Flash Infos:

1er Sommet Afrique pharmaceutique : Les partenariats public-privé promettent un bel avenir pour l’industrie pharmaceutique africaine


1 333 Vues

Le secteur pharmaceutique africain devrait croître considérablement dans les années à venir. L’occasion est telle que les synergies public-privé sont essentiels pour le développement de l’industrie. Il s’agit des conclusions qui se dégagent du premier Sommet Afrique pharmaceutique, qui s’est tenue du 23 au 24 Septembre 2013 à Hammamet en Tunisie.

Avec un taux de croissance annuel composé (TCAC) de plus de 10 %, l’Afrique est le deuxième marché pharmaceutique le plus dynamique après l’Asie-Pacifique, avec une dépense pharmaceutique qui devrait atteindre 30 milliards de dollars d’ici 2016. Co-organisée par la Banque africaine de développement et la revue Health Afrique, le Sommet Afrique pharmaceutique a attiré plus de 130 participants de partout dans le monde.

Ce sommet se veut une première plate-forme qui a rassemblé des décideurs de haut niveau, des ministres de la Santé, de l’Industrie de la pharmacie, du Commerce et des Finances, les dirigeants, les experts des fabricants de produits pharmaceutiques, des universités, des institutions et des organisations pour débattre des stratégies futures de l’industrie pharmaceutique en Afrique.  C’est l’occasion de souligner la nécessité de partenariats public-privé qui sont plus que jamais nécessaires pour saisir les opportunités dans ce secteur et améliorer la santé des Africains.

Abdellatif Mekki, ministre tunisien de la Santé, a exprimé son soutien pour le développement de partenariats africains dans ce domaine économique émergent. Selon lui, de tels partenariats permettraient d’améliorer considérablement l’accès à la médecine et à l’harmonisation des lois en Afrique.

Comme le financement premier et institution de développement pour l’Afrique, la BAD a un rôle unique à jouer dans le dialogue public-privé dans le secteur pharmaceutique. Avec cette première édition du Sommet pharmaceutique africaine, la Banque offre la possibilité de créer une plate-forme business-to-business qui vise à créer des partenariats, renforcer la collaboration et la participation des intervenants clés à des discussions sérieuses autour secteur pharmaceutique de l’Afrique.

Mthuli Ncube, économiste en chef et vice-président de la Banque africaine de développement, a souligné « l’élan politique actuel dans le développement du secteur pharmaceutique en Afrique. Bien que le marché pharmaceutique africain ne représente que 2 %  à l’échelle mondiale, c’est la plus forte croissance dans le monde « a-t-il déclaré. « Il y a une fenêtre d’opportunité compte tenu de la dynamique démographique forte, la croissance du pouvoir d’achat des consommateurs en Afrique, bien que les comptes du continent pour la majeure partie du fardeau mondial des maladies infectieuse » a ajouté M. Ncube.

Zhao Feng, directeur de la Division de la santé du département de développement de capital humain de la BAD, a reconnu qu’il y avait un certain nombre de défis à relever en Afrique. Dans le contexte de la crise financière actuelle, d’énormes investissements initiaux sont nécessaires pour stimuler l’industrie, a t-il dit. «Les nouveaux modèles d’affaires et de partenariats applicables à l’Afrique devraient être conçus pour mieux répondre à la spécificité du continent », at-il ajouté. «Nous avons déjà lancé plusieurs initiatives et nous continuons à offrir notre soutien pour développer le potentiel de ce secteur. »

La BAD a lancé un programme ambitieux pour soutenir sa stratégie décennale pour 2013-2022. Grâce à la Direction du développement du capital humain, la Banque a défini ses priorités pour l’industrie pharmaceutique soutenir le développement du secteur privé et de l’intégration économique régionale. Ces deux piliers poussent l’Afrique d’être un acteur clé sur le marché pharmaceutique mondial.

Investissements dans les compétences et la technologie sont également au centre de l’agenda de développement de la Banque. Compte tenu de la nature spécifique de l’industrie pharmaceutique africaine, la technologie et l’innovation peuvent être mises à profit pour accélérer la croissance inclusive et la création d’emplois dans le secteur.

La BAD a entrepris plusieurs initiatives visant à aider le secteur public et privé, des ONG et des Instituts en Afrique dans le développement de solutions innovantes dans le secteur de la santé. Dans ce contexte, la première édition du Sommet Afrique pharmaceutique a célébré 10 récipiendaires de la BAD prix e-santé. Lors du sommet, les gagnants ont reçu un certificat reconnaissant leurs contributions et des solutions innovantes dans les domaines émergents de la e-santé et m-santé en Afrique.

La rédaction

Ph: Dr - (au milieu) Mthuli Ncube, économiste en chef et vice-président de la Banque africaine de développement

Ph: Dr – (au milieu) Mthuli Ncube, économiste en chef et vice-président de la Banque africaine de développement


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page