Flash Infos:

Programme Détaillé du Développement de l’Agriculture en Afrique (PDDAA) / Accélérer la transformation agricole: Galvaniser l’action nationale à domestiquer et opérationnaliser les engagements Malabo L’accélération de la transformation agricole était au cœur de la


2 016 Vues

deuxième rencontre des experts sur le Programme de développement de l’agriculture africaine (PDDAA) à la organisée par le Secrétariat  permanent  de la Commission de l’Union africaine, en collaboration avec l’Agence du NEPAD le 10 mars dernier à Accra au Ghana. Objectif : Mise en examen des progrès accomplis et des lignes directrices élaborées au niveau pays.

Ph/DR-: Le ministre ghanéen pour l'alimentation et l'agriculture, Mohammed-Munira Limuna (Alhaji) répondant aux questions des médias.

Ph/DR-: Le ministre ghanéen pour l’alimentation et l’agriculture, Mohammed-Munira Limuna (Alhaji) répondant aux questions des médias.

En effet, cette deuxième rencontre des experts de l’Agriculture, vise à accélérer la mise en œuvre du PDDAA pour transformer l’agriculture en Afrique. Elle a réuni plus de 100 participants – Secrétaires permanents et points focaux Programme détaillé du Développement de l’Agriculture en Afrique (PDDAA) des Ministères de l’agriculture, du développement rural, de l’élevage et de l’aquaculture et les Communautés économiques régionales de tous les Etats signataires de ce programme.

Cette rencontre offre un espace pour les secrétaires permanents (comme les autorités chargées de coordonner et de faciliter la mise en œuvre du PDDAA et de veiller à la livraison sur la valeur ajoutée à la transformation agricole nationale) pour réfléchir sur les facteurs thématiques et politiques suivantes: les implications sur la transformation agricole et la sécurité alimentaire; le Commerce et d’industrialisation et implications pour l’agriculture et les systèmes fonciers et les tendances et les implications pour les engagements de Malabo.

Le ministre ghanéen pour l’alimentation et l’agriculture, Mohammed-Munira Limuna (Alhaji) a déclaré  à l’ouverture des travaux que même si le secteur agricole est confronté à de nombreux défis tels que la faible adoption des technologies modernes, l’épuisement des ressources naturelles en particulier les impacts négatifs eau et le changement climatique, des solutions qui peuvent être adoptées pour les contrer au niveau national devraient être recherchés et mis en œuvre.

 

Ph/DR-:(De gauche à droite) Dr Augustin Wambo Yamdjeu, Directeur du PDDAA ; Patrick Worzie, l’assistant du Ministre de la Planification et du développement de l’Agriculture du Liberia et M. Martin Bwalya, Directeur du Programme de développement de l’Agriculture.

Ph/DR-:(De gauche à droite) Dr Augustin Wambo Yamdjeu, Directeur du PDDAA ; Patrick Worzie, l’assistant du Ministre de la Planification et du développement de l’Agriculture du Liberia et M. Martin Bwalya, Directeur du Programme de développement de l’Agriculture.

C’était également l’occasion  de réviser et de valider les lignes directrices de mise en œuvre du PDDAA au niveau pays avec l’intégration des modalités de suivi et d’évaluation, de rapports et de responsabilisation, y compris l’opérationnalisation du Cycle biennale de l’Union africaine sur le PDDAA. Les perspectives- pays ont également été également recherchées pour la mise en œuvre du PDDAA avec les engagements de Malabo ; notamment, le Financement, l’architecture; les réseaux techniques afin de mobiliser et de prendre des dispositions de soutien d’experts accessibles.

 

Atteindre les objectifs de Malabo…

 

Le responsable du Programme de développement du NEPAD, Martin Bwalya a souligné pour sa part,  que les résultats de la réunion permettront de clarifier les mesures nécessaires pour atteindre les objectifs de la Déclaration du PDDAA Malabo afin d’obtenir des résultats et des impacts dans le domaine de l’agriculture, de la sécurité alimentaire et de la nutrition.

 

Dr Janet Edeme, directrice de la Commission pour l’Economie rurale et de l’agriculture à la Commission de l’Union africaine  (CUA) a réitéré l’un des objectifs essentiels de la réunion comme étant « L’examen des progrès accomplis dans la mise en œuvre du PDDAA et des lignes directrices élaborées pour aider les pays de guidage dans la mise en œuvre. » En effet, selon elle, les Secrétaires permanents sont les principaux gardiens de la politique et de la pratique gouvernementale. Ils sont aussi les agents généraux comptables dans leurs ministères. Cela met leurs bureaux et leurs mandats au centre dans la conduite des réformes institutionnelles et la transformation globale des objectifs nationaux de développement.

 

… et les engagements de Malabo

 

L’accent a été également mis sur la Déclaration de Malabo sur la mise en œuvre et l’obtention de résultats et de l’impact qui implique une attention critique aux réformes des politiques et des institutions économiques et de développement pour améliorer la capacité à concevoir et à mettre en œuvre, dans ce cas, les programmes de transformation agricoles. La transformation de l’agriculture durable est peu probable sans un leadership proactif et la participation de principalement des Secrétaires permanents des ministères de l’Agriculture ce qui justifie, leurs présences à cette rencontre d’analyses.

 

Tenant compte de la transversalité de l’agriculture, il était essentiel d’impliquer également les Secrétaires de la planification, des finances et du développement économique à cette réunion pour galvaniser l’action nationale nécessaire à domestiquer et opérationnaliser les engagements Malabo et le cadre de résultats du PDDAA. (Source: Agence du NEPAD)


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page