Flash Infos:

Conférence sur la politique foncière en Afrique : Des appels à des politiques foncières favorables aux pauvres, à l’égalité d’accès et à la propriété


268 Vues

Ouverture de la Conférence sur la politique foncière en Afrqiue (CLPA-2021)

La Conférence 2021 sur la politique foncière en Afrique s’est ouverte ce lundi 1er novembre à Kigali au Rwanda, avec un appel retentissant aux pays africains pour qu’ils développent des politiques foncières favorables aux pauvres et des droits fonciers inclusifs, en particulier pour les femmes et les jeunes.

 « Nous avons besoin d’un engagement aux niveaux national et régional pour assurer l’équité », a déclaré la ministre rwandaise de l’Environnement, Jeanne D’Arc Mujawamariya, aux délégués lors de l’événement hybride, qui s’est tenu en partie au Rwanda. Mujawamariya a déclaré que « tout ce qui concerne la terre nécessite une forte volonté politique, l’adhésion des gens et une collaboration étroite ».

Le ministre a décrit comment le changement climatique a augmenté le risque de déforestation et de dégradation des terres et a appelé à l’innovation dans la mise en œuvre des réformes et des services agraires.

« Nous avons aussi la pandémie de Covid-19 », a-t-elle ajouté, « qui a ralenti les progrès économiques du continent. La terre fait partie de notre histoire collective, et nous devons la protéger pour les générations futures. »

Le thème de la conférence de cette année est « La gouvernance foncière pour la sauvegarde de l’art, de la culture et du patrimoine pour l’Afrique que nous voulons ». Ceci est conforme à la déclaration de l’Union africaine de 2021 comme année des « Arts, culture et patrimoine : leviers pour construire l’Afrique que nous voulons », conformément à l’Agenda 2063.

Par l’intermédiaire d’un représentant, le Dr Beth Dunford, vice-présidente de la Banque africaine de développement pour l’agriculture, le développement humain et social, a présenté un argument solide en faveur d’un accès, d’une utilisation et d’une propriété équitables par tous les membres de la communauté, en particulier les femmes et les jeunes.

Lire aussi  COP 26 – Glasgow : La CEA lance un Mécanisme de liquitidé et de validité…

Représentée par Aissa Sarr Toure, directrice de pays pour le Rwanda, Dunford a déclaré : « La terre est un élément clé de la production alimentaire et une source majeure de capital pour les pauvres. Dans tout programme sur la réforme agraire et les droits fonciers des femmes en Afrique, l’importance de la terre et sa répartition inégale entre hommes et femmes devrait être davantage prise en considération. »

« Nous, à la Banque, sommes très déterminés à ce sujet dans notre programmation globale et la mise en œuvre de nos projets. Nous continuerons à soutenir nos États membres dans la vision nationale et l’impératif d’un développement inclusif et durable », a-t-elle ajouté.

Mama Keita, directrice du bureau sous-régional pour l’Afrique de l’Est à la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique, a déclaré que les créatifs pourraient aider à rendre plus accessibles les informations techniques sur la réforme agraire.

«Les informations sur la gouvernance foncière peuvent être restituées sous forme de musique, de films, d’arts visuels, de nouvelles et d’animations, et présentées dans différentes langues africaines pour une meilleure portée ».

« Les institutions traditionnelles et les mécanismes alternatifs de règlement des différends sont utilisés, parallèlement au droit écrit, pour régler les différends. Mais il reste encore beaucoup à faire » a déclaré Keita.

L’ambassadrice Josefa Sacko, commissaire à l’agriculture, au développement rural, au développement économique et durable bleu à la Commission de l’Union africaine, a rappelé aux participants que la concurrence pour les terres en raison du changement climatique alimente les conflits en Afrique.

Lire aussi  La Conférence sur la gouvernance foncière verra la participation de praticiens du secteur culturel et créatif

« En Afrique australe, l’héritage historique non résolu de l’aliénation des terres coloniales sous-tend les risques de conflit social et politique. Les sonnettes d’alarme sonnent sur et en dehors du continent. »

Partageant l’expérience de son pays sur les défis fonciers et les innovations requises, Sakombi Molendo, ministre des Affaires foncières de la République démocratique du Congo, a déclaré : « Nous avons découvert que 80 % des affaires portées devant les cours et tribunaux étaient foncières. Cette situation. En deux ans, nous avons réussi à rédiger de nouvelles politiques foncières qui seraient bientôt soumises au gouvernement pour délibération. »

Le Centre africain de politique foncière, un projet de collaboration de la Commission de l’Union africaine, de la Commission économique des Nations Unies et de la Banque africaine de développement, accueille la Conférence sur la politique foncière en Afrique tous les deux ans. La conférence rassemble des décideurs africains, des universitaires, des dirigeants de la société civile, ainsi que le secteur privé et des agences internationales pour discuter de l’avenir de la politique foncière en Afrique.

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page