Flash Infos:

Guinée : La Cedeao appelle pour des élections législatives paisibles


1 381 Vues

Kadré Desire Ouedraogo Président de la Commission Cedeao-, a lancé un appel pressant à l’ensemble de la classe politique guinéenne, l’exhortant à faire preuve de bonne volonté afin que les élections législatives prévues ce 24 septembre 2013 en Guinée se déroulent dans la paix et la démocratie.

S’adressant à la presse le samedi 21 septembre pour tirer le bilan d’une visite au pas de charge entamée la veille, M. Ouédraogo a invité les acteurs du processus électoral guinéen à «trouver des solutions pratiques aux problèmes qui se posent», faisant valoir qu’il n’y a pas d’élection à cent pour cent parfaite où que ce soit monde.

«Avec de la bonne volonté de part et d’autre, on peut lever tous les obstacles techniques qui se dressent sur le chemin menant au scrutin du 24 septembre», a martelé le président Ouédraogo, se montrant optimiste et confiant du fait que la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) et le comité de suivi des élections ont pris en charge les difficultés recensées.

Durant son séjour à Conakry, le président de la CEDEAO, qui dirigeait une forte délégation, a été reçu à deux reprises par le chef de l’Etat guinéen, le Pr Alpha Condé, et a eu une séance de travail avec une équipe gouvernementale conduite par la ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères, chargée de Guinéens de l’étranger, Mme Rougui Barry.

Il a ensuite accordé des audiences séparées à des représentants de coalitions de partis politiques de l’opposition centriste, de l’opposition radicale et de la mouvance présidentielle, à des membres du bureau exécutif de la Ceni ainsi qu’à une délégation des ambassadeurs de la CEDEAO et du groupe africain accrédités en Guinée.

Le président de la Commission de la CEDEAO a aussi rencontré le représentant spécial des Nations unies en Afrique de l’Ouest, M. Said Djinnit, ainsi que le chef de la Délégation de l’Union européenne en Guinée, M. Philippe Van Damme, tous deux partie prenante au comité de suivi ayant à sa tête le collège des facilitateurs du processus électoral guinéen.

Au cours de ces différentes rencontres, le point a été fait sur la conduite du processus électoral, les uns mettant l’accent sur difficultés rencontrées, les autres insistant sur les solutions apportées aux dysfonctionnements constatés, mais tous se déclarant soucieux de le tenue d’un scrutin clair et transparent et avec le moins de contestations possible.

En s’adressant aux différentes délégations, le président de la Commission de la CEDEAO a invariablement insisté sur la nécessité que les acteurs du processus électoral mettent en avant l’esprit de dialogue et de compromis pour trouver des solutions aux problèmes rencontrés. Il a aussi recommandé avec force que soit privilégié le règlement de tout contentieux éventuel par la voie légale.

Encourageant la Ceni à mener son travail dans la transparence, l’impartialité et la neutralité, Kadré Désiré Ouédraogo l’a également exhortée à renforcer la communication et la sensibilisation sur ses activités et ses réalisations afin de minimiser les suspicions notées çà et là. M. Ouédraogo a rappelé qu´initialement, ces élections législatives étaient prévues six mois après l’élection présidentielle de novembre 2000, déplorant le fait que trois ans plus tard certains soient encore à penser à en retarder la tenue. «Ces élections sont d’une importance capitale pour l’enracinement de la démocratie et de la paix en Guinée et dans toute la région de l’Afrique de l’Ouest», a-t-il souligné.

 

Insistant sur le fait que l’existence de divergences d’idées est ce qui caractérise le plus un Etat démocratique, il a fait noter que quelle que soit l’acuité des contradictions, il est toujours possible de trouver des solutions pragmatiques aux problèmes qui se posent. L’essentiel, a-t-il dit, est que tout le monde soit engagé de bonne foi et mette les intérêts supérieurs du pays au-dessus des intérêts partisans.

«Nous sommes convaincus que c’est possible. Cela a été ait dans plusieurs Etats de la CEDEAO et je ne vois pas pourquoi cela ne pourrait pas se faire en Guinée. C’est une décision qui appartient aux Guinéens, et la CEDEAO est là pour les accompagner et pour les encourager», a ajouté M. Ouédraogo.

En outre, il a souligné la «grande responsabilité» des médias et le rôle important qu’ils jouent, les incitant à contribuer positivement à des élections paisibles et à une situation calme. «Je vous exhorte à concourir à l’effort collectif afin que nous puissions assurer la paix, la concorde et la stabilité dans le pays», a-t-il dit aux journalistes.

A noter que la CEDEAO a décidé de déployer à travers la Guinée une mission d’observation électorale de 120 membres conduite par le vice-président de la Commission, le Dr Toga Gayewea McIntosh, pour ce scrutin jugé crucial car constituant la dernière étape pour achever la transition politique en Guinée.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page