Flash Infos:

Sénégal : éditeurs et diffuseurs de presse insistent sur la dépénalisation des délits de presse


1 284 Vues

Le Conseil des diffuseurs et éditeurs de presse du Sénégal (Cdeps) accuse l’Assemblée nationale de bloquer la dépénalisation des délits de presse. « Certains députés [ont] prétexté du vote du budget du ministère de la Communication pour se livrer à une opération de torpillage du projet de Code de la presse », a déclaré le président du Cdeps, Madiambal Diagne (photo), qui adressait les vœux au chef de l’Etat Macky Sall.

PH: DR - Madiambal Diagne, président du Conseil des diffuseurs et éditeurs de presse du Sénégal (Cdeps)

PH: DR – Madiambal Diagne, président du Conseil des diffuseurs et éditeurs de presse du Sénégal (Cdeps)

Pour Madiambal Diagne, la dépénalisation des délits de presse est « la pomme de discorde » entre les journalistes et les députés. Or il ne s’agit pas d’obéir à « une volonté de faire du journaliste un citoyen […] au-dessus des lois »« Dépénaliser les délits de presse est à l’ordre du jour dans les sociétés démocratiques », a rappelé le président du Cdeps.

Répondant à cette interpellation, le président de la République, Macky Sall, a reconnu qu’il est nécessaire pour le gouvernement de « reprendre le projet de Code de la presse en conseil des ministres, de le réadapter et de le renvoyer à l’Assemblée nationale ».

« Je suis pour l’adoption du Code de la presse, qui est une œuvre à parfaire […] Nous sommes contre le fait de mettre des journalistes en prison », a ajouté Macky Sall, avant de prévenir : « Au nom de la séparation des pouvoirs, je ne peux que plaider pour un dialogue fructueux entre le Parlement et le gouvernement qui a déposé le projet de ce Code ». (Agence Ecofin)


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page