Flash Infos:

 « Les implications du potentiel élargissement de la CEDEAO et la Zone de Libre Echange Continentale Africaine -ZLECA », c’est autour de ce thème sont  conviés les 25 et 26 Juin 2018 au Bénin Royal Hôtel de Cotonou, des experts venus de divers horizons.  Conjointement organisée par la Commission économique pour l’Afrique (CEA) et le Gouvernement du Bénin, cette réunion

Ph/ DR-: La Vice-présidente de la Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao, Mme Finda Koroma entourée des participants à cette rencontre.

Ph/ DR-: La Vice-présidente de la Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao, Mme Finda Koroma entourée des participants à cette rencontre.

Ph/ DR-: Le représentant du Gouvernement béninois, Rufino d’Almeida et Dr Dimitri Sanga entourés des experts venus du continent pour la réunion Ad’hoc de Cotonou.

Ph/ DR-: Le représentant du Gouvernement béninois, Rufino d’Almeida et Dr Dimitri Sanga entourés des experts venus du continent pour la réunion Ad’hoc de Cotonou.

Ad’hoc d’experts a pour objectif d’approfondir les réflexions et de faire des recommandations sur les potentielles implications économiques et socio-économiques des différentes adhésions  au bloc ouest-africain dont la recomposition est imminente pour une effectivité de la ZLECA. (Aline ASSANKPON)  Officiellement lancée fin 2017, la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECA) fait progressivement son petit bonhomme de chemin. Ils sont 44 Etats africains  ayant paraphé l’accord de Kigali en Mars 2018 ; 27 ont signé le protocole de libre circulation des personnes sur le continent et 43 ont apposé leurs signatures sur la déclaration de Kigali.  Des avancées majeures sur l’effectivité de la ZLECA sont ainsi amorcées et sa mise en vigueur impactera sérieusement l’intégration dans les différentes sous-régions du continent y compris la Cedeao, dont le marché est fortement convoité actuellement par les pays de l’Afrique du Nord, notamment le Maroc, la Tunisie et la Mauritanie qui semble faire son come-back. Il est donc important de s’interroger sur les effets de la ZLECA et sur la recomposition du bloc ouest-africain. C’est à cet exercice que se sont attelés les experts conviés à la réunion ad’hoc de Cotonou pour approfondir la réflexion sur « Les implications du potentiel élargissement de la CEDEAO et la Zone de Libre Echange Continentale Africaine ». En effet, ces réflexions ont permis de dresser un état des lieux des échanges actuels entre le bloc ouest africain et les trois pays de l’Afrique du Nord (cités ci-dessus) qui manifestent leur intérêt à aller sur le marché de la Cedeao, de plus 350 millions de consommateurs. Ainsi, plusieurs  analyses bien approfondies sur les aspects économiques de l’élargissement potentiel du bloc ouest-africain sont soumises à l’appréciation des experts. « Il s’agit notamment des faits, de la modélisation et même des projections envisagées qui ont suscité des débats passionnés dans un contexte géoéconomique caractérisé par une guerre économico-commerciale qui se profile entre les grandes puissances mondiales avec en tête de peloton, les Etats-Unis d’Amérique, le bloc européen et la Chine » a souligné Dr Dimitri Sanga, Directeur de la CEA, Bureau sous régionale pour l’Afrique de l’Ouest (CEA/BSR-AO) Par ailleurs, les objectifs spécifiques de cette réunion Ad’hoc d’experts, s’articulent également autour des points suivants : l’Examen des implications économiques en termes de flux commerciaux et de recettes publiques et du bien-être de la population ; l’identification des principaux défis et enjeux économiques pour la Cedeao et pour les pays candidats à l’adhésion ; l’examen des potentielles implications de cet élargissement de la Cedeao sur le chantier de mise œuvre de la ZLECA ; l’enrichissement des résultats préliminaires du projet de rapport proposé par la CEA et la formulation des recommandations pour un élargissement économique, socio-économique avantageux pour les différentes parties et surtout pour l’effectivité de la ZLECA. « La Cedeao est considérée comme l’une des principales communautés économiques  régionale plus large dont la contribution à l’accélération du processus d’intégration continentale est déterminante, notamment au plan commercial, monétaire et de la libre circulation des biens et des personnes » rappellera M. Rufino d’Almeida, DC/ du Ministre d’Etat en charge du Développement et du Plan, avant de poursuivre : « Dans ce contexte, la Cedeao a l’obligation d’approfondir la réflexion sur les potentielles implications économiques et socio-économiques  de ces différentes adhésions. Je me réjouis que la présente réunion soit consacrée à l’examen des implications économiques, notamment en termes de flux commerciaux, de recettes publiques, de bien-être de la population ». Ainsi, les travaux de cette réunion de haut niveau ont permis d’enrichir le projet de rapport proposé par la Cedeao et la CEA et de formuler des recommandations non seulement pour l’élargissement économique et socio-économique avantageux pour le développement des différentes parties, mais surtout pour obtenir des résultats exploitables pour l’évolution de la zone économique qu’est la Cedeao dans le processus d’intégration effective dans la ZLECA.

— Toutestgrace

A propos de Toutestgrace

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>