Flash Infos:

Cap-Vert / Conférence économique africaine (CEA-2021) : Antonio Pedro appelle la conférence à adopter des mécanismes de financement audacieux et innovants


192 Vues

Ph/DR: M. Antonio Pedro, Secrétaire exécutif adjoint de la CEA

A la cérémonie d’ouverture de la 16ème édition de la Conférence économique africaine, qui se tient sous forme hybride à Sal au Cap-Vert, M. Antonio Pedro, Secrétaire exécutif adjoint de la  Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (UNECA) a, au nom de la Secrétaire exécutive Mme Vera Songwe, appelé à une réponse mondiale plus coordonnée face à la pandémie de Covid-19 qui, de plus en plus, crée de variantes nouvelles, plus virulentes, associées à des chocs climatiques imminents.

 Aline ASSANKPON

« L’Afrique au-delà du COVID-19 : accélération vers un développement durable inclusif », c’est le thème de la 16ème édition de la Conférence économique africaine qui ouvre ses travaux ce jeudi 2 décembre 2021 à Sal, au Cap-Vert.

«Financer le développement de l’Afrique après le Covid-19, il convient de noter que notre reprise a été marquée par des réponses budgétaires divergentes, un accès divergent aux vaccins et, par conséquent, des voies de reprise divergentes » a déclaré M. Antonio Pedro, Secrétaire exécutif adjoint de la CEA, au nom du Dr Vera Songwe, Secrétaire exécutive de la CEA.

La pandémie a exacerbé les problèmes de financement.

En proie à une pandémie qui a fait et qui continue de faire d’innombrables morts,  détruit des moyens de subsistance et a fait dérailler les progrès vers les ODD, l’Afrique a subi la pire récession économique. « En mars 2021, les pays africains ont dépensé moins de 1% du PIB sous forme de fonds propres, de prêts gouvernementaux et de garanties à l’appui de la reprise après la pandémie. En revanche, le montant équivalent pour les économies avancées était de 11,3 % alors que la moyenne mondiale était de 6,1 % ».

De l’avis de M. Pedro, l’émergence de la variante Omicron est une conséquence d’une réponse mondiale non coordonnée à la pandémie. «Au cœur de l’inversion des réponses asymétriques à la crise des pays avancés et en développement se trouve l’accès équitable à des financements abordables. Cela souligne l’importance du thème de l’AEC cette année » a-t-il déclaré.

Lire aussi  CEA : Une nouvelle étude de la CEA montre qu’il se peut que l’Afrique n’atteigne pas les objectifs de l’ODD7  

Les besoins de financement pour atteindre les objectifs de développement durable (ODD) estimés à 2,5 billions de dollars pour les pays en développement, étaient substantiels avant même la pandémie de COVID-19. Selon les Perspectives mondiales de l’OCDE 2021, le déficit de financement annuel des ODD dans les pays en développement aurait augmenté de 1 700 milliards de dollars, soit environ 70 %, en 2020. Pendant ce temps, les investissements directs étrangers (IDE) sont passés de 4,46 % du PIB en 2015 à 3,54 % du PIB en 2019, avec une baisse potentielle en 2021 en raison de la pandémie.

Le secteur privé devait contribuer plus d’un tiers du financement requis pour les ODD, mais les contributions réelles ont été nettement inférieures, à seulement 4 à 8%. «Nous devons faire davantage pour mobiliser des financements privés, d’autant plus que les tampons budgétaires des pays en développement sont soumis à une pression extrême » avertit le Secrétaire exécutif adjoint de la CEA.

«L’augmentation des dépenses couplées à la baisse des recettes ont aggravé les déficits budgétaires de l’Afrique qui se sont détériorés de -4,2 % du PIB en 2019 à -7,6 % du PIB en 2020. Après une contraction de 3,2 % en 2020, le PIB réel devrait rebondir à 3,6 % en 2021 et à 3,8 % en 2022 (CEA, 2021). Cependant, ces taux de croissance ne sont que légèrement supérieurs à la croissance démographique annuelle de l’Afrique de 2,3 %. Et nous ne pouvons pas supposer que les taux de croissance positifs se maintiendront » analyse-t-il.

Difficile de se remettre de la crise socio-économique

Lire aussi  Examen annuel de la CEA : Très optimismes, les Etats membres mettent en évidence les principales réalisations ayant une valeur à long terme

M. Pedro rappelle qu’en juin 2021, plus de 22 des 54 pays africains étaient soit en situation de surendettement, soit à haut risque, et de nombreux pays en développement étaient confrontés à une dépréciation de leur monnaie. De plus, les pressions inflationnistes s’intensifient, menaçant d’éroder le pouvoir d’achat des ménages déjà ébranlés par la pandémie.

« Les décideurs politiques sont désormais confrontés à la tâche ardue d’assurer une reprise socio-économique durable tout en mobilisant des ressources pour financer l’augmentation des déficits budgétaires et des obligations de la dette. Dans le même temps, les pays sont chargés de respecter leurs engagements envers l’Agenda 2030 et l’Agenda 2063 ainsi que de s’attaquer à l’urgence climatique émergente ».

La réalité est qu’il est particulièrement difficile à certains pays de se remettre de la crise socio-économique, en raison de contraintes budgétaires croissantes et d’obligations croissantes au titre du service de la dette. « La pandémie n’a pas créé les vulnérabilités économiques, sanitaires et climatiques de l’Afrique. Cela ne faisait que les exacerber. Néanmoins, la pandémie a mis en évidence le besoin urgent de s’attaquer aux vulnérabilités sous-jacentes du continent et d’utiliser la crise comme une opportunité pour reconstruire en mieux. Il a également révélé des lacunes dans l’architecture mondiale de financement et renforcé l’importance d’une approche multilatérale pour lutter contre les chocs mondiaux tels que Covid-19 » a souligné M. Antonio Pedro.

Pour une réponse mondiale plus coordonnée à la pandémie

Face à cette situation d’incertitude, à la possibilité de variantes nouvelles et plus virulentes associées à des chocs climatiques imminents, le Secrétaire exécutif adjoint de la CEA, appelle à une réponse mondiale plus coordonnée à la pandémie, étayée par des mécanismes de financement audacieux et innovants qui non seulement augmentent le financement public, mais mobilisent également les investissements privés.

Lire aussi  Conférence économique africaine (CEA) - édition 2021 au Cap-Vert : Réinventer le financement du développement des pays africains

«Même si les économies avancées ont été considérablement affectées par la pandémie, leur réponse budgétaire à la crise a été plus robuste en raison de leur accès illimité aux réserves de change. Cette réalité souligne les réponses politiques asymétriques des pays avancés et en développement à la crise » indique Antonio Pedro.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page