Flash Infos:

Bénin / Grève des centrales syndicales : Le gouvernement entend défalquer les jours de grève des salaires


1 268 Vues

Suite à la grève déclenchée par les centrales syndicales du Bénin ce mardi 07 janvier 2014 pour revendiquer la liberté d’expression et de manifestation ; le Secrétariat général du gouvernement béninois à travers par un communiqué de presse réaffirme sa position d’interdiction de grève et de défalcation des salaires. (Lire le communiqué de presse)

Ph: DR - Eugène Dossoumou, Secrétaire général du Gouvernement béninois

Ph: DR – Eugène Dossoumou, Secrétaire général du Gouvernement béninois

Rappelons que la manifestation déclenchée par les centrales syndicales du Bénin le 30 décembre 2013 a été étouffée, soldée par des gaz lacrymogènes lancés par les forces de l’ordre pour empêcher la marche et quelques blessés sont enregistrés dans les rangs des manifestants. A cet effet, les centrales syndicales promettent de paralyser l’administation publique.

Communiqué de presse

Le Gouvernement de la République du Bénin rappelle à l’attention des travailleurs des secteurs publics et privés que conformément à la gouvernance syndicale universelle, le salaire est la juste rémunération du travail accompli. En conséquence, tout travailleur qui de son propre chef ou du fait de la grève s’abstiendrait d’honorer ses engagements professionnels, doit s’attendre au non paiement de ses émoluments par l’employeur.

Le gouvernement tient à informer tous les fonctionnaires que dans tous les cas, l’Etat procédera à la défalcation systématique du nombre de jours non travaillés de leur salaire pour compter de ce mois de janvier 2014 et ce, de façon continue jusqu’à nouvel ordre.

Les intéressés devront s’adresser aux syndicats initiateurs des mouvements de débrayages pour se faire rembourser le nombre de jours ainsi défalqués.

Signé, Secrétaire général du Gouvernement

Eugène Dossoumon

Interview de Ibrahima Zakary, ancien syndicaliste, ancien Secrétaire général de la CSA-Bénin

Que comprendre des mouvements de grève comme celui déclenché ce mardi 07 janvier 2014 par les centrales syndicales. M. Ibrahima Zakary, ancien syndicaliste, ancien Secrétaire général de la CSA-Bénin, donne ici les raisons qui fondent ces mouvements de grève.

Toutes les grèves en majorité n’ont pas apporté quelque chose de positif ni pour les travailleurs, ni pour l’Etat. Et je pense que nous devons appeler bien sûr le gouvernement à faire un effort pour écouter tout le monde, mais demander aussi aux confédérations de faire un effort pour ne pas se braquer coûte que coûte pour montrer les muscles.

J’invite les travailleurs, les dirigeants syndicaux à assouplir leur position, le gouvernement aussi jouera sa partition. Comme je l’ai dit, le ministre du travail en charge du dialogue social étant disposé à négocier, moi, j’invite les dirigeants syndicaux à revoir leur position pour que le dialogue effectivement soit renoué parce que c’est dans l’intérêt de la nation. Puisque la plupart des grèves n’ont jamais rien apporté de positif ; au contraire, ça nuit à l’économie et les travailleurs n’ont pas véritablement ce qu’ils demandent et naturellement tout le monde en partie.

(Ortb), transcription, rédaction


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page