Flash Infos:

Togo / Politique: le frère du président malade en prison


7 Vues

 

Togo: Kpatcha Gnassingbé, emprisonné depuis 2009, pour atteinte à la sûreté de l’Etat, est malade, ses avocats demandent sa libération.

Ph/DR-: Katcha Gnassingbé, demi-frère du président togolais emprisonné depuis 2009

Ph/DR-: Katcha Gnassingbé, demi-frère du président togolais emprisonné depuis 2009

Le demi-frère du président du Togo, Kpactha Gnassingbé emprisonné pour tentative de coup d’Etat est gravement malade. Son conseil demande sa liberation pour lui permettre de se soigner.

Pour rappel, en 2009, alors qu’il est ministre de la Défense, Kpatcha Gnassingbé prépare un coup d’Etat contre son président de frère, Faure Gnassingbé. Le complot n’a pas abouti, les éléments de la Force d’intervention rapide (FIR) prennent d’assaut la maison de Kpactha où des échanges de tirs ont lieu entre sa garde et les forces de la Fir. Il est arrêté.

Jugé par la Justice de Lomé, il a été condamné à 20 ans et croupit à la prison civile de Lomé depuis 6 ans avec déchéance civique. Certains de ses coaccusés également ont été condamnés.

Aujourd’hui, l’incarcération du demi- frère du président togolais suscite de vives réactions. Car, depuis un moment, M.Kpactha Gnassingbé est gravement malade.

 

Béquilles

 

Ses avocats, Mes Zeus Ajavon et Gil Bénoît Afangbédji viennent de saisir le ministre togolais de la Justice, Puis Agbétomey pour exiger sa liberation afin d’obtenir des soins

Il n’y a pas longtemps, les avocats de Kpactha Gnassingbé avaient saisi la justice de la Cédeao. Cette dernière avait signifié à l’Etat togolais, la libération des personnes incarcérées compte tenu de la violation de leurs droits.

Cette sortie de la Justice de la Cédeao avait été appuyée par le conseil des droits de l’Homme des Nations-Unies. Il s’est aussi prononcé en faveur de leur libération. A en croire le groupe de travail de l’ONU, le maintien en prison de Kpatcha Gnassingbé est aujourd’hui arbitraire, sans base légale.

« Kpatcha Gnassingbé est malade, il est dans sa cellule au premier étage de la prison civile de Lomé et ne peut plus descendre. Le cas de notre client est alarmant. Il souffre de plusieurs maladies avec des jambes enflées, l’obligeant à utiliser des béquilles pour se déplacer », écrivent ses avocats. (Afrique Actualité)


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page