Flash Infos:

Célébration de la journée mondiale de la femme 2021 : Les femmes des médias prônent l’entrepreneuriat


565 Vues

Ph/DR: Présidium à l’ouverture de la séance débat.

A la faveur d’une – causerie débat autour du thème : « Entreprenariat et femmes des médias » : spécificités et avantages comparatifs », les femmes de l’Union des professionnels des médias du Bénin ont commémoré l’édition 2021 de la journée internationale de la femme. Organisée par la section Atlantique/Littoral de leur cellule, l’événement a eu lieu, le 11 Mars dernier à l’hôtel le Sénateur à Cotonou. Le but visé est d’amener les femmes des médias à s’affirmer par l’entrepreneuriat.

Eléonore EZIN

« On se réjouit déjà de constater que certaines femmes audacieuses prennent des initiatives toujours pour être collées à leur métier. Elles se battent, se prennent en charge en se lançant dans l’entrepreneuriat ». Ainsi s’exprimaient, la présidente du comité d’organisation, Rafiatou Mamadou, à l’ouverture de la causerie-debat pour montrer à ses consœurs, la nécessité d’entreprendre. En s’appuyant sur l’adage selon lequel il faut avoir plusieurs cordes à son arc, Rafiatou souligne au passage, l’importance d’une réflexion profonde pour faire face aux exigences de vie des femmes surtout fait-elle remarquer : « avec l’avènement des TNC seuls ceux qui en sont vraiment capables peuvent continuer d’exercer ce métier. »

Prenant à son tour la parole, le représentant du PADEM, Ilarion Kingnon, a affirmé que la femme aujourd’hui, n’est plus le sexe faible. Elle est en mesure de faire des choses extraordinaires. Au regard de cette qualité qu’on lui reconnaît, il a souhaité pour les fois à venir, que la femme ne soit pas vu comme l’être brimé. « La liberté ne se donne pas. Elle s’arrache. Prenez le pouvoir qu’est le vôtre » conclut-il.

« Notre rôle et le rôle de notre profession est de construire une société modèle » a déclaré pour sa part, le représentant du CNPA, Euloge Okanbawa. Aussi pour le faire, souligne-t-il, les femmes sont beaucoup plus activistes dans la construction des sociétés modèles. Elles sont donc indispensables vu le rôle qu’elles jouent déjà au sein de leur famille ».

Ph/DR-: la photo de famille

La Coordonatrice de la CFU, Pulchérie Gbèmènou, quant à elle, a reconnu la difficulté de la tâche. Néanmoins, fait-elle observée, certaines femmes des médias arrivent à tirer leur épingle du jeu. C’est ce qui justifie la présence des panélistes pour des échanges d’expériences sur l’entrepreneuriat. Pour finir Pulchérie Gbèmènou a rappelé les objectifs spécifiques de la CFU à savoir réunir les femmes des médias dans un creuset d’échange, œuvrer à leur épanouissement, entreprendre des actions fortes pour une effective promotion du genre au sein des médias puis renforcer la capacité des femmes des médias à défendre leurs intérêts.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page