Flash Infos:

BCEAO/Semaine de l’Inclusion financière dans l’UEMOA : Informer les usagers des risques financiers et assurer leur protection en la matière.


134 Vues

Ph: DR-: Les panélistes sur l’éducation financière

 « La digitalisation au service de l’inclusion financière : Enjeux pour le secteur financier et les Etats membres de l’Uemoa » c’est le thème de l’édition 2019 organisée par la Banque centrale du Bénin au grand public ce vendredi 22 novembre 2019 au Canal Olympia de Cotonou. Evénement d’envergure régionale, la Semaine de l’Inclusion financière (SIF 2019)  s’est déroulée simultanément dans les huit Etats membres de l’Uemoa du 18 au 23 novembre 2019 ; la cinquième journée au plan national était consacrée à la sensibilisation sur l’éducation financière et la protection des consommateurs.

Démarrée le lundi 18 novembre 2019 par le lancement officiel  de la Semaine de l’Inclusion financière (SFI) par le Gouverneur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), Tiémoko Meliyet Koné, en compagnie du Gouverneur de la Banque centrale de Guinée et le ministre en charge des Finances du Sénégal. Les agents des banques centrales des huit Etats membres de l’Uemoa ont suivi en direct les travaux par visioconférence.  Mardi 19 novembre, les travaux de la SIF se sont poursuivis  au niveau de la banque centrale Bénin; Mercredi 20, c’était la journée des ateliers au plan national sur la digitalisation des paiements des Etats et les chaînes de valeur agricole au profit de l’administration publique ;  Jeudi 21, journée des Fintech, start-ups et financiers, avec à la clé un atelier sur les innovations financières ; Vendredi 22, est consacré au débat grand public en deux panels (L’éducation financière et La protection des consommateurs ) et enfin, samedi 23 novembre,  une foire sur  l’Inclusion financière a clôturé la semaine au stade de l’amitié Général Mathieu Kérékou.

Ces séances de sensibilisation s’inscrivent  en effet dans le cadre de la deuxième édition de la Semaine de l’Inclusion financière. « Il s’agit des problématiques inscrites au quatrième axe de notre plan d’action régionale de l’inclusion financière. Elle constitue des piliers essentiels à l’attente des objectifs d’inclusion financière des populations. Au regard des actions de formation en la matière, des programmes sur l’éducation financière au plan régional  a été élaborée pour servir de cadre de référence aux programmes nationaux. En vue de favoriser l’élargissement de l’accès au service financier et de contribuer à l’atteinte des objectifs de la stratégie régionale » a souligné le Directeur de l’Agence principales de la BCEAO à Cotonou, Symphorien Agbéssadji.

Le programme vise l’ensemble des populations  (les jeunes en milieu scolaire, les jeunes déscolarisés en apprentissage ou en auto-emploi, les femmes, les salariés des secteurs publics et privés, les personnes plus âgées, les populations rurales et les petites moyennes entreprises.

Saluant l’engagement constant du public autour des travaux qui marquent  cette édition, M. Agbéssadji explique  que ces catégories de personnes ne font pas partie des investisseurs institutionnels. «C’est des personnes qui ont besoin d’éducation, de connaissance et d’information  afin de faire face au défi plus en plus complexe du monde financier que nous traversons ».

L’objectif principal de cette deuxième édition est d’échanger avec les parties prenantes  sur les enjeux de la digitalisation des paiements par le secteur financier et les Etats membres de l’Uemoa et d’aborder les risques liés à l’utilisation des nouvelles technologies financières ainsi que les mesures à mettre en œuvre pour protéger les consommateurs des services financiers et enfin partager les meilleures pratiques en la matière. Il s’agit de les aider à faire des choix raisonnés.

C’est également l’occasion de présenter aux usagers les mesures prises par les autorités de régulation en vue d’assurer leur protection des services ainsi que les initiatives qui ont été menées dans ce sens par les différents acteurs au Bénin. « En dépit de ces initiatives, le niveau de l’inclusion financière demeure  encore malheureusement faible. Cette situation résulte de l’inadéquation de l’offre des services financiers avec les besoins des populations. De même, les innovations en matière financière modifient nos habitudes en matière de consommation. Ceci nous expose à plusieurs risques dont les plus émergents, c’est les risques de cyber-criminalité » avertit-il.

Les données des consommateurs constituent la réponse qui garantit la confiance  au niveau de l’Eco-système. Mais au regard de l’expérience, de la qualité des produits disponibles, sensibiliser la jeunesse sur l’éducation financière et la protection des consommateurs s’avère  nécessaire.

Notons que les activités de la Semaine de l’inclusion financière (SFI-2019) se sont déroulées  simultanément dans les huit Etats membres.

Aline ASSANKPON


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page