Flash Infos:

OMC/ 9ème Examen global de l’Aide pour le Commerce – 2024 : Vers une transition verte inclusive


187 Vues

PH:DR. M.Taufiq Rahman, Directeur de la Division du développement du Commerce et Mme Pilar Garrido Gonzalo, Directrice du développement et de la Coopération à l’OMC à la Conférence de presse

En prélude au 9ème Examen global de l’Aide pour le Commerce 2024, qui se déroulera du 26 au 28 juin 2024 au siège de l’Organisation mondiale du Commerce (OMC) à Genève en Suisse, une conférence de presse a été organisée ce 25 juin pour annoncer l’événement aux médias. Objectif : Expliquer les tenants et les aboutissants de cette session et Encourager la participation des médias internationaux à cette session où une soixantaine de panels de haut niveau, qui touchent tous les aspects du commerce international seront au cœur des échanges.

Aline ASSANKPON

« Intégrer le commerce dans les stratégies de développement », c’est le thème de cette 9ème Session d’Examen global de l’Aide pour le commerce 2024 qui examinera les 687 milliards d’USD d’investissements mobilisés dans le cadre de l’Initiative de l’Aide pour le commerce.

L’objectif étant d’examiner l’importance de l’Initiative de l’Aide pour le commerce et ses progrès dans les économies en développement et les économies les moins développées (PMA) en les aidant à participer pleinement au commerce mondial ; et ce qui peut encore être fait par ces économies pour tirer partie du commerce afin de stimuler la croissance économique au niveau pays, afin d’atteindre les Objectifs de développement durable (ODD) et de renforcer la résilience face aux chocs futurs.

« L’Aide pour le commerce fonctionne depuis le début de l’initiative en 2016, 648 milliards USD ont été dépensés pour lever les obstacles à l’intégration commerciale dans les pays en développement, avec des résultats concrets et positifs. L’intégration commerciale dans les pays en développement sur la croissance et la diversification des exportations» a déclaré Taufiq Rahman, Directeur de la Division du développement du Commerce.

Selon le chef de la Division du développement, les Partenaires reconnaissent les progrès accomplis dans le soutien des pays en développement dans les échanges commerciaux. Il y a également l’importance du changement climatique, les paysans réclament un guide de développement de l’agriculture pour faire face aux changements climatique et une demande d’augmentation pour faire front à l’impact du changement climatique.

Lire aussi  OMC / Un monde en crise a besoin de commerce et d'aide : Rendre le commerce plus écologique, inclusif et connecté

« C’est le genre de succès et de bonnes nouvelles dont nous avons besoin à un moment où les pays en voie de développement sont confrontés aux conséquences de plusieurs crises qui se chevauchent : des niveaux élevés de service de la dette, des perturbations commerciales, une grande incertitude économique, une résurgence de la pauvreté et de la faim, des attaques contre l’égalité entre les hommes et les femmes et qui les éloignent des Objectifs de développement durable (ODD). Un contexte géopolitique difficile entraîne de nouveaux risques de fragmentation, avec des coûts économiques potentiellement importants pour tous les pays et tous les ménages, et en premier lieu les plus pauvres d’entre eux » énumére Taufiq Rahmann.

Vers une transition verte inclusive

« Il est important de préciser que cette initiative a atteint les objectifs qu’elle s’était fixées. En 2025, il y aura d’autres domaines à explorer, notamment : l’infrastructure économique, le transport et la connectivité numérique » ajoute-t-il.

« Cet aspet du partenariat vers le transfert du Fonds vert varie d’un cas à l’autre » a renchérit la Directrice du développement et de la Coopération à l’OMC, Pilar Garrido Gonzalo.

« Nous avons reçu des questions de la part des Fournisseurs de produits agricoles et des paysans eux-mêmes et du domaine de la pêche également. Nous estimons qu’il est important pour ceux-ci (les agriculteurs) de revoir la méthode de production et de déterminer dans quelle mesure le commerce numérique peut soutenir la comparaison par rapport à la pratique traditionnelle ».

 Il s’agit également de soutenir la transition verte qui au cœur de tous les pôles d’échanges. « Nous essayons de mettre en avant les femmes, les jeunes et les Micro Petites et moyennes Entreprises (MPME. C’est une transition inclusive à laquelle nous procédons dans le domaine commercial » a précisé Mme Pilar Garrido Gonzalo.

Le rapport souligne que « Plus de la moitié de la population mondiale est laissée pour compte ». Le Secrétaire général des Nations Unies appelle donc à une plus grande action pour mettre fin à l’extrême pauvreté, lors de la conférence de Suffolk.

