Flash Infos:

Genève / CM12 : La délégation béninoise invite les membres de l’OMC à un réengagement en faveur du dossier Coton


580 Vues

Ph/DR: Mme Shadiya Alimatou ASSOUMAN, ministre de l’Industrie et du Commerce du Bénin

A la 12ème Conférence ministérielle de l’OMC qui se tient actuellement à Genève en Suisse, du 12 au 15 juin 2022, la délégation béninoise à travers la ministre de l’Industrie et du Commerce, Mme Shadiya Alimatou ASSOUMAN, a présenté à la plénière, par visioconférence- l’intérêt pour le Bénin  d’exprimer sa position sur les préoccupations du Bénin, des pays en développement et des Pays les moins avancés (PMA). A cet effet, la délégation béninoise a exprimé sa position sur le dossier  Coton et l’initiative des quatre (04) pays désignés sous l’appellation du Groupe C-4 et sur les éternelles questions thématiques-négociations de l’Agriculture, des subventions à la pêche, du Traitement spécial et différencié, du Commerce électronique et autres sujets inscrits dans l’agenda de la CM12.

Reportage à Genève (Suisse) : Aline ASSANKPON

Adressant les vives félicitations la délégation béninoise à la Directrice générale de l’OMC, Mme Ngozie Okonjo-Iweala, au Secrétariat et à l’ensemble des organes de l’OMC pour leur mobilisation constante et leur détermination inébranlable en vue de la tenue effective de cette conférence ministérielle tant attendue, la ministre de l’Industrie et du Commerce du Bénin, Mme Shadiya Alimatou ASSOUMAN, va énumérer les attentes élevées et particulières du Bénin, des pays en développement et des PMA à cette conférence ministérielle.

Les attentes élevées de la conférence

Au regard du contexte international dans lequel se tient cette conférence ministérielle de l’OMC, les attentes sont multiples et multiformes. «Elles sont élevées et caractérisées par la juxtaposition de plusieurs crises résultantes des effets conjugués de la Covid-19 et le conflit russo-ukrainien, crise sanitaire, crise alimentaire et crise économique. Ces crises appellent une réponse urgente et pertinente de l’OMC dans ses domaines de compétences pour sa contribution à l’atténuation des effets à court termes ».  

«Les attentes élevées au regard des résultats particulièrement décevant du Programme de Doha pour le développement, dont les Pays en développement et les PMA en particulier attendent toujours la concrétisation des promesses depuis son lancement, déjà deux décennies» ajoute le chef de la délégation béninoise qui trouve que cette situation compromet de plus en plus, les chances de cette catégorie de pays de parvenir à une croissance durable et inclusive pour l’atteinte des ODD à l’horizon 2030.

Des attentes élevées sont également notées de la part des membres de l’OMC, les plus vulnérables qui souhaitent une réponse ordonnée et ambitieuse du système commercial multilatéral, en vue de l’amélioration de ses règles, de ses principes, de ses mécanismes de fonctionnement afin que le commerce international puisse être partout un véritable levier de développement, de lutte contre la pauvreté, de création d’emplois et de réduction des inégalités. En d’autres termes, une source de prospérité partagée pour toutes les nations.

Le dossier coton au cœur des attentes du Bénin

Appartenant au Groupe des quatre pays producteurs du Coton en Afrique de l’Ouest (Bénin, Burkina-Faso, Mali et le Tchad) sous l’appellation du Groupe C-4 ; le Bénin est co-auteurs de l’initiative sectorielle en faveur du coton face à l’absence manifeste du progrès et au blocage systématique enregistre dans la mise en œuvre des décisions et déclarations ministérielles successives (Hong-Kong, Bali, Nairobi) adoptées sur le coton en vue de traiter ce produit de manière ambitieuse, rapide et spécifique dans le cadre des Négociations sur l’agriculture et au regard de son importance stratégique et vitale pour les économies et les populations de ces pays.

« La délégation béninoise se fait donc l’écho des attentes des populations pauvres et vulnérables qui, au fin fond des contrées africaines ont en ce moment leurs regards tournés vers Genève pour que le Coton et ses produits dérivés puissent être enfin libérés des distorsions créées par les soutiens internes qui perturbent le marché international de ce produit stratégique et annihile des efforts que des millions petits producteurs qui en vivent directement en Afrique avec leur famille » a souligné Mme ASSOUMAN.

Par ailleurs, la délégation du Bénin prend une part constructive aux travaux de la présente conférence en vue de l’atteinte des objectifs susvisés. Très attentive à la prise en compte des intérêts spécifique des groupes d’appartenance dont elle est solidaire des positions, elle invite particulièrement les membres de l’OMC à un réengagement en faveur du dossier Coton.

Cette implication du Bénin fait écho « au signal éloquent donné à l’Assemblée générale des Nations-Unies à travers l’adoption de la Résolution ARES-75×78 du 30 août 2021,  consacrant à l’initiative des Pays du C-4, le 7 octobre comme journée mondiale du Coton » a rappelé la ministre du Commerce.

Ph/DR: M. Angelo Dan, Ambassadeur du Bénin près la France, Membre de la délégation béninoise à la CM12

Les attentes sur les négociations-thématiques

Concernant l’autre volet des attentes relatives aux négociations-thématiques portant sur l’Agriculture, le soutien interne et l’adoption d’une solution permanente sur la question de la détention des stocks à des fins de sécurité alimentaire préoccupent à plus d’un titre le Bénin. De même que les subventions à la pêche « afin que la portée du projet d’accord en négociation sur cette question puisse être intégral tout en intégrant les préoccupations spécifiques, des pays en voie de développement et des PMA».

Le Bénin se veut très attentif des questions sur le Traitement spécial et différencié en vue du maintien de ce dispositif, de son amélioration pour ménager aux pays en développement et aux PMA, la flexibilité nécessaire à l’atteinte de leurs Objectifs de Développement durable (ODD).

Le Commerce électronique retient également l’attention de la délégation béninoise afin que le moratoire sur la non-imposition des droits de douane sur les transmissions électroniques connaisse une nécessaire évolution dans le sens de sa suppression. « Le Bénin réaffirme aussi son soutien à la mise en place d’un Groupe de travail multilatéral avec un mandat claire et équilibré et conséquent sur le commerce électronique afin que les Membres de l’OMC, quel que soit leur niveau de développement puissent y participer » a précisé Mme ASSOUMAN.

La délégation a enfin souligné tout l’intérêt que le Bénin accorde à l’assistance technique et financière dont il bénéficie au titre du Programme du Cadre intégré renforcé pour le commerce et d’autres initiatives pertinentes de l’OMC. A cet égard, elle voudrait compter sur l’engagement accru des pays développés en matière de financement du développement pour répondre aux besoins spécifiques des pays en développement et des PMA, notamment en matière d’accès aux capitaux et à la technologie pour favoriser leur intégration réussie au système commercial multilatéral.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page