Flash Infos:

Bonne gouvernance : L’interdiction des postes téléviseurs dans l’administration publique sera-t-elle observée scrupuleusement?


1 779 Vues

 Le premier conseil des ministres du gouvernement de « la Rupture », du président  Patrice Talon a pris le mercredi 13 Avril 2016, d’importantes décisions. Entre autres, l’interdiction de l’utilisation des postes téléviseurs dans l’administration publique. Une décision salutaire pour les uns (surtout les usagers de l’administration publique) et qui laisse indifférent d’autres. Des commentaires suscités par cette décision découlent des questionnements. Entre autres, cette interdiction sera-t-elle suivie scrupuleusement? Le temps nous édifiera.

Jusqu’à quand cette proscription sera-t-elle suivie?

Jusqu’à quand cette proscription sera-t-elle suivie?

Interdiction de l’utilisation des postes téléviseurs dans les bureaux des agents de l’administration publique, c’est l’une des décisions prises par le nouveau gouvernement du président Patrice Talon. Cette décision intervient compte-tenu des plaintes des usagers enregistrés à l’endroit des agents de l’administration publique.

 

Le constat est là, patent !

 

Presque tous les bureaux de l’administration publique sont équipés en postes téléviseurs pour les uns, Téléviseur plus décodeurs pour les autres, Téléviseur plus appareils vidéo pour d’autres encore et radios pour certains. On se trouverait dans un salon bien équipé dans certains bureaux de hauts cadres où tout y est : En dehors du bureau, des fauteuils bourrés, réfrigérateur, radio et poste téléviseur bien équipé, etc.

 

En effet, il est à remarquer que certains agents – attirés, obnubilés et même scotchés par les images de la télévision (surtout les feuilletons, séries, télénovelas, matchs et sports favoris) – ignorent souvent la présence des visiteurs. Ce qui porte atteinte à la rigueur au travail et contribue à la lourdeur administrative, un phénomène qui gangrène toute l’administration publique.

 

Cette proscription, sera-t-elle suivie définitivement ?

 

De l’avis de certains agents de l’administration publique, depuis cette décision du nouveau gouvernement, le poste téléviseur n’est allumé qu’une fois par semaine, juste pour suivre les décisions du conseil des ministres ou quelques événements spéciaux.

 

Si d’autres essayent de respecter la décision en maintenant les postes téléviseurs éteints. D’autres encore, très habitués, ne peuvent apparemment s’empêcher d’allumer leur poste téléviseur. Ils le disposent alors dans un emplacement qui ne permet pas au visiteur de le  remarquer et diminuent le volume. Ailleurs, c’est le son de la télévision qui attire encore l’attention du visiteur dans le pallier car elle est toujours allumée diffusant de la musique et des séries.

 

Toutefois, il faut l’avouer ; le respect de cette décision gouvernementale, très accueillie par la population, pourrait contribuer à booster l’administration publique à travers la célérité dans le traitement des dossiers. Ce qui de toute évidence, participerait à la bonne gouvernance tant appelée de nos dirigeants.
En sommes, le respect de cette décision aura certainement la dent dure car il ne pourra être rigoureux, ni scrupuleux partout à la fois, dans toutes nos administrations publiques. Quand on sait que les décisions et lois, sont suivies du moins, pour une brève durée. Alors jusqu’à quand cette interdiction sera-t-elle suivie? Définitivement ou le temps d’un feu de paille?

Cependant, n’occultons pas que nous sommes à l’ère des nouvelles technologiques où la télévision numérique peut être accédée à travers les ordinateurs, portatifs, tablettes et Smartphones. Grâce à Youtube, on peut également visualiser toutes sortes de documentaires, films et vidéos téléchargés. Face à toutes ces possibilités, la conscience professionnelle sera la chose la plus partagée et observée dans nos administrations publiques pour atteindre les résultats escomptés par le nouveau gouvernement.

 

Aline Assankpon


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page