Flash Infos:

Gouvernance /Mission d’Evaluation du FMI au Bénin : Une excellente performance et un fort potentiel de croissance à moyen terme.


4 Vues
Ph:DR: M. Luc Eyraud, chef de mission du FMI au Bénin et M. Romuald Wadagni, ministre de l’Economie et des Finances.

Ph:DR: M. Luc Eyraud, chef de mission du FMI au Bénin et M. Romuald Wadagni, ministre de l’Economie et des Finances.

Une mission du Fonds monétaire International (FMI) était en visite de travail pendant deux semaines au Bénin. En fin de séjour, le chef de la mission de la revue pays, Luc EYRAUD, a animé une conférence de presse à présidence de la République avec le Ministre de l’Economie et des Finances, Romuald WADAGNI ce lundi 06 mai 2019. Selon le chef de mission, les indicateurs du Bénin sont satisfaisants et le pays va atteindre une croissance économique de 6,7% en 2019. «Les conclusions du FMI sont encourageantes et poussent le Gouvernement à aller plus loin (…) » s’est réjoui le ministre de l’Economie et des Finances Romuald Wadagni.

Aline ASSANKPON

Commencé en 2017, la quatrième revue du programme du Fonds monétaire international (FMI) vient de prendre fin cette semaine. La particularité pour cette fois-ci est que la présente revue est combinée avec combinée avec un rapport intitulé : «le Rapport de l’article 4 » qui tient compte de l’analyse tous les 2, 3 ans de long terme ; il s’agit d’un peu plus globale de l’économie apprécié par le chef de mission du FMI, Luc Eyraud.

 

«En ce qui concerne la mission de revue et l’avancement du programme, la performance du programme est très satisfaisante. Tous les indicateurs de performance à la fin du mois de décembre 2018 sont vérifiés et donnent une très bonne surprise au niveau du déficit public. Grâce à une gestion très prudente des finances publiques, le déficit a terminé à 4% du PIB en 2018 alors qu’on s’attendait à un déficit beaucoup plus élevé de 4,7%. Des performances en partie liée à une très bonne mobilisation des recettes du gouvernement ; les revenus et les recettes intérieures ont été particulièrement forts et on continue de voir au premier trimestre 2019 une bonne situation au niveau des revenus. C’est en partie lié aux efforts du gouvernement de lutte contre la fraude fiscale ».

 

Cette mission vise en effet, la révision des perspectives économiques pour 2018 et 2019 désormais révisé à la hausse.  Et donc, une croissance prévue est à 6,7% et tirée par les activités dans le secteur agricole (surtout la production du coton) et le secteur portuaire.

Ce qui est réconfortant dans le cadre de cette mission, c’est l’analyse de long terme. Il s’agit  d’une analyse plus globale de l’économie dans le cadre de l’article 4. L’un des résultats principaux, est que cette forte croissance observée aujourd’hui va se poursuivre à moyen terme. « L’un des résultats de notre analyse, c’est que ce potentiel de croissance du Bénin à moyen terme est très élevé, en particulier si on le compare aux autres pays de l’Afrique subsaharienne, et ça place le Bénin dans le peloton de tête des pays dans la région. Les perspectives de croissance sont donc fortes et pour s’assurer que ces perspectives se réalisent, il faudra que le gouvernement réalise son agenda et ses projets de réformes économiques, en particulier la continuation de la modernisation du secteur agricole, le soutien à l’industrie, et le développement de nouveaux secteurs porteurs tels que le tourisme ou l’économie numérique » souligne M. Eyraud.

 

Il ressort également que pour soutenir une croissance aussi élevée à moyen terme, il faut que le secteur financier soit en bonne santé d’où les recommandations pour renforcer le secteur bancaire. «Le gouvernement a déjà pris des dispositions notamment pour faciliter l’accès au crédit bancaire, au prêt bancaire. Une nouvelle loi va être mise en œuvre très rapidement qui va permettre d’utiliser beaucoup plus facilement les titres de propriété comme garantie pour obtenir des prêts et comme les banques vont avoir davantage de garanties, elles seront plus amenées à faire des prêts et ce sera bon pour l’économie ».

 

Par rapport à l’émission d’eurobonds de 500 millions d’euros sur le marché international qui pourrait alourdir le taux d’endettement du Bénin, l’analyse du FMI estime que la dette en part de PIB va plutôt diminuer en 2019. « Sur la situation de la dette au Bénin, c’est une bonne nouvelle. Elle diminue alors qu’il y a cette émission d’eurobonds qui est de 500 millions d’euros. La diminution de la dette est principalement le reflet de l’assainissement des finances publiques. Notre rapport fait l’analyse de la viabilité de la dette qui montre que le Bénin a un risque modéré sur sa dette alors que beaucoup de pays en Afrique et même des voisins du Bénin sont évalués avec un risque élevé ».

 

Le Gouvernement promet d’aller loin dans les réformes

 

Des performances jamais atteintes par le Bénin et qui encouragent le Gouvernement de Patrice Talon à aller plus loin dans ses réformes économiques. Selon le ministre de l’Economie et des Finances, Romuald Wadagni, il s’agit-là des bonds qui vont impacter le quotidien des Béninois.

 

«Nous avons la preuve que la gouvernance économique du pays est bonne. Nous avons surtout la preuve que le Bénin a retrouvé le rang des pays crédibles. Depuis 2016, de façon continue, chaque fois que nous affichons des prévisions, nous les réalisons et nous faisons encore mieux que ce qui est prévu. Nous aurons les moyens pour poursuivre tous les chantiers qui sont en cours. Le Chef de l’Etat a annoncé que 2019, sera particulièrement une année où un effort particulier serait mis sur les dépenses sociales prioritaires».

 

Au titre des dépenses sociales prioritaires, le Gouvernement a – depuis le début de cette année (janvier, février) – commencé le paiement des arriérés des pensions de retraite  2011-2012 pour un montant de 2 milliards 4millions. Des efforts sont également en train d’être fournis pour satisfaire  les arriérés dus aux fonctionnaires avant 2011, conformément aux engagements pris par le Chef de l’Etat en décembre dernier. « Depuis janvier, cet effort est fait tous les mois particulièrement pour le mois de février, nous avons fait un effort de 3 milliards pour l’ensemble des fonctionnaires ».

 

Par ailleurs, le Gouvernement envisage de réaliser plus de 800 chantiers d’adduction d’eau potable en 2019, qui vont impacter 3 millions de la population béninoise grâce à cette production de richesse.

 

Pour l’avenir et déjà en 2019, des efforts sont prévus d’être fournis sur trois chantiers phares : le premier, c’est des actions à l’endroit des extrêmes pauvres ; le deuxième c’est la microfinance avec le volet du programme ARCH et la troisième, c’est la création de l’emploi.

« Les déclarations du Chef de la mission du Fonds Monétaire International sont plutôt encourageantes. C’est la preuve que, quelque part nous sommes en train de faire de bonnes choses et que le Programme d’Action du Gouvernement est réaliste » s’est réjoui Romuald Wadagni.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page