Flash Infos:

Conférence –Débat sur l’Entreprenariat privé : L’initiative privée, une réponse durable contre le chômage


1 562 Vues

Comme à l’accoutumée, la Direction générale des affaires économiques (DGEA) du Ministère de l’Economie et des Finances (MEF) a organisé ce mercredi 25 septembre 2013, une conférence-débats sur le développement de l’entreprise et de l’initiative privée afin de confronter la vision des Experts, Entrepreneurs avec celle des acteurs principalement les jeunes en vue de définir une approche stratégique de création d’emploi décent.

Le débat a été vif entre les jeunes entrepreneurs et le panel des experts conviés pour animer la conférence. Au cœur des préoccupations, les conditions de création d’entreprises et la promotion des initiatives privées. Les jeunes entrepreneurs dénoncent les difficultés d’accès au crédit tandis que les experts pointent du doigt, l’inadéquation entre la demande et les offres de formation ainsi que les pesanteurs socioculturelles.

« On doit introduire l’éducation entrepreneuriale à partir de l’école maternelle jusqu’à l’université et non le contraire aujourd’hui. C’est le contraire aujourd’hui car les gens finissent les études sans jamais avoir un vrai contact avec le monde des entreprises » constate Emmanuel Guidibi, Expert béninois en Entrepreneuriat.

« La solution, c’est de mettre un fonds de garantie auprès des banques, environ 50 à 100 millions. L’entrepreneur aussi doit essayer de soulever sa charge au genou et même à la poitrine avant de demander à l’Etat de vous aider. Si vous avez 100 millions de garantie et que vous avez un projet de 10 Millions, l’Etat vous garantie à 50 % (à 5 Millions), vous aussi amenez 2.500.000 » a expliqué Razack Babatoundé Olofindji, PDG du Groupe Toundé.

Au Bénin, le taux de sous-emploi est évalué en 2011 à 53,9 %, un taux qui s’explique par la prépondérance du secteur tertiaire dans les activités économiques. L’informel a pris le pas dans beaucoup de secteurs de la vie économiques pour ne citer les taxis-motos, le trafic et la vente de l’essence frelatée sont des secteurs  qui concentrent la main-d’œuvre. Des emplois peu valorisant pour les jeunes et aussi pour l’économie nationale.

Les experts ont souligné qu’un emploi décent ne doit pas être assimilé automatiquement  à une fonction administrative. Créer sa propre entreprise ou participer au développement de la société de l’employeur, participe au développement personnel. Il s’agit là aussi d’une mine de travaux décents que les jeunes doivent explorer.

Ronald Robinson

Ph : DR - : Razack Babatoundé Olofindji, PDG du Groupe Toundé

Ph : DR – : Razack Babatoundé Olofindji, PDG du Groupe Toundé


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page