Flash Infos:

Académie politique – 2021 (2ème Edition) : LA KAS outille 20 jeunes béninois sur les implications socio-économiques et politiques de la Covid-19 dans l’espace Cedeao.


659 Vues

Ph/DR: Photo de famille des participants à l’Académie politique de la Konrad Adenauer Stiftung (KAS)

La Konrad Adenauer Stiftung (KAS) en collaboration avec le Cabinet Managere Lucidum, organise du 15 au 17 mars 2021 à l’Infosec de Cotonou, une Académie politique à l’intention des 20 jeunes des partis politiques et des organisations de la société civile et de ses boursiers. «L’intégration ouest africaine face à l’épreuve des crises dans l’espace CEDEAO », c’est le thème autour duquel s’articulent plusieurs communications en vue d’offrir un cadre d’échanges à cette jeunesse sur les impacts socio-économiques et politiques de la pandémie de Covid-19 dans l’espace Ouest-africaine.

Ils sont une vingtaine de jeunes Béninois engagés en politique, des Organisations de la Société civile et Boursiers de la KAS et qui prennent part à l’édition 2021 de l’Académie politique, organisée par la Fondation Konrad Adenauer. L’objectif visé : offrir à ces jeunes, un cadre d’échanges pour prendre connaissance, discuter et comprendre les différentes manifestations économiques, politiques, sanitaires et sécuritaires dans l’espace communautaire de la CEDEAO en cette période de pandémie du Covid-19.

Ph/DR-: Une vue partielle des participants avec M. Sylvain Zinsou du Cabinet Managere Lucidum

«Il s’agit de réunir les jeunes, leur présenter la situation de Covid-19 dans le pays et dans la sous-région, voir avec eux, les mesures de ripostes, les stratégies mises en place par chaque pays pour faire face à la crise, analyser l’impact de la crise sur l’économie nationale et régionale, la fermeture de certaines frontières, la libre circulation des personnes et des biens et les crises sécuritaires (le terrorisme) dans la région ouest-africaine en lien avec le chômage des jeunes en période de crise sanitaire et enfin renforcer le dialogue politique entre partis politiques au Bénin » a souligné M. Sylvain Zinsou, Gérant du Cabinet Managere Lucidum, co-organisateur de la présente formation.

Spécifiquement, les objectifs de cette Académie sont entre autres : présenter et discuter l’état des lieux de la crise du Covid-19 dans l’espace Cedeao ; les Amener à prendre connaissance et discuter des impacts de la crise sur les activités humaines (physique, économique, commerciale, sociale et sécuritaire) dans l’espace CEDEAO et au Bénin en particulier ; donner l’opportunité à la jeunesse engagée dans l’action publique et politique d’échanger entre eux et avec des experts nationaux/internationaux des défis à relever par les Etats de la CEDEAO face à la crise ; présenter les mesures et dispositions prises par les gouvernants et autres leaders communautaires traditionnels locaux dans le cadre de cette crise et enfin, renforcer la culture et le dialogue politique sur les différentes crises dans l’espace CEDEAO.

L’Académie politique est une initiative de la Fondation Konrad Adenauer pour renforcer les capacités des jeunes, scientifiquement sur le dialogue politique et sur diverses thématiques ayant trait aux questions d’intégration régionale. «L’intégration ouest-africaine face à l’épreuve des crises» c’est le thème de la présente assise.

Désignée autrefois, « Université de vacances », cette initiative de la KAS – qui s’organise dans la sous-région depuis quelques années – a pris le nom d’Académie politique en 2019 et est à sa deuxième édition».

«Comprendre la crise sanitaire de la Covid-19 face aux croyances et savoirs endogènes : Quels rôles et responsabilités pour les intellectuels communautaires traditionnels » présentée par Dr Adolphe Kpatchavi, Prof Titulaire des Universités CAMES, PhD Sociologie-Anthropologie. C’est la première communication d’une série de huit suivies de débats.  « S’il y a une crise à notre époque qui a remis en cause les efforts de plusieurs années, d’intégration   régionale, c’est la pandémie de la Covid-19 qui a engendré la fermeture systématique des frontières. C’est un recul terrible» constate Dr Kpatchavi.

« 75 à 80 % des problèmes de santé sont réglés par l’automédication en Afrique »

Une lecture de cette crise dans une perspective sociologique et anthropologique l’amène à une mise en contexte des politiques de santé dans l’espace Ouest-africaine en structurant sa communication, autour de quatre points, notamment : la sociologie et l’anthropologie des épidémies en contexte africain ; les politiques de santé en Afrique de l’Ouest et qui sont au prisme de la santé publique et de la santé mondiale ; la crise de Covid au prisme de l’intégrisme bio médical et du capitalisme dans la gestion de la crise : et enfin, le visage actuel de la riposte en Afrique de l’Ouest et au Bénin, caractérisé par une double face : face officiel (santé publique) et face informel (prévention en pharmacologie).

En conclusion, le Prof Kpatchavi,  retient  que «le rapport des sociétés africaines à la maladie n’a pas été pris en compte dans l’organisation de la riposte. Du coup, le rôle des croyances, l’importance des savoirs et savoir-faire des acteurs et praticiens de la médecine traditionnelle est relégué au second plan ». «Officiellement mis en parenthèse et même interdit, les savoirs et savoir-faire ont refait surface dans l’informel, lequel nourris par des suspicions, des rumeurs et des attitudes. Ces situations ont donné lieu à des ripostes à double visages : le visage officiel (les mesures de prévention, mesures barrières, port de masques, lavage des mains à l’eau et au savon, gel alcoolique, la distanciation sociale, etc et le traitement) cette riposte a eu des résultats au Bénin par rapport à certains pays en Afrique de l’Ouest».

«Le visage informel basé sur l’extériorité de la pandémie et la théorie du complot » dira-t-il. Cependant, il est important de noter la dynamique de la population ouest- africaine qui a déjoué les pronostics des occidentaux sur la région. « La mobilisation des savoirs et des savoir-faire endogènes ont beaucoup aidé la population ouest-africaine. Selon les dieux endogènes, la Covid-19 est considérée comme une maladie provoquée en Occident ; dans les milieux confessionnels, on parle de sanctions des comportements des humains surtout des Occidentaux, des manipulations contre nature, homosexualité, pédophilie, etc. Des cultes et séances de prières sont organisés pour implorer la pitié des dieux et divinités. Des mesures préventives ont encouragé le recours à la médecine traditionnelle avec la prise des décoctions des plantes et des épices, etc.»

Ph/DR-: Les participants à l’Académie politique, édition 2021

Outre les boursiers de la KAS et les représentants des OSC partenaires, (Centre Afrika Obota et Wildaf-Bénin), la deuxième édition, a rassemblé des jeunes engagés en politique représentants de tous les partis politiques qui animent la vie politique béninoise ; notamment PRD, FCBE, UDBN, USL, FCDB, MOELE-Bénin. Les absents à l’ouverture des travaux sont : les deux grands partis au pouvoir (l’Union progressiste – UP et le Bloc républicain -BR), PCB et les Démocrates qui, espérons, vont se rattraper.

Le Bureau régional de la Konrad Adenauer Stiftung (KAS) est basé à Abidjan (Côte-d’Ivoire) et s’attèle entre autres missions, à renforcer le dialogue politique entre les différents partis politiques d’une nation. Domicilié à Cotonou (Bénin), le Cabinet Managere Lucidum offre des consultations, conseils et formations.

Aline ASSANKPON

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page