Ph:DR: Mme Pilar Garrido Gonzalo,la Directrice du développement et de la Coopération à l’OMC et M. Daniel Pruzzin,Directeur de la Communication

Les priorités pour l’avenir

Lire aussi  OMC / Examen globale de l’Aide pour le Commerce  (8ème Edition) : « Autonomiser le commerce durable connecté »

Face à l’évolution des défis mondiaux en matière de commerce et de développement, l’Aide pour le commerce doit s’adapter aux priorités pour l’avenir. Elle est avant tout, un outil de promotion d’un système commercial ouvert et fondé sur des règles dans ses dimensions multilatérales, régionales et locales ; un moyen d’aider les pays en développement à exploiter les opportunités émergentes du commerce mondial.

« Les personnes interrogées dans le cadre de notre enquête sur l’aide au commerce ont également mis l’accent sur les nouveaux défis émergents, tels que le changement climatique (94 % des répondants) ou la numérisation (80 %), tout en réaffirmant la nécessité d’améliorer la compétitivité des pays en développement, la numérisation (80 %), tout en réitérant l’importance de la facilitation des échanges (80%) » a déclaré Pilar Garrido Gonzalo

« Pour répondre à ces besoins en constante évolution, nous devons faire preuve d’innovation, veiller à ce que le soutien soit bien ciblé et mobiliser des ressources supplémentaires pour le commerce. Déjà, en plus des 51 milliards d’USD fournis au titre de l’aide officielle au commerce, la Commission européenne a décidé de mettre en place un programme d’aide au commerce. L’aide pour le commerce s’adapte déjà : 67 % des flux provenant de donateurs bilatéraux se concentrent sur la lutte contre le changement climatique, et le soutien à la numérisation et au commerce électronique a augmenté de 31 % entre 2020 et 2022 ».

« En 2022, les donateurs de l’aide publique au développement (APD) dans l’aide au commerce ont mobilisé un montant additionnel de 1,5 milliard USD pour l’aide au développement et les Partenaires de la coopération au développement 54 milliards d’USD supplémentaires en 2022 auprès du secteur privé pour le commerce. Mais nous devons faire plus » insiste-t-elle.

 Le rapport révèle que les pôles du commerce permettent au pays en développement de diversifier leur travail, leur production et de tirer meilleur parti de la valeur ajoutée et de sortir de la pauvreté, notamment : Comment garantir une meilleure intégration, comment fournir davantage d’opportunités sous forme de règlementations, comment également faire en sorte d’avoir des produits à plus fortes valeur ajoutée, etc ?

Lire aussi  OMC / Un monde en crise a besoin de commerce et d'aide : Rendre le commerce plus écologique, inclusif et connecté

« Avec l’aide de certains pays, par exemple en Australie, on a pu arriver avec l’Aide pour le commerce, investir dans le secteur privé, qui inspire de plus en plus confiance, ce qui a permi aux bénéficiaires d’ajouter plus de valeur à leur production. Nous essayons également d’élargir la boite à outils, de nous fixer sur la croissance pour savoir comment solliciter les acteurs qui seront plus pertinents ». Le programme australien a soutenu plus de 700 000 micros petites et moyennes entreprises (MPME) dans les pays partenaires et a permis d’augmenter les exportations d’ananas biologiques de 3 500 tonnes en contribuant ainsi à la création de 2,8 millions d’emplois locaux.

L’atténuation du changement climatique est une priorité. Pour ce qui concerne les objectifs climatiques liés au commerce, l’OMC agit en fonction des besoins disponibles, « A cette session de l’Examen global sur l’Aide pour le commerce, la Banque mondiale sera présente et nous dira comment les pays peuvent s’acquiter des mesures nécessaires pour bénéficier les fonds verts afin qu’ils demeurent compétitifs pour leur exportation » a conlu Taufiq Rahman, Directeur de la Division du développement du Commerce.

Il y a également une certaine tendance qui se développe : Comment bénéficier des éléments qui sont en faveur des croissances zéro vers l’énergie verte ; comment les pays en développement peuvent bénéficier de la chaine d’approvisionnemenvers la transition verte ?

Autant de préoccupations qui seront développées à travers différents panels durant les trois jours de travaux avec une attention particulière à la sécurité alimentaire, à la connectivité numérique et à la transition vers une économie plus verte.

L’ouverture officielle de l’événement prévue pour ce mercredi 26 juin 2024, sera assurée par la Directrice générale de l’OMC, Dr Ngozi Okono-Iweala en présence du Secrétaire général de l’OCDE, Mathias Cormann et du ministre des Affaires étrangères de la Barbade, Kerrie Symmonds.

Ce 9ème Examen global sur l’Aide pour le commerce dont les travaux s’ouvrent ce mercredi 26 jusqu’au vendredi 28 juin 2024, c’est 300 intervenants, 1000 participants, 60 séances de haut niveau.

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page