’utilisation des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) dans l’éducation formelle au niveau de l’enseignement primaire apparait comme une phase expérimentale du projet. En effet la mise en œuvre s’appuie sur quatre (04) grands programmes à savoir : le programme TIC dans les Ecoles Primaires Publiques (EPP) ; le programme SANKORE ; les programmes Salle Numérique de la Fondation MTN et Salle Multimédia de l’ABSU-CEP du Ministère en charge du numérique. En 2019, la mise en œuvre de ces différents programmes donne les résultats suivants : l’expérimentation renforcée est étendue à 160 écoles des 12 départements du pays ; 36314 écoliers des classes des Cours Elémentaires (CE) et Cours Moyens (CM) sont impactés.

Le programme l’initiation à l’informatique au primaire a coûté en 2019,  1.238.324.000 francs CFA y compris la formation des enseignants des écoles bénéficiaires du programme à l’utilisation et à l’entretien des équipements. Au cours de la présente année scolaire 2019-2020, le programme s’étendra à vingt (20) nouvelles Ecoles Primaires Publiques (EPP) déjà présélectionnées.

L’introduction de l’Anglais au primaire

Egalement dans une phase pilote, ce projet  affiche pour 2019, 216 écoles primaires publiques sous l’encadrement pédagogique de cent huit (108) maîtres expérimentateurs à raison de 36 pour le CI, 36 pour le CP et 36 pour le CE1 ; 25115 apprenants des CI (6857 garçons et 6242 filles) et CP (6215 garçons et 5801 filles) sont impactés. Il faut noter que la phase expérimentale couvre les douze départements sans les statistiques du CE1. La formation s’appuie donc sur les documents didactiques (référentiel et programmes d’anglais au CI, CP et CE1, modules de formation des maîtres expérimentateurs d’anglais au CI, au CP et au CE1, guide de l’enseignant d’anglais au CI, au CP et au CE1) élaborés à cet effet.

Et des actions d’envergure

A l’instar de ces actions phares menées au niveau de l’enseignement primaire, d’autres actions non moins importantes ont été entreprises dans ce sous-secteur. Il s’agit entre autres de : la mise en œuvre effective du plan d’amélioration de la qualité de l’éducation avec les déroulements effectifs et successifs du diagnostic physique du sous-secteur ; l’évaluation des capacités intellectuelles des stagiaires issus des Ecoles Normales d’Instituteurs (ENI) et des Etablissements Privés de Formation d’Instituteurs (EPFI) et l’évaluation des connaissances professionnelles des enseignants de la maternelle et du primaire reversés en ACE en 2008 et en cours de reversement.

Au total, 1.600.000 cahiers d’activités à raison de 400.000 par champ de formation pour un montant total de 500.000.000 de francs CFA ont été mis à disposition et distribués dans le cadre de la relance au titre de la rentrée scolaire 2019-2020 de la distribution des cahiers d’Activité de CI, CP de français et de mathématiques.

Notons également le renforcement des capacités des candidats au CEP/2019 avec la mise à disposition de la troisième édition de l’annale du CEP élaboré par le ministère en 8000 exemplaires, ce qui porte à 24.000 le nombre d’exemplaires d’annales réalisées de 2017 à ce jour. Et la réhabilitation et l’administration effective de l’épreuve de dictée aux candidats au Certificat d’Etudes Primaires (CEP) session de 2019 dans le cadre de la poursuite de la pratique de la dictée du CI au CM2 ainsi que dans les Ecoles Normales d’Instituteurs.

Ce sont là des réformes qui révolutionnent aujourd’hui l’Enseignement primaire au Bénin. Une éducation qui en fait prépare l’avenir de citoyens bien moulés dans un cycle complet d’enseignement primaire, de qualité qui débouche sur un apprentissage véritablement utile pour la société.

Aline ASSANKPON


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page