Flash Infos:

Célébration de la Journée Internationale de la Paix, édition 2018 : Pour une paix durable au Bénin

Ph:DR-: Le présidium à l'ouverture de la célébration de la JIP-2918

Ph:DR-: Le présidium à l’ouverture de la célébration de la JIP-2918

Célébré le 21 Septembre de chaque année, la Journée internationale de la Paix, édition 2018, est dédiée à la paix, à l’absence de guerre et à un cessez-le-feu dans les zones de combat. Conformément à la vision des Nations Unies, il faut promouvoir l’idéal de paix au sein des pays et entre les peuples.  Cette coïncide avec le 70ième anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. A l’instar des nations du monde, le Bénin a sacrifié à la tradition avec la collaboration du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). C’était à Azalaï Hôtel de Cotonou.  Ainsi, les manifestations prévues dans ce cadre vont se poursuivre durant 30 jours sur toute l’étendue du territoire national.

Instituée depuis 1981 par l’Assemblée générale des Nations Unies, la Journée internationale de la Paix (JIP-2018) coïncide avec le 70ème anniversaire de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme qui avait été proclamée  à Paris, le 10 décembre 1948 par l’ONU comme l’idéal commun à atteindre par tous les peuples et nations. Pour le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Gutterres,  « il est temps que toutes les nations et tous les peuples respectent les engagements de la Déclaration de Paris qui reconnait la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et leurs droits égaux et inaliénables ».

 

En effet, depuis 2002, cette célébration commence au siège des Nations Unies, à New-York par une cérémonie en présence du Secrétaire général, qui fait sonner la cloche de paix fabriquée à partir des pièces de monnaie donnée par les enfants de tout le continent.  Cette cloche de paix étant un don  de l’Association japonaise pour l’Onu,  pour illustrer tout ce que la guerre a coûté à l’humanité. Ainsi donc, en vertu de la Résolution 36/67 des Nations Unies, tous les pays et tous les peuples sont invités à respecter l’arrêt des hostilités cette journée-là et à la commémorer avec des mesures éducatives et de sensibilisation du public aux questions liées à la paix.

 

L’exemple béninois toujours salué…

 

Considéré comme un havre de paix dans la région Ouest-africaine, le Bénin  met toute en œuvre pour la préservation et la consolidation de cette paix. Nonobstant les changements successifs de régimes politiques, « le peuple béninois est demeuré attaché aux valeurs de paix et sait rechercher dans son génie propre, les valeurs de civilisation culturelles, philosophiques et spirituelles pour la consolidation de sa démocratie » a souligné le Coordonnateur du SNU au Bénin, M. Issiaka Coulibaly à la célébration de cette journée.

 

Comme plusieurs autres intervenants et membres du Gouvernement, il invite les Béninois, individuellement ou collectivement à la réflexion et à des actions visant la réalisation de l’ODD 16 qui stipule : «Qu’il ne peut y avoir de développement durable sans paix, ni de paix sans développement durable». Le même esprit anime les résolutions relatives à la «pérennisation de la paix » adoptées par le Conseil de sécurité et l’Assemblée générale en 2016.

 

« Au regard de toutes les prouesses réalisées en matière de promotion de la paix par le pays depuis l’indépendance et particulièrement depuis l’avènement du Renouveau démocratique, il me semble que le plus grand enjeu pour le Bénin reste actuellement la consolidation de cette paix, de façon durable. Cela implique le renforcement des institutions pour la consolidation de l’Etat de droit et de la démocratie en vue de demeurer le bon exemple de la démocratie pour l’Afrique » a rappelé le Représentant résident du Pnud.

Le renforcement des institutions appelle l’installation des infrastructures instituées par l’ONU à travers l’ODD 16. A cet effet, une coalition nationale de Paix est installée avec l’appui du SNU et du PNUD pour la gestion du cycle électoral très en vue au Bénin à partir de 2019. Ceci passe inévitablement par l’adoption et la promotion de comportements favorables à l’instauration, au maintien et à la consolidation de la paix.

Parallèlement, la JIP-2018 se poursuit avec diverses manifestations sur un mois à travers le pays et prendra fin le vendredi 19 Octobre 2018.

(Aline ASSANKPON)

Encadré : Un plan cadre des Nations Unies pour l’Assistance au Développement (UNDAF 2019-2023) en gestation

Dans le cadre des jouxtes électoraux qui se pointent à l’horizon (Elections législatives en 2019, Elections communales et locales en 2020 et Présidentielle en 2021), un cadre de coopération entre le Bénin et le Système des Nations Unies et le Pnud est mis en place pour l’effectivité des droits humains.  Actuellement en pleine rédaction, la cérémonie de signature de ce Plan Cadre des Nations Unies pour l’Assistance au Développement du Bénin (UNDAF 2019-2023) est prévue pour les semaines à venir. Celle-ci va consacrer la mise en œuvre officielle de ce plan cadre à partir de 2019 afin d’établir une attention particulière à la promotion de la gouvernance et à l’état de droit.

Inspirée de l’une des recommandations de l’ONU demandant à tous les pays de mettre en place des infrastructures de paix ; d’où la mise sur pied de la Coalition Nationale pour la Paix (CNP). Au niveau national, treize (13) personnalités représentant les organisations non gouvernementales, les centrales syndicales, les médias, les confessions religieuses, le Gouvernement et l’Assemblée Nationale composent la CNP avec douze (12) représentants des comités départementaux.

Spécifiquement, les objectifs assignés à la (CNP) sont entre autres : l’identification sur toute l’étendue du territoire national des bonnes pratiques et des comportements néfastes à une culture de paix durable ; l’édition d’un répertoire de bonnes pratiques et des faits néfastes à la pérennisation de la paix ; l’identification de cinq actions phares à mener pour la consolidation de la paix pendant la période  de Sept 2018-sept 2019  et l’élaboration d’une feuille de route pour la mise en œuvre des actions phares identifiées.

En réalité, l’exercice de bonnes pratiques de culture de paix est un gage de la prévention d’une éventuelle crise.

— Toutestgrace

A propos de Toutestgrace

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>