Flash Infos:

Corruption et Gouvernance : Impact et solution pour les femmes, les enfants et les jeunes : La corruption est un fléau dont l’Afrique peut se passer, déclare Biha de la CEA

Ph: DR-: Giovani Biha - Secrétaire exécutif adjoint de la CEA

Ph: DR-: Giovani Biha – Secrétaire exécutif adjoint de la CEA

La corruption est un fléau qui doit être combattu si l’Afrique veut atteindre son objectif louable de ne laisser personne de côté comme le prévoit le Programme de développement durable à l’horizon 2030, selon la  Secrétaire exécutif adjoint, Giovani Biha de la Commission économique pour l’Afrique (CEA).

Aborder la 31ème réunion consultative pré-sommet de la société civile sur l’intégration du genre dans l’Union africaine et les Etats membres sur le thème « Corruption et gouvernance: impact et solution pour les femmes, les enfants et les jeunes », a déclaré Mme Biha L’Afrique peut faire sans la corruption. « Dans ce combat, nous devons être conscients des impacts différents que la corruption a sur les différents groupes de population, y compris les femmes et les hommes, lors de la formulation, la mise en œuvre et le suivi des initiatives anti-corruption ».

La participation des femmes à la vie politique et publique améliorerait les politiques sensibles au genre

Mme Biha a déclaré que l’augmentation de la participation des femmes à la vie politique et publique contribuerait également à façonner des politiques sensibles au genre, ajoutant des organisations de la société civile, travaillant étroitement avec les gouvernements, et jouant un rôle crucial dans ce combat.

En félicitant le GIMAC (Gender is My Gender) pour son rôle important dans l’influence des décisions et des actions de l’Union Africaine pour renforcer les droits des femmes et l’intégration du genre dans le continent africain ; elle réaffirme le soutien de la CEA à soutenir leurs efforts.

Pour Mme Biha, le thème de la consultation 2018 est à la fois opportun et important. « La corruption persistante et généralisée est l’un des principaux défis qui devraient saper la capacité des pays africains à atteindre les objectifs de développement durable inclus dans le Programme 2030″, a-t-elle déclaré.

Le Programme de développement durable à l’horizon 2030, adopté en 2015, engage la communauté internationale à ne laisser personne de côté. La cible 5 de l’objectif 16 appelle les États membres à réduire sensiblement la corruption et la corruption sous toutes leurs formes. Selon Mme Biha, les normes socioculturelles et les arrangements institutionnels sont des facteurs clés qui façonnent les rôles que les hommes et les femmes sont censés jouer dans la société, ainsi que leur capacité à accéder aux ressources productives, à accumuler des compétences commercialisables et à participer aux politiques publiques de la vie. En conséquence, a-t-elle ajouté, la corruption affecte différemment les hommes et les femmes.

Seuls 37 États membres ont ratifié la convention de l’UA sur la corruption

Elle invite par ailleurs les Gouvernements africains à faire plus d’efforts dans la lutte contre la corruption notamment en ratifiant la Convention de l’Union africaine sur la prévention et la lutte contre la corruption et en intégrant les dispositions dans la législation nationale, les plans, programmes et politiques.

A ce jour, seuls 37 États membres sur les 52 ont ratifié cette convention de l’UA sur la corruption. Selon elle, des ressources organisationnelles, humaines, techniques et financières adéquates devraient être allouées aux institutions de lutte contre la corruption afin que les lois soient effectivement appliquées. «Il est également nécessaire d’accroître la participation des femmes à la vie politique et publique. Comme le souligne le Programme d’action de Beijing, il est essentiel de placer de nouveaux éléments sur l’agenda politique qui reflètent et traitent les préoccupations spécifiques des femmes en matière de genre », a ajouté Mme Biha.

L’Union africaine, a-t-elle dit, fait tout ce qui est en son pouvoir pour aider à combattre la corruption sur le continent et continue de plaider en faveur de politiques sensibles au genre dans les États membres.

— Toutestgrace

A propos de Toutestgrace

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>