Flash Infos:

MEDIAS : Jubilé d’étain du journal en ligne lefaso.net


1 579 Vues

 

PH:DR- Jubilé d’étain sur la toile

PH:DR- Jubilé d’étain sur la toile

Après une décennie d’existence, le portail www.lefaso.net, célèbre son jubilé d’étain sur la toile. A cet effet, un panel à été organisé le Samedi 19 Octobre 2013 au CENASA. Panel animé par André Eugène ILBOUDO, médiateur journal lefaso.net, le docteur Pierre Emile BAZYOMO et Jean Paul TOE, juriste au Conseil Supérieur de la Communication.

André Eugène ILBOUDO, médiateur a axé sa communication sur le profil d’un médiateur, son rôle et les difficultés qu’ils rencontrent. Selon lui un médiateur doit être un membre du média, avoir le sens de l’honneur et de la droiture. Il n’a pas le choix de la ligne éditoriale ni le retrait et les mises en ligne des articles. Il indiquera que le médiateur a le rôle de concilier des contraires. Il est l’intermédiaire entre le lecteur et lefaso.net car un mauvais arrangement vaut mieux qu’un bon procès.

Il indiquera que le médiateur rencontre des difficultés car il est accusé de prendre parti pour le journal et il ya une difficulté à se maintenir à une certaine distance entre le journal et les lecteurs. Le médiateur suggère aux internautes d’être mesurés et de s’assumer.

Pierre Emile BAZYOMO parle de la presse en ligne comme étant la ruée vers l’or interactif. Pour lui, les consommateurs ont décidé ne plus se faire conter les évènements mais de devenir des journalistes à leur tour en répondant l’envie du public en prenant la parole pour donner son avis. Les médias classiques ont à leur tour intégrer en leur sein les TIC, car les consommateurs ont soif d’intervention. La télévision insère le téléphone pour certaines émissions interactives. Cette relative timidité s’explique par les moyens techniques qui sont limités. La radio, selon lui offre beaucoup l’interactivité car le téléphone est rentré très tôt dans les émissions. Il précisera qu’il ya les internautes qui lisent les commentaires, ceux qui expriment ce qu’ils pensent et ceux qui font des commentaires sans avoir lu.

Jean Paul TOE quant à lui tout en saluant les promoteurs du site dira que les mises en ligne permettent aux journalistes de mesurer son travail et cela lui permet de s’améliorer car l’internaute devient juge. Selon le juriste du CSC la modération est une activité complexe car les internautes considèrent les messages non publiés comme une atteinte à leur liberté. Pour le régulateur, les propos doivent respecter l’éthique avant publication. Il a indiqué qu’il existe plusieurs méthodes de régulation des messages. Il s’agit de la modération à priori, à postériori et mixte.

La modération à priori consiste à valider le commentaire après vérification du message pour mesurer le contenu. La régulation à postériori consiste à laisser passer directement le commentaire. Cette régulation garanti l’interactivité et requiert moins de main d’œuvre. La modération mixte consiste à laisser passer les messages des anciens internautes. Il existe aussi des moyens de modération dits automatisé et ceux humains. Celle dite automatisée consiste à passer à la machine pour un filtrage automatique. La modération humaine permet d’éviter les dérives. C’est la meilleure modération car elle offre une réelle capacité d’adaptation.

Premier journal en ligne au Burkina Faso

Le portail lefaso.net reçoit plus de quarante milles visiteurs par jour selon son promoteur docteur Cyriaque PARE. Selon Issouf Saré Directeur Général de la télévision BF1, au regard de l’expérience du média, au regard de l’expérience de ceux qui l’animent, à commencer par le fondateur Cyriaque Paré et de tous les journalistes de qualité qui s’y trouvent, Lefaso.net se doit d’avoir des ambitions encore plus grande. En ce sens que, aujourd’hui, plus ou moins, le label Faso.net est très bien connu des Burkinabè d’ici et d’ailleurs, et jouit d’une certaine notoriété sur la place. Donc, il faut pouvoir développer d’autres produits. (Zoodomail)

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page