Flash Infos:

Situation de la sécurité alimentaire dans l’espace UEMOA : Etat des lieux de la Politique agricole de l’Union


1 677 Vues
PH: DR -Ibrahima Diémé, Commissaire en charge du Département de la Sécurité alimentaire, de l’Agriculture, des Mines et de l’Environnement de l’Uemoa

PH: DR -Ibrahima Diémé, Commissaire en charge du Département de la Sécurité alimentaire, de l’Agriculture, des Mines et de l’Environnement de l’Uemoa

Entre autres chantiers de l’Uemoa, figure en priorité la sécurité alimentaire. Une insécurité alimentaire et une pauvreté grandissante auxquelles la région ouest-africaine, dans son ensemble est confrontée depuis trois décennies par une forte croissance démographique. Une réponse régionale s’impose alors pour juguler la crise alimentaire qui guette à tout moment, les populations de l’union selon Ibrahima Diémé, Commissaire en charge du Département de la Sécurité alimentaire, de l’Agriculture, des Mines et de l’Environnement de l’Uemoa.

La Politique agricole de l’Union (PAU) est l’une des réponses régionales apportées en décembre 2001 par les dirigeants ouest africains à la problématique d’insécurité alimentaire. Cette politique vise en effet à contribuer de manière durable à la satisfaction des besoins alimentaires de la population, au développement économique et social des Etats membres et à la réduction de la pauvreté.

L’objectif global de PAU est de réaliser la sécurité alimentaire, en réduisant la dépendance alimentaire au sein de l’Union par une amélioration de la productivité des exploitations familiales et par un meilleur fonctionnement des marchés des produits agricoles. Elle vise également à améliorer les conditions de vie des producteurs par un développement de l’économie rurale, la revalorisation du statut social des agriculteurs et une meilleure rémunération des produits agricole.

Mise en œuvre du PAU

Dans cette perspective, la politique agricole de l’Union est structurée autour de trois Axes stratégiques : l’adaptation des systèmes de production et l’amélioration de l’environnement de la production : l’approfondissement du marché commun dans le secteur agricole et la gestion des ressources partagées et enfin l’insertion de l’agriculture de l’Union dans le marché sous-régional et mondial.

Cette politique agricole dispose de plusieurs instruments de mise en œuvre, notamment : la programmation pluriannuelle des activités ; des systèmes d’information agricole régionale ; le dispositif de suivi-évaluation ; le fonds d’aide à l’intégration régionale ; le fonds régional du développement agricole.

Pour le Commissaire Diémé, la mise en œuvre de la politique agricole de l’Union  s’est traduite par la conduite d’actions structurantes qui ont permis la mise en place d’un cadre institutionnel, des instruments de pilotage et de financement ainsi que de mesures réglementaires. Elle s’est également traduite par le lancement de programme d’appui aux Etats membres dans plusieurs domaines, prenant en compte la problématique du changement climatique.

A côté de ces actions, il est à signaler, l’adoption par les Etats membres de leurs Programmes nationaux d’Investissement agricole (Pnia) qui rentrent dans le cadre du processus du Programme détaillé pour le développement de l’Agriculture africaine (PDDAA) au niveau continental. Malgré ces multiples actions, la zone Uemoa, notamment dans sa partie sahélienne, est régulièrement secouée par des crises alimentaires depuis plusieurs décennies.

De l’avis du Commissaire Ibrahima Diémé, ces crises récurrentes résultent d’une multitude de facteurs, tant d’origine humaine que naturelle. Aujourd’hui, l’insécurité alimentaire tend à s’aggraver du fait de l’impact du changement climatique global, des conflits dans la région et des effets des crises énergétiques et financière mondiales sur les économies des pays de l’Union.

Aline ASSANKPON


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page