Flash Infos:

Contentieux, conflits fonciers et Droits de revendication des femmes à l’accès à la terre: Les acteurs locaux de gestion foncière renforcent leur capacité à Ouidah


4 Vues
Ph: DR: Le présidium à l'ouverture des travaux à Ouidah

Ph: DR: Le présidium à l’ouverture des travaux à Ouidah

Ils sont une trentaine d’acteurs locaux de gestion foncière (Présidents des Tribunaux de conciliation au niveau communal, des CoGEF et des SVGF), réunis dans le cadre d’un atelier de formation organisé par la Konrad Adenauer Stiftung (KAS), les 24 et 25 Juin 2019 à l’Hôtel Diaspora de Ouidah. L’objectif de cet atelier est d’établir un cadre d’échange et de dialogue entre ces acteurs locaux de règlement des contentieux fonciers afin de faciliter les droits de revendications des femmes et de leur accès sécurisé aux terres rurales.

Aline ASSANKPON

Perçu comme un ensemble de rapports qui s’établissent entre les hommes, le foncier est aujourd’hui au cœur d’enjeux multiples : économiques, politiques, sociaux et environnementaux. Tandis que pour le monde rural, la terre est le principal moyen de subsistance, un vecteur d’emploi et de richesse.  Cependant, force est de constater que la femme en milieu rural est d’office exclue  des droits d’accès à la terre qui pourraient lui permettre d’assumer son autonomisation financière afin de satisfaire les besoins du ménage.

« En dépit des efforts consentis ces dernières années par les acteurs étatiques et non étatiques

Ph: DR-: M. Mounirou Tchacondoh, Coordonnateur national du Projet EWOH2 "Un seul monde sans faim"

Ph: DR-: M. Mounirou Tchacondoh, Coordonnateur national du Projet EWOH2 « Un seul monde sans faim »

pour la promotion des droits à l’accès  à la terre des femmes en milieu rural, la parité des droits de la femme à la terre, comme un élément de l’Agenda de développement, se trouve confronté à des obstacles d’ordre social, culturel et économique qui perdurent, de telle sorte que dans les familles en milieu rural, les femmes sont privées d’un accès approprié à la terre et à sa jouissance garantie » constate le Coordonnateur national du Projet EWOH2 de la KAS, M. Mounirou Tchacondoh à l’ouverture des travaux.

La problématique des droits d’accès des femmes à la terre est transversale et débouche sur plusieurs thématiques ; notamment : l’accès à l’information, l’éducation, la sécurisation de la terre, la sécurisation de la terre, la sécurité alimentaire. Autant de facteurs qui sont en lien avec le statut de la femme en milieu rural.

Connecter l’ensemble des acteurs locaux de gestion foncière à la même information pour un renforcement de la dynamique qui traduit les nouvelles réformes foncières et les droits des femmes pour un accès sécurisé et de contrôle à la terre et aux ressources naturelles. C’est le but poursuivi par la Konrad Adenauer Stiftung en organisant cet atelier de deux jours afin d’outiller et d’aguerrir ces acteurs locaux qui pour la plupart sont des Présidents des Tribunaux de conciliation au niveau communal, des présidents de CoGEF (Comité de Gestion foncière) et SVGF (Section villageoise de Gestion foncière).

Il s’agit-là – à travers les différentes thématiques développées –  de mettre à la disposition des acteurs locaux intervenants dans la gestion des contentieux et conflits fonciers, des informations pertinentes et pratiques sur les procédures et mécanismes de règlement des problèmes pour lesquels ils sont sollicités dans l’accomplissement de leur mission.

En félicitant la KAS pour cette initiative qui rend davantage plus crédible la vision du Gouvernement,  M. Benoit Ahonon, représentant Mme le maire de Ouidah, a invité les participants à prendre une part active aux activités du présent atelier qui va booster le développement de l’agriculture sans l’exclusion des femmes. Selon lui, cet atelier s’inscrit à juste titre dans la vision du Chef de l’Etat, Patrice Talon, qui prend l’agriculture comme un levier de développement. « Celui qui a faim ne peut pas donner l’énergie nécessaire pour accomplir la mission qui est lui dévolue. Alors que nos coutumes ont exclu la femme de ce bien qu’est la terre. L’égalité entre l’homme et la femme doit être prise en compte dans tous les domaines ».

« Les contentieux et conflits fonciers : Quelles contributions pour un renforcement des droits de revendication à l’accès à la terre des femmes en milieu rural ? » C’est en effet, le thème principal autour duquel sept autres thématiques sont développés par d’éminents juristes et spécialiste des questions foncières.

Acteurs locaux de gestion foncière qui prennent part cet atelier sont les présidents des Tribunaux de conciliation au niveau communal, les présidents des Comités de Gestion foncière (CoGEF) et les présidents des Sections villageoises de Gestion foncière (SVGF) qui, appréciant l’opportunité d’une telle rencontre, exposent des cas de figure de contentieux et conflits fonciers auxquels ils sont confrontés dans leur zone géographique. Des synergies d’actions seront identifiées à la fin des travaux pour faciliter un accès sécurisé des femmes à la terre.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page