Flash Infos:

Le Bénin adhère enfin à la Zone de Libre-échange continentale africaine (ZLECAf) : Opérationnelle en 2020, la ZLECA traine un volume échange monétaire de plus de 3000 milliards de dollars

Ph: DR- Enfin, l'adhésion du Bénin àla Zone de Libre-échange continentale africaine

Ph: DR- Enfin, l’adhésion du Bénin àla Zone de Libre-échange continentale africaine

Signé juste avant l’ouverture officielle du 33ème Sommet des chefs d’Etat de l’Union africaine à Niamey (Niger) le 7 juillet dernier, l’Accord de la  Zone de Libre-échange continentale africaine (ZLECAf), par le Bénin et le Nigeria qui sont les 53 et 54ème pays sur les 55 attendus. Seule l’Erythrée n’a pas encore rejoint la ZLECAf. Mis en vigueur le 30 mai dernier, la ZLECAf amorce donc un tournant décisif et sera opérationnelle à partir de juillet 2020.

La conférence de l’Union africaine qui s’est ouverte à Niamey au Niger dimanche 07 juillet,  va marquer le début effectif de la zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf). C’est donc un fait historique pour le continent, avec notamment  la naissance du marché commun qui représente 1,2 milliard d’habitants et 2500 milliards de dollars de PIB cumulé.

Selon l’Agence Ecofin, de nombreux économistes estiment que l’ouverture effective de ce marché commun présente beaucoup d’avantages, notamment la suppression de 90% des droits de douanes, la simplification des procédures administratives, la libre circulation des personnes et des biens, l’ouverture des espaces aériens entre autres. Ce qui devrait augmenter les échanges inter-africains de 33% à 60% d’ici à 2022 selon des chiffres de l’ONU. Ça permettra également d’augmenter de 1 à 3% de PIB par Etat membre.

Toutefois, avant d’y parvenir, les chefs d’Etats et de gouvernements de l’UA devront, pendant ce sommet, régler certains points importants à savoir, l’harmonisation des règles commerciales à l’échelle du continent ; les modalités sur la libre circulation des personnes et des biens, la définition des produits exemptés des droits de douanes, le financement de la Zlecaf.

Autre problème à résoudre, la désignation du pays qui doit abriter le siège de l’institution. Le Kenya, le Ghana, l’Egypte, le Swaziland et Madagascar se sont portés candidats. Finalement, le Ghana a été choisi pour abriter le secrétariat permanent de l’institution.

 

D’autres points importants tels que la date exacte de l’abaissement des droits de douane, la définition des produits exemptés de droits de douane, les règles de concurrence et les mécanismes d’arbitrage qui s’appliqueront en cas de conflit doivent également être définis.

 

En juillet 2020, la ZLECAf sera opérationnelle, c’est la décision prise par les Chefs de l’Union africaine. Mais avant le Bénin et le Nigeria ont enfin signé l’accord, faisant d’eux, le 53è et 54ème pays sur les 55 attendus. Selon l’Agence Ecofin, l’échéance 2020 intervient alors que le Nigeria, le Bénin, le Gabon et la Guinée-Equatoriale sont  qui aussi devenus, dimanche dernier, les derniers pays à rejoindre ce qui est présenté comme le plus grand marché intégré au monde ; Aussi, le nombre de pays ayant ratifié l’accord est maintenant de 27, bien au-delà du seuil exigé pour l’entrée en vigueur, qui était fixé à 22.

Ce délai de 12 mois, devrait permettre à chaque pays membre de poursuivre les négociations et de finaliser l’harmonisation des législations nationales visant à faciliter la mise en œuvre effective de la ZLECA.

« Je suis d’accord avec la proposition du Conseil exécutif de désigner le Ghana comme notre choix d’accueillir le secrétariat de la ZLECA. Notre tâche est maintenant de finaliser les négociations et les instruments opérationnels restants en temps opportun », a indiqué Paul Kagame, président du Rwanda. Notons qu’à ce jour, seule l’Erythrée n’a pas encore rejoint la ZLECA » rapporte l’Agence Ecofin.

 

La Zlecaf est un marché de plus 1,2 milliard d’habitants avec un volume échange monétaire estimée à plus de 3000 milliards de dollars. Niamey, capitale du Niger, restera dans les annales de l’histoire politique africaine comme le berceau de cet accord qui vise à renforcer les échanges commerciaux entre pays africains. (Source : Ecofin)

— Toutestgrace

A propos de Toutestgrace

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>