Flash Infos:

5ème Edition du Salon AGRIFinances: Stimuler la productivité par l’éducation financière

Mme François Assogba, Secrétaire générale du Ministère de l’Agriculture, d’Elevage et de la Pêche (MAEP) à l’ouverture du Salon AGRIFinances, 2018

Mme François Assogba, Secrétaire générale du Ministère de l’Agriculture, d’Elevage et de la Pêche (MAEP) à l’ouverture du Salon AGRIFinances, 2018

La cinquième édition du Salon Agricole et financier « AGRIFinances » vient d’ouvrir ses portes aux acteurs du secteur agricole béninois ce Mardi 08 Mai au Majestic de Cadjèhoun. « Comment l’éducation financière pourrait impacter les PME et servir de moyens pour vulgariser les bons comportements aux usagers des services financiers ? » C’est le thème retenu pour l’édition 2018 qui se veut une plateforme d’échanges pour stimuler le partenariat public-privé.

Aline ASSANKPON

Du 08 au 10 Mai 2018, la salle de Majestic de Cadjèhoun abrite le grand salon annuel des structures financières, de microcrédit, de la microfinance et des acteurs du secteur agricole et du secteur de la transformation des produits agricoles (agroalimentaire). Objectif : Stimuler la productivité agricole par l’éducation financière et stimuler partenariat public-privé.

La cérémonie de coupure du ruban qui lance officiellement le Salon de l'Agriculture et des Finances AGRIFinances 2018

La cérémonie de coupure du ruban qui lance officiellement le Salon de l’Agriculture et des Finances AGRIFinances 2018

A la cérémonie d’ouverture de cette plateforme de partages, M. Amzath Salami, (représentant le ministre des Petites et Moyennes Entreprises et de l’Emploi, Modeste Tihounté Kérékou) a réaffirmé l’appui constant du ministère à ce forum. Selon lui, le Bénin doit promouvoir l’entreprenariat.  « L’entreprise ne doit pas se limiter aux imports et exports. Le tout ne limite pas au financement, quand on observe bien la panoplie des dispositifs qu’on peut apporter, le dispositif non financier occupe une place de choix ».

Au titre de ces dispositifs non financiers, (cas d’une entreprise de l’agrobusiness), il y a l’organisation de l’entreprise, l’aspect technique, la technologie, le recrutement du personnel, l’énergie, la gestion du stock, la gestion des impôts (taxes fiscales), etc. Il s’agit là des éléments pour lesquels, il faut avoir une bonne connaissance. Cependant, M. Salami note que le risque du financement est élevé dans le secteur agricole, raison  pour laquelle, les financiers portent souvent des gangs avant d’intervenir. Néanmoins, il convient de voir quel type de financement adapté à tel ou tel projet  pour accompagner le développement des entreprises.

Une vue partielle des participants à la 5ème Edition du Salon AGRIFinances

Une vue partielle des participants à la 5ème Edition du Salon AGRIFinances

Plusieurs partenaires techniques et financiers accompagnent et soutiennent également l’évènement parce qu’il s’agit de l’agriculture, le secteur le plus pourvoyeur d’emploi au Bénin. Ce secteur à lui seul emploie 70 % de la population béninoise et fournit 30 % des produits d’exportations. C’est pourquoi le Gouvernement ambitionne à travers le PAG, d’y consentir un investissement de grande envergure d’ici 2021. « Cette ambition s’appuie sur plusieurs leviers, parmi lesquels le développement des pôles de croissance et de compétitivité pour mieux valoriser les potentialités des différentes zones agricoles ainsi que la promotion de l’agro-industrie en vue de réduire les pertes post-récoltes, et de contribuer à une meilleure valorisation des matières premières, jusque-là importées en l’état » a souligné Mme François Assogba, Secrétaire générale du Ministère de l’Agriculture, d’Elevage et de la Pêche (MAEP).

Il s’agira donc d’appuyer le développement d’une agriculture durable et compétitive qui doit s’accompagner d’un financement adéquat des différents maillons de promotion des filières agricoles ce qui révèle l’importance de la mise en relation initiée par le Salon Agrifinance annuellement. « Ces réformes place le financement agricole au cœur des actions avec la redynamisation du Fonds national du Développement agricole et du Fonds d’appui au développement des communes (Volet agriculture) en vue d’apporter des solutions durables à la question du financement » a indiqué la SG du MAEP.

M. Amzath Salami, représentant le ministre des Petites et Moyennes Entreprises et de l’Emploi, Modeste Tihounté Kérékou.

M. Amzath Salami, représentant le ministre des Petites et Moyennes Entreprises et de l’Emploi, Modeste Tihounté Kérékou.

En invitant les diverses structures financières et les programmes d’encadrement du secteur agricole à investir dans le renforcement des capacités des entrepreneurs agricoles pour une amélioration des notions d’éducation financière, rappelle Mme Assogba : « Les acteurs du secteur agricole doivent être bien outillés pour faire des choix éclairés pour mieux décider de ce qui constitue l’enjeux primordial de l’éducation financière. L’éducation financière contribue à une meilleure intégration sociale car elle limite des risques de surendettement et favorise la bonne gestion du financement reçu ».

 

Espace d’échanges et de partage d’informations qui vise à promouvoir les potentialités en matière de l’agriculture, dans une optique de démystification du système de financement agricole. « Comment l’éducation financière pourrait impacter les PME et servir de moyens pour vulgariser les bons comportements aux usagers des services financiers ? » Plusieurs thématiques seront abordées durant les trois jours du forum ; notamment les problèmes de financement rencontrés par les PME agricoles. Entre autres : « L’éducation financière, service non financier de lutte contre le surendettement : défis et perspectives » ; « Le financement de la chaîne de valeur pisciculture : quelques expériences au niveau national » ; « La problématique du financement de la chaîne de valeur anacarde : des essais de solutions » et « Les opportunités pour les PME de l’agribusiness ». Des thématiques qui entrent en ligne de compte des actions à mener pour faire réussir les réformes entamées dans le département de l’agriculture.

Un mini foire est animé par différentes structures financières qui interviennent dans le secteur agricoles ; de même que des stands des produits agricoles et d’agrobusiness sont exposés, (poissons frais, poulet local, œuf, huile, jus de fruits, gari amélioré