Flash Infos:

CEDEAO / REUNION DES DIRECTEURS GENERAUX DES DOUANES DE L’ESPACE : LE PROJET ALISA DEVIENT SIGMAT


2 Vues
Ph: DR-: Adama Sall (à gauche) Directeur de Cabinet du Secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre ivoirien chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat et Tèi Konzi, commissaire chargé des Douanes, du Commerce et de la Libre circulation de la commission de la Cedeao

Ph: DR-: Adama Sall (à gauche) Directeur de Cabinet du Secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre ivoirien chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat et Tèi Konzi, commissaire chargé des Douanes, du Commerce et de la Libre circulation de la commission de la Cedeao

Jadis dénommé ALISA, le projet d’interconnexion des systèmes informatiques des administrations des douanes de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) est désormais appelé Système interconnecté de gestion des marchandises en transit (SIGMAT).Telle est l’une des décisions de la réunion de lancement du projet qui s’est tenue, le vendredi 22 mars 2019, à Abidjan, en Côte d’Ivoire.

 La rencontre a permis aux directeurs généraux des Douanes de l’Afrique de l’Ouest d’être informés du travail qui a consisté à sélectionner des experts informaticiens des administrations des Douanes de la Communauté, afin de mieux les outiller à la programmation en général, et sur le module Transit de SYDONIAWORLD en particulier.

Cette formation, financée par la Cedeao, a été organisée sous l’égide de la Conférence des Nations unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED), qui est le partenaire technique dans le cadre de ce projet. Grâce à cette formation, la Communauté ouest africaine dispose de cinq (5) développeurs aguerris, avec qui la solution informatique pour le transit des marchandises a été développée. Ceux-ci sont désormais capables d’apporter un appui aux Etats membres de la Cedeao qui se proposeraient d’approprier cette nouvelle solution informatique.

Photo de famille des participants

Photo de famille des participants

La commission de la Cedeao a présenté aux directeurs généraux des Douanes le plan de déploiement de cette solution à tous les Etats membres. Elle a souhaité l’implication effective et l’accompagnement des premiers responsables des administrations des Douanes de l’espace communautaire dans la mise en place de ce programme ambitieux qui constituera, les mois à venir, une avancée certaine dans l’approfondissement du processus d’intégration économique régionale.

De leur côté, les directeurs généraux des Douanes ont recommandé au président de la commission de la Cedeao, Jean-Claude Kassi Brou, de prendre les dispositions nécessaires à l’effectivité de cet important projet. Pour ce faire, ils ont souhaité que la commission leur apporte un appui technique et financier en fonction des besoins d’assistance exprimés par chaque Etat membre. Ils ont, par ailleurs, invité la commission de la Cedeao à prendre les mesures nécessaires relatives à l’élaboration et à l’adoption d’un cadre juridique ainsi que d’un manuel de procédure, devant accompagner la mise en œuvre de ce mécanisme de gestion automatisée de transit de marchandises en Afrique de l’Ouest.

Le présidium à l'ouverture des travaux

Le présidium à l’ouverture des travaux

Les directeurs généraux des Douanes ont aussi recommandé à la commission de prendre en compte très prochainement le transit de marchandises par la voie ferroviaire, afin d’éviter un détournement du trafic des routes vers les rails. Ils ont aussi mandaté le Vice-président de l’Organisation mondiale des douanes pour la région Afrique occidentale et centrale, Sangaré Toumani, et le directeur général des Douanes ivoiriennes, le général Pierre Alphonse Da, de plaider auprès des hautes autorités politiques et du président de la commission de la Cedeao, pour un déploiement rapide de la solution informatique sur le transit dans les Etats ouest africains.

Déjà à l’ouverture de la rencontre, le directeur de Cabinet du secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre ivoirien chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat, Adama Sall, a invité la Cedeao à veiller au suivi du SIGMAT à travers des évaluations et des recadrages périodiques nécessaires à son adaptation aux mutations du commerce international, facteur essentiel, selon lui, pour garantir son efficacité et sa durabilité.

Quant au commissaire chargé des Douanes, du Commerce et de la Libre circulation de la commission de la Cedeao, Tèi Konzi, représentant le président de l’institution, Jean-Claude Kassi Brou, il a fait la genèse et rappelé certains avantages du projet SIGMAT.

« L’interconnexion des systèmes informatiques douaniers est conçue par la Cedeao avec l’appui technique de la CNUCED. Ce projet vise à transmettre aux différents services des douanes, sous forme digitale, les données relatives à la cargaison avant son expédition. En procédant ainsi, l’interconnexion permet d’avance aux agents des postes de douanes de passage et de destination, de recevoir toutes les informations sur le transit avant même l’arrivée des marchandises », a déclaré M. Konzi.

Il a exprimé sa gratitude aux partenaires techniques et financiers, notamment la CNUCED, l’Union européenne, la Banque mondiale et la Coopération allemande pour leur appui dans la phase de préparation et de démarrage du projet. Il a émis le vœu que cet appui se concrétise davantage dans la phase de déploiement, et plus particulièrement dans le cadre du grand programme de facilitation des échanges de l’Afrique de l’Ouest.

Outre le commissaire Konzi, son collègue des Télécommunications et des Technologies de l’information, Dr Zouli Bonkoungou, le directeur du Centre informatique communautaire de la commission de la Cedeao, Dr Osei Tutu Agyeman-Duah, celui  de l’Union douanière et de la Fiscalité, Salifou Tiemtoré, et le directeur de la Communication de la Cedeao par intérim, Liberor Doscof Aho, ont également pris part à la rencontre.

A noter qu’en marge de la réunion, le directeur général des Douanes ivoiriennes, le général Pierre Alphonse Da, et son homologue burkinabè, Adama Sawadogo, ont signé l’instruction cadre du transit routier entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso. (Ecowas)


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page