Flash Infos:

CEA/ Covid-19 : Plus de 600 millions d’abonnés mobiles en Afrique bénéficieront de la première plate-forme de santé numérique


95 Vues

Ph: DR(: Quelques participants à la cérémonie du lancement virtuel de l’ACIP

La Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), a procédé ce mardi 23 juin 2020 au lancement officiel, virtuel, de la première plate-forme de communication publique, révolutionnaire, basée sur la téléphonie mobile. L’objectif étant de fournir à plus de 600 millions d’utilisateurs à travers le continent, les derniers conseils de santé publique. La plate-forme africaine de communication et d’information (ACIP) fournira également aux groupes de travail nationaux et régionaux sur le COVID des données d’enquête générées par les utilisateurs et des informations exploitables sur la santé et l’économie.

«Avec cette plate-forme, nous avons la possibilité d’atteindre entre 600 millions et 800 millions d’abonnés mobiles en Afrique », déclare Vera Songwe, Secrétaire exécutive de la Commission économique pour l’Afrique (CEA), lors du lancement virtuel de la Plate-forme africaine de communication et d’information pour la santé et l’action économique.

L’ACIP est un outil mobile pour l’information et la communication à double sens entre les citoyens et les gouvernements. Il fournit aux groupes de travail nationaux et régionaux sur le COVID des données d’enquête générées par les utilisateurs et des informations sanitaires et économiques exploitables qui permettront aux autorités de mieux analyser les problèmes liés à la pandémie et de mettre en œuvre des réponses appropriées.

Dr John Nkengasong, Directeur du CDC-Afrique, indiquera pour sa part que la plate-forme offre «une opportunité unique de changer la façon dont nous menons la surveillance des maladies, d’améliorer notre capacité à acquérir de bonnes données en temps opportun et de s’assurer que tous les Africains comptent ».

 

Présidé par le Président Congolais, Denis Sassou Nguesso, qui a salué l’initiative et note qu’elle «répond aux demandes d’assistance des États membres pour la collecte et le traitement des données essentielles pour répondre efficacement au COVID-19 ».

Le Président de Guinée, Alpha Condé s’engage à « convaincre les 55 États membres de l’UA d’adhérer à cette initiative (ACIP) ». Selon lui, les incertitudes entourant le COVID-19 incitent fortement l’Afrique à embrasser rapidement la quatrième révolution industrielle, garantissant un meilleur accès à Internet et à un prix abordable.

Mme Songwe déplore également la question de l’accès à Internet et à un prix abordable en Afrique, déclarant : «Dans une période de pandémie et de crise économique, il est encore plus difficile pour les gens de dépenser le peu de ressources dont ils disposent pour s’offrir un accès ».

 

La bonne nouvelle, cependant, c’est que pendant que la CEA travaille avec des parties prenantes clés pour résoudre le problème de l’accès à Internet, de sa fiabilité et des coûts, l’ACIP peut déjà atteindre plus de 80% des utilisateurs de téléphones mobiles en Afrique sans que les coûts habituels ne leur soient imposés.

«En tant qu’opérateurs, nous pouvons renoncer aux frais de Données de services supplémentaires non structurées (USSD) car il est probable que de nombreuses personnes aux prises avec la pandémie dans certaines zones rurales ne disposent pas de temps de communication », affirme Robert Shuter, PDG de MTN qui déclare « que le caractère unique de l’initiative ACIP incite MTN et ses concurrents à convenir qu’il s’agit d’un domaine de collaboration et de coopération ».

  1. Shuter précise que la technologie peut être utilisée sur n’importe quel téléphone portable ou appareil et que la plate-forme «présente un menu très simple aux utilisateurs et nous permet de collecter des informations très importantes que les décideurs politiques peuvent utiliser pour identifier et localiser les problèmes et les zones sensibles».

Les ministres africains en charge des TIC qui ont pris part à ce lancement, ont exhorté les parties prenantes à garantir qu’il y ait des synergies entre l’ACIP et les efforts fournis dans le domaine de la technologie numérique pour lutter contre la COVID-19 au niveau national.

Le Secrétaire général de l’UIT, Houlin Zhao, appelle les régulateurs africains et les ministres des TIC à « soutenir cette nouvelle plate-forme ». Il déclare que l’intelligence artificielle et les méga données sont au cœur de l’ACIP et que le soutien des régulateurs des télécommunications de chaque pays est « absolument nécessaire ».

Trente-six États membres africains ont déjà adhéré à l’initiative. La plate-forme permettra également aux groupes de travail sur la COVID de déployer des ressources sanitaires et économiques pour atténuer les effets de la pandémie.

Boutheina Guermazi, qui dirige la Pratique mondiale du développement numérique, de la Banque mondiale, se déclare réconfortée de voir « la rapidité avec laquelle l’Afrique a réagi pour créer cette plate-forme », réunissant les principales parties prenantes du continent pour tirer parti de l’analyse mobile des méga données. « Nous savons que des informations précises et à jour sur les modèles de mobilité agrégés anonymisés pourraient clairement être utilisées pour surveiller, prévoir les épidémies et planifier les activités à l’avenir».

Lacina Kone, PDG de Smart Africa, décrit pour sa part,  l’ACIP comme « l’une des initiatives numériques qui transformera l’Afrique ». Il félicite la CEA pour son rôle d’avoir mobilisé les principaux opérateurs mobiles, régulateurs et gouvernements africains sur une plate-forme unique. «L’année 2020 devra être une année où nous adoptons et accélérons la collaboration grâce à la transformation numérique. Elle devra entrer dans l’histoire comme une période charnière pour l’Afrique d’un point de vue technologique, sanitaire et économique », déclare M. Kone.

Mme Songwe exhorte les jeunes africains à « travailler avec nous » pour concevoir des systèmes et des plates-formes d’intelligence artificielle qui peuvent être sélectionnés pour obtenir de meilleures données et aider à identifier et « garantir que le secteur informel fasse partie intégrante d’un tissu économique actif de notre continent ».

 

Rappelons que l’UIT, Smart Africa, l’Union africaine, la Banque mondiale, l’OMS, MTN, Orange, Safaricom, Vodacom, Airtel ont pris une part active à la réussite de l’initiative de la CEA.

La plateforme ACI en question ?

En effet, cette plateforme vise à soutenir le groupe de travail national sur la COVID-19 assigné à chaque pays pour améliorer sa capacité à analyser la situation et à mettre en œuvre les réponses nécessaires, et à orienter les ressources pour atténuer et endiguer les effets sanitaires et économiques de la pandémie.

Robuste et facile à utiliser, la plate-forme utilise un mélange de menus à commande vocale et textuelle. Le service gratuit a été développé par la CEA en collaboration avec quatre (4) grands opérateurs de réseaux mobiles et un intégrateur de données. La plate-forme exploite les canaux mobiles à bande étroite en utilisant une combinaison de texte de Données de services supplémentaires non structurées (USSD) et d’interactions vocales, de Réponse vocale interactive (VRI).

Du côté du haut débit, la plate-forme utilise les données publiques des canaux numériques, y compris les médias en ligne et réseaux sociaux. En utilisant la bande étroite et le haut débit mobiles, la plate-forme peut atteindre les utilisateurs 3G / smartphones et les abonnés mobiles avec des portables 2G de génération antérieure, également appelés téléphones de fonction.

C’est la première fois qu’une plate-forme mobile USSD est associée de manière interactive à une IA de méga données pour fournir des informations que ni l’une ni l’autre ne pourrait atteindre.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page