Flash Infos:

Sommet de l’UA : Le Royaume du Maroc réintègre l’institution panafricaine


1 177 Vues

Le 28ème Sommet de l’UA qui s’achève ce mardi a pour principal enjeu, la réintégration du Royaume du Maroc, 33 ans après l’avoir quitté. Ce qui a été fait sur une note de satisfaction générale.

Son Excellence, le roi Mohammed VI du Maroc, désormais membre de l’Union africaine.

Son Excellence, le roi Mohammed VI du Maroc, désormais membre de l’Union africaine.

33 ans après son départ, le Maroc vient officiellement de faire son grand retour au sein de l’Union africaine (UA). Selon l’agence Ecofin, le Maroc avait claqué la porte de l’organisation de l’unité africaine (OUA), l’ancêtre de l’UA, en raison de la reconnaissance de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), en 1984.

Il y a quatre mois, le royaume chérifien a déposé une demande d’admission au sein de l’UA. Selon Jeune Afrique, 39 voix se sont élevés pour accepter la requête marocaine, même si, de l’avis des analystes, le lobbying de l’Algérie, rival maghrébin du royaume chérifien aurait pu aboutir à retarder cette admission. Au-delà du symbole, ce retour du Maroc au sein de l’organisation continentale traduit le désir de Rabat de renforcer ses liens avec la partie subsaharienne du continent et de se poser en acteur majeur en Afrique.

A cet effet, le roi Mohammed VI n’a pas ménagé ses efforts. Il a multiplié visites et signes d’amitiés en Afrique subsaharienne. Dans sa démarche, il n’a pas hésité à utiliser la diplomatie du phosphate en renforçant les partenariats agricoles et en mettant en œuvre la création d’un complexe de production d’engrais dédié à l’Afrique subsaharienne à Jorf Lasfar. (Ecofin)

Le Royaume du Maroc réintègre l’institution panafricaine

 

Le 28ème Sommet de l’UA qui s’achève ce mardi a pour principal enjeu, la réintégration du Royaume du Maroc, 33 ans après l’avoir quitté. Ce qui a été fait sur une note de satisfaction générale.

33 ans après son départ, le Maroc vient officiellement de faire son grand retour au sein de l’Union africaine (UA). Selon l’agence Ecofin, le Maroc avait claqué la porte de l’organisation de l’unité africaine (OUA), l’ancêtre de l’UA, en raison de la reconnaissance de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), en 1984.  

Il y a quatre mois, le royaume chérifien a déposé une demande d’admission au sein de l’UA. Selon Jeune Afrique, 39 voix se sont élevés pour accepter la requête marocaine, même si, de l’avis des analystes, le lobbying de l’Algérie, rival maghrébin du royaume chérifien aurait pu aboutir à retarder cette admission. Au-delà du symbole, ce retour du Maroc au sein de l’organisation continentale traduit le désir de Rabat de renforcer ses liens avec la partie subsaharienne du continent et de se poser en acteur majeur en Afrique.

A cet effet, le roi Mohammed VI n’a pas ménagé ses efforts. Il a multiplié visites et signes d’amitiés en Afrique subsaharienne. Dans sa démarche, il n’a pas hésité à utiliser la diplomatie du phosphate en renforçant les partenariats agricoles et en mettant en œuvre la création d’un complexe de production d’engrais dédié à l’Afrique subsaharienne à Jorf Lasfar. (Ecofin)


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page