Flash Infos:

Utilisation des méthodes contraceptives modernes à Abomey Calavi : Quand la Planification familiale s’invite dans les ménages !


45 Vues

De nombreuses formations sanitaires au Bénin, disposent d’un service de planification familiale pour l’offre des produits contraceptifs à la population. Dans la commune d’Abomey Calavi où le taux de prévalence contraceptif est relativement faible, l’offre des services a gagné les ménages grâce aux relais communautaires. Un reportage réalisé au centre de santé communal d‘Abomey Calavi nous a permis de comprendre l’état des lieux de la planification familiale avec la contribution de cette cible.

Romain Alokpo, Roméo Mêvo, Aliou Tchacha, Patrice Hounkpê sont entre autres, des relais communautaire intervenant dans la commune d’Abomey Calavi ; l’une des soixante-dix-sept que compte le Bénin. Très tôt ce matin, ils se sont rendus au centre de santé communal pour prendre les consignes de la hiérarchie avant de se rendre dans des ménages pour sensibiliser voire offrir les services de la planification famille aux personnes désireuses d’utiliser une méthode moderne de contraception. Les femmes et les jeunes sont surtout les plus visées pour l’utilisation de ces méthodes. Pour se distinguer de la masse, chaque relais arbore un gilet gris sur lequel est griffé USAID et porte un sac au dos de même couleur contenant l’équipement nécessaire pour leur travail. « Nous avons dans nos sacs des kits et d’autres choses… » confie Roméo Mêvo, l’un des relais. Comme tous ses camarades  Roméo est formé pour bien jouer son rôle. «Nous sommes tous formés pour mener à bien notre travail. Mais il y a des particularités en notre sein » affirme le jeune relais communautaire.

En effet, on distingue, trois catégories de relais : les relais paquet complet, les relais paquet promotionnel et les relais planification familiale. Selon les explications de Roméo les relais paquet complet sont formés pour sensibiliser et prendre en charge les cas de certaines affections. Les relais paquet promotionnel s’occupent de la sensibilisation. Ils donnent des conseils. Quant aux relais planification familiale ils sont formés uniquement pour les services de la planification familiale.

Ses propos de Roméo sont clarifiés par le major du centre, et chef hiérarchique des relais, M.  Hounglogbo. « Les relais communautaires représentent la sage-femme dans la communauté. C’est une pyramide sanitaire adoptée par l’Etat pour les accompagner surtout par rapport à l’utilisation de la méthode Sayana qui est une injection pour prévenir les grossesses non désirées » témoigne le major. Pour lui, la première catégorie, celle dénommée paquet complet, prend en charge les enfants de 6 à 59 mois pour le traitement du paludisme simple avec possibilité de réalisation de TDR ; un test pour la confirmation de la pathologie. Egalement, pour le traitement des diarrhées, de la toux, de la pneumonie chez les enfants. Ces affections regroupées s’appellent paquet d’intervention à haut impact.

Toutefois les cas graves sont référés vers le centre pour une meilleure prise en charge. La première catégorie de relais s’occupe aussi des séances de sensibilisation, des entretiens individuels et de masse sur des thématiques comme la vaccination, l’Ebola, les maladies diarrhéiques. Ils sont aussi formés pour l’application du sayana aux femmes désireuses d’utiliser cette méthode. La 2ème catégorie est celle des relais péri-urbains. Elle est en expérimentation dans les arrondissements de Calavi et de Godomey. Les relais de cette catégorie ne font pas de prise en charge mais s’occupe de la sensibilisation. Quant à la 3ème catégorie dénommée relais PF, les relais communautaires sont formés à ce niveau pour offrir les services de la planification familiale. « Les relais sont très utiles pour nous et s’ils n’existaient pas il va falloir les créer » témoigne le major du centre de santé communal. Ce témoignage du chef hiérarchique des relais est appuyé par celle d’une bénéficiaire rencontrée au centre de santé communal : « C’est grâce à la sensibilisation des relais communautaires que j’ai adopté une méthode moderne de contraception. Je n’avais aucune information à ce sujet. Les relais font bien leur travail. Aujourd’hui, j’utilise le jadel» soutient-t-elle.

La planification familiale qui est l’ensemble des moyens mis en place pour permettre aux couples de faire des enfants au moment voulu et le nombre voulu, la prise en charge des infertilités et du VIH/Sida n’est pas encore bien accueilli à Abomey Calavi pour des raisons diverses comme la sous-information, les effets secondaires, la réticence des hommes qui estiment que la contraception n’est pas un outil de développement mais plutôt le contraire et que la procréation incontrôlée est un facteur de richesse et de développement.

C’est à juste titre que les décideurs, les autorités communales et acteurs de la santé ont décidé de prendre le taureau par les cornes pour le repositionnement de la planification familiale dont le taux de prévalence actuel est de 5 à 6% contre les 15 % attendus. Espérons qu’avec le lancement du projet TCI le 26 septembre 2019 que l’objectif fixé soit atteint pour le bonheur du Bénin en général et de la commune d’Abomey Calavi.

 

Eléonore EZIN

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page