Flash Infos:

Mesures spéciales contre les violences sexuelles et protection des femmes : Les députes dotent la justice de l’instrument de répression


714 Vues

Ph/DR: cette loi puni le harcèlement sexuel et est valable pour les hommes et que pour les femmes.

Transmis à l’Assemblée nationale pour examen et vote par le Gouvernement il y a quelques semaines, le Projet de loi portant mesures spéciales pour les répressions sexuelles et protection des femmes vient d’être adopté par les députés de la 8ème législature ce mercredi 20 octobre 2021.

L’adoption de cette loi intervient après son examen qui a suscité une riche débat et varié : certains députés ont exprimé quelques inquiétudes sur la juridiction chargée de la répression de ces infractions, notamment la Criet. Le Gouvernement a été représenté par le ministre de la justice et celle de la famille.

Selon le confrère du journal L’Autre Quotidien, présent à l’Assemblée nationale, c’est une loi qui, à la fois, intéresse mais qui repousse. Des discussions n’ont pas manqué. L’intervention de la Criet dans ce dossier a suscité beaucoup de réalisation.

Prenant la parole, le député Ousmane Bouraïma a salué le Gouvernement pour avoir pris la responsabilité d’introduire ce projet de loi. Aussi use-t-il les accords coraniques et prophétiques pour demander à ses collègues de voter avec vigueur et joie ce texte de loi.

Quant au député Janvier Yahouédéou, il s’est mis en accord parfait sur la problématique en s’appuyant beaucoup plus  sur les cas avérés dans le domaine dans la santé.

La députée Baba Moussa a salué aussi le gouvernement pour avoir introduit cette loi au parlement. Elle justifia sa position favorable au vote de cette loi, sur le fait que le Code pénal est resté silencieux sur certains aspects de la loi. Elle invita donc les hommes à voter cette loi.

Le député Yampabou s’est réjoui de l’attitude des certaines de filles qui sont déterminées à atteindre leurs objectifs : celui de réussir leurs cursus scolaires. « Cette loi est la meilleure de toutes les lois votées par leur parlement » a-t-il déclaré.

Pour renchérir, le député Aké Natondé souligne qu le projet de loi vient pour améliorer l’arsenal juridique qui protège la femme. Il se réjoui de voir la CRIET s’occuper de ces dossiers.

Cependant, le député Adin Houessou va exprimer son inquiétude pour la simple raison que le Gouvernement a confié ce crime à la CRIET. Il se demande comment un crime commis à Natitingou peut-il être étudié par la Criet qui se trouve à Porto-Novo? « Comment la Criet peut-elle s’organiser pour couvrir tout le territoire pendant que ces crimes sont légions  dans nos villes et quartiers ? » A cette préoccupation, il dit avoir peur de cet arsenal que dispose désormais les filles d’aujourd’hui.

Le Député Augustin Ahouanvoébla s’est inspiré de ce motif pour relever l’actualité de ces derniers jours qui révèle que plus de 2000 filles sont victimes de violences sexuelles. Il salue donc le Gouvernement  pour avoir introduit cette loi à l’Assemblée nationale. « Cette loi qui permettra à l’Institut de la femme de bien réagir ».

Rosine Dagniho dira que la femme béninoise doit être aux anges. Elle remercie le gouvernement pour cette initiative qui accompagne les femmes béninoise. Pour elle, ce sont les enseignants qui poussent à bout les filles. Elle invite ses collègues à voter à l’unanimité.

Le Président de la Commission des lois, a montré comment cette présente loi puni le harcèlement sexuel ceci pour souligner que cette loi dispose pour les hommes et les femmes à la fois.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page