Flash Infos:

9ème Edition de la Journée de Diffusion des Comptes extérieurs du Bénin au titre de l’Année 2015 :Une situation caractérisée par une mobilisation excessive de ressources extérieures et une légère atténuation du déficit

La Direction nationale de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) a organisé la 9ème journée de Diffusion des comptes extérieurs du Bénin au titre de l’Année 2015. Axée sur deux principales présentations : « La Balance des paiements : Perspectives et Conclusion » et « le Commerce extérieur dans les pays membres de l’UEMOA en 2015 : Evolution et perspectives », cette édition a réuni autour de ces thématiques, les acteurs des institutions bancaires et financières, de l’INSAE, les représentants de la Douanes et droits indirects et des opérateurs économiques et industriels du Bénin. C’était à Azalaï Hôtel de Cotonou, ce jeudi 23 Février 2017.

PH: DR: Présidium à l'ouverture des travaux; (De gauche à droite) Alexandre BIAOU DG/INSAE, (au milieu) Représentant du Ministre des Finances, DN/BCEAO, Alain KOMACLO et Symphorien Agbéssadji

PH: DR: Présidium à l’ouverture des travaux; (De gauche à droite) Alexandre BIAOU DG/INSAE, (au milieu) Représentant du Ministre des Finances, DN/BCEAO, Alain KOMACLO et Symphorien Agbéssadji

Analyser les comptes extérieurs du Bénin au titre de l’Année 2015, marqués par l’environnement économique et international ou par des faits marquant l’évolution des comptes extérieurs. C’est à cet exercice que les acteurs de la Banque centrale assisté de leur Directeur national, M. Alain Komaclo se sont livrés hier. Pour la présente édition des journées de diffusion des comptes extérieurs du Bénin, la Banque centrale a retenu de restituer les résultats d’une note d’analyse sur la Balance des paiements et sur l’évolution et les perspectives relatives au Commerce extérieur dans les pays membres de l’Uemoa.

« Cette thématique revêt l’intérêt singulier pour le Bénin à travers la mise en œuvre du Programme d’Action du Gouvernement (PAG), au regard de la nécessité de développer les filières à haute valeur ajoutée, d’accroître la capacité de transformation et de renforcer les exportations » soulignera le représentant du Ministre de l’Economie et des Finances.

En substance, il a été question d’examiner le profil des échanges entre les pays membres de l’Uemoa et de mettre en évidence les principales contraintes à l’approfondissement des échanges intra-Uemoa et d’identifier les mesures et recommandations nécessaires au développement du commerce intra-communautaire. Les échanges ont également porté sur les perspectives liées à l’évolution des échanges commerciaux dans l’espace Uemoa.

Ph:DR-: Une vue partielle des participants

Ph:DR-: Une vue partielle des participants

Résultats issus du Calcul des Comptes extérieurs du Bénin en 2015

D’entrée de jeu, la Banque centrale a utilisé la méthodologie de questions-réponses pour la collecte des données (232 réponses obtenues sur 279 unités soit un taux de 83,2%) ; ensuite elle a utilisé le cadre d’exploitation des formulaires sur les IDE  et la collecte des données complémentaires et enfin, un travail de fourmi  a été fait sur la réconciliation des données sur les échanges intra Uemoa ; les statistiques officielles de l’INSAE sur le commerce extérieur et le commerce non enregistré (l’informel) et les données de la Banque des Règlements internationaux.

La synthèse sur le contexte économique révèle qu’au plan international il y a une reprise modérée dans les pays développés (les Etats-Unis et la Zone Euro) ; une décélération de la croissance en Chine et un ralentissement de l’activité économique dans les pays émergents (Brésil et Russie) avec un taux de croissance de l’économie mondiale de 3,1% en 2015 contre 3,4% en 2014 selon les données du FMI.

Au plan régional ouest-africain, globalement le contexte socio-politique a été apaisé dans la plupart des pays ; néanmoins on a noté un début de récession économique au Nigéria qui certainement a eu des effets sur l’activité économique au Bénin ; Pour la campagne 2015-2016 dans la zone Uemoa, la production agricole était en hausse et la dynamique de croissance était forte ; soit 7,0% en 2015 contre 6,5% en 2014.

Au plan national, la production cotonnière a augmenté pour se situer à 393.000 tonnes pour la campagne 2014-2015 ; cependant, on a noté une baisse d’activité au niveau du port et un reflux de la croissance du commerce. Sur la base de ces éléments l’INSAE situe le taux de croissance à 5% en 2015 contre 6,5% en 2014. De même, l’activité économique s’est inscrite dans un environnement de non inflationniste avec un taux d’inflation qui se situe en moyenne à de 0,3% en 2015 contre -1,1% en 2014.

