Flash Infos:

Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement à Malabo : Le président de la BAD appelle à « faire tomber les murs pour intégrer l’Afrique »

Ph/ DR-: Akinwumi Adesina, le président de Banque africaine de développement (BAD)

Ph/ DR-: Akinwumi Adesina, le président de Banque africaine de développement (BAD)

Placée sous le thème de « L’intégration régionale pour la prospérité économique de l’Afrique » les Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (BAD) tenues à Malabo en Guinée Equatoriale, a instamment invité les gouvernements africains le 12 juin dernier, à œuvrer à la suppression des barrières non tarifaires. « Séparée et divisée, l’Afrique est affaiblie. Rassemblée et unie, l’Afrique est inarrêtable », a déclaré Akinwumi Adesina, le président de l’institution bancaire africaine.

(Aline ASSANKPON)

Selon un communiqué de presse de la BAD, le président de l’institution, Akinwumi Adesina  instamment invité les gouvernements africains à œuvrer à la suppression des barrières non tarifaires à la cérémonie d’ouverture des Assemblées annuelles de la BAD qui se tiennent actuellement à Malaba en Guinée Equatoriale. « La suppression de ces barrières suffira, à elle seule, à accroître le commerce intra-africain d’au moins 53%, et potentiellement de le doubler ».

L’intégration régionale constitue l’une des cinq grandes priorités stratégiques, « High 5 », de la Banque pour accélérer la transformation économique de l’Afrique. Ces dernières années, la Banque africaine de développement a investi plus de 13 milliards de dollars américains en Afrique centrale. « Et pour chaque dollar que nous y avons investi, la région a généré 36 dollars, un taux de rendement incroyable de 36 ! », s’est félicité Akinwumi Adesina.

Parmi ces investissements figure la réalisation du réseau à fibre optique de la région d’Afrique centrale. Reliant ses populations au moyen d’un accès plus rapide et moins onéreux à l’Internet, ce réseau a donné un coup de fouet à l’activité économique et à l’intégration régionale. « Les opportunités économiques de l’Afrique, qui sont illimitées, suscitent partout un grand enthousiasme. La zone de libre-échange continentale en Afrique, qui vient d’être ratifiée, fera du continent la plus grande zone de libre-échange dans le monde, avec un PIB combiné de plus de 3 300 milliards de dollars américains »  a conclu le président de la BAD.

Présidée par le chef d’État du pays d’accueil des Assemblées, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo,  celui-ci démontrera  dans quel contexte la Guinée équatoriale, autrefois l’un des pays les plus pauvres du monde, s’était radicalement transformée pour devenir l’un des pays au revenu par habitant les plus élevés du continent.

« Le développement ne relève pas du revenu par habitant, mais plutôt de l’accroissement des opportunités offertes aux personnes pour qu’elles puissent mener une vie plus digne » a tenu à souligner le président équato-guinéen en poursuivant : « La Guinée équatoriale est prête à faire des affaires. Nous sommes engagés dans la cause de l’intégration régionale au nom de la prospérité partagée. Nous comptons sur la Banque africaine de développement pour nous aider à réaliser notre diversification économique et la consolidation de l’égalité sociale ».

Plus de 2 000 participants assistent cette semaine à ces Assemblées annuelles, qui offrent à la Banque une occasion unique de faire connaître ses points de vue sur l’état de l’économie africaine. Elles lui permettent également de présenter un état des lieux de ses travaux et constituent une tribune permettant de diffuser ses vues sur les questions émergentes qui sont en train de façonner l’avenir du continent.

— Toutestgrace

A propos de Toutestgrace

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>