Flash Infos:

Contractualisation pour un nouveau siège de l’Assemblée nationale. Un nouvel édifice avec une forme architecturale tirée de l’arbre à palabre sera bientôt réalisé


6 Vues
Ph:DR-: Un nouvel édifice très original avec une forme architecturale tirée de l’arbre à palabre sera réalisé en lieu et place de l’éléphant blanc qui jouxte le pont de Porto-Novo.

Ph:DR-: Un nouvel édifice très original avec une forme architecturale tirée de l’arbre à palabre sera réalisé en lieu et place de l’éléphant blanc qui jouxte le pont de Porto-Novo.

Le Cabinet Kéré Architecture, c’est désormais le Maître d’ouvrage complet du Projet de construction d’un nouveau siège pour le compte de l’Assemblée nationale. C’est ce qui ressort de la décision du Conseil des ministres du mercredi 08 mai 2018 qui autorise la contractualisation de ce projet d’envergure.

Agathe HOUNGBEDJI

En raison des nombreuses irrégularités relevées sur l’actuel site par l’audit diligenté ; la décision a été prise de construire un nouvel édifice, à un autre emplacement. C’est ce qui ressort de la volonté de la grande majorité des députés à la séance du 16 mai 2018. Il s’agit d’arrêter purement et simplement les travaux de construction du siège de l’Assemblée nationale qui jouxte le pont de Porto-Novo.

Convaincu de la nécessité de reconstruire un nouvel édifice pour le parlement béninois, le Chef de l’Etat a conduit le dossier Siège de l’Assemblée nationale avec méthode pour qu’il soit aujourd’hui à l’étape de contractualisation. Certains auraient pensé que ce dossier est déjà rentré dans les tiroirs. Erreur ! Le Chef de l’Etat tient à doter à l’actuel parlement, d’un nouveau siège digne du nom. Le nouveau parlement sera érigé sur le domaine de l’ex Gendarmerie nationale, située à proximité de l’actuel siège de l’Assemblée nationale.

Les consultations engagées ont permis de retenir le Cabinet Kéré Architecture dont la proposition, en plus d’être très originale, est avantageuse pour l’Etat sur le plan financier. En effet, outre la forme architecturale de son projet, tirée du concept de l’arbre à palabre, symbole du Conseil des sages en Afrique de l’Ouest, son offre ne représente que 7,5% du coût d’objectif contre le plafond de 12% fixé par la loi.

Le Conseil a donc autorisé la contractualisation avec ledit Cabinet, qui aura pour mission de réaliser toutes les études, d’élaborer tous les documents graphiques et les notices techniques nécessaires à la construction, de produire le dossier de Permis de Construire en vue de son obtention et de rendre disponible le dossier d’appel d’offres.

Cette fois-ci toutes les dispositions sont prises pour tenir compte des erreurs du passé ; c’est pourquoi le package de la mission est confiée à ce cabinet afin d’avoir des propositions complètes et surtout professionnelles de tous les aspects de la réalisation du projet. Une démarche méthodique qui éloigne le spectre de l’éléphant blanc ou d’infrastructures réalisées à grands frais sans grande utilité.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page