Selon M. Noukpo présentateur de cette thématique, ce contexte a impacté les comptes extérieurs du Bénin, situant le solde global de la balance des paiements à un niveau excédentaire de 83,6 milliards en 2015 contre 175,1 milliards, un an plus tôt.

La position extérieure globale (PEG)

La PEG laisse une augmentation du passif net soit 851,4 milliards en 20145 contre 490,1 milliards, un an plus tôt. A l’actif ; la ventilation géographique fait ressortir la prédominance des pays de l’UEMOA à hauteur de 94,4%. Au passif ; les engagements financiers sont contractés à la fois auprès des autres pays (50,7%), des pays de l’Uemoa (38,3%) et de la Zone euro (10,9%).

Recommandations

Face à cette situation d’endettement, il conviendrait de poursuivre les efforts visant la transformation structurelle de l’économie béninoise. Dans cette perspective, les actions suivantes mériteraient une attention soutenue ; notamment : l’amélioration du climat des affaires ; le renforcement de l’offre d’énergie ; la consolidation de la mobilisation des ressources intérieures et la poursuite de l’apurement de la dette intérieure et du reprofilage de la dette publique, pour tenir compte des risques de refinancement.

Des recommandations qui rejoignent en tout point les ambitions des autorités nationales. Selon le représentant du Ministre de l’Economie et des Finances, le Gouvernement entend engager la consommation structurelle de l’économie pour la rendre compétitive et favoriser le développement économique. En particulier, au titre des priorités du  Programme d’Action du Gouvernement pour la période 2016-2021, figure la facilitation du commerce frontalier par la réduction des coûts d’approche et la simplification des procédures, la promotion de l’industrie de transformation principalement pour alimenter le marché sous régional, ainsi que la mise en place du mécanisme d’appui au financement des PME-PMI.

Perspectives : Evolution de la Balance des paiements en 2016

Les données sur les statistiques monétaires à fin décembre 2016 indiquent que le solde global ressortirait déficitaire de 130,7 milliards en 2016 (prévisions) contre un excédent de 83,6 milliards en 2015, en relation avec un recul des investissements directs étrangers (IDE)  et des mobilisations de ressources extérieures par l’Etat. En particulier, les ressources levées par le Trésor public sur le marché financier régional auprès des autres Etats de l’Union ont baissé de 101,0 milliards pour s’établir à 230,1 milliards en 2016 contre 331,1 milliards en 2015.

Au total, on retient que les échanges extérieurs du Bénin ont connu une évolution en cohérence avec le contexte international et régional peu favorable avec l’activité économique nationale. Les traits caractéristiques des comptes extérieurs en 2015 se résument à travers une importante mobilisation de ressources extérieures (titres publics, emprunts publics, crédits commerciaux) et une légère atténuation du déficit du compte courant rapporté au PIB à la faveur d’une réduction du solde déficitaire des biens et des services, consécutive à la contraction des importations.

 

 

Situation du Bénin dans le Commerce extérieur au niveau de l’UEMOA en 2015 :

Evolution et Perspectives

La situation du Bénin dans le commerce extérieur au sein des pays membres de l’Uemoa en 2015 est illustrée par des contraintes à l’approfondissement des échanges au niveau régional.

Ces contraintes ont pour noms : Difficultés d’accès aux marchés extérieurs (UE, Etats-Unis, Asie) pour des raisons de normes et de subventions ; Défaillances dans l’application des textes réglementaires (climat des affaires favorables) ; Développement insuffisant des infrastructures de communication entre les marchés intérieurs ; faible capacité de production manufacturière et Performance logistique moyenne légèrement en deçà de celle de l’Afrique subsaharienne.

Au titre des perspectives, les acteurs de la Banque centrale relèvent deux actions positives et deux actions négatives pour l’évolution du commerce extérieur. Comme actions positives, il s’agit de poursuivre le renforcement des infrastructures (transport, énergie, télécommunication et finance) et l’amélioration du climat des affaires en se basant sur les données annuelles de Doing Business.

Les actions négatives notées résultent de la vague de protectionnisme à l’étranger et les tensions politiques et défis sécuritaires. (Ndlr : Nous reviendrons plus en détail sur l’évolution en chiffres du commerce extérieur).

Aline ASSANKPON

Photo-1 : Présidium à…

Légende : Présidium à l’ouverture des travaux (de gauche à droite) : Alexandre BIAOU, DG INSAE, Représentant du MEF, en troisième position, DN/BCEAO, Alain KOMACLO et à l’extrême droite AGBESSADJI Symphorien.

— Toutestgrace

A propos de Toutestgrace

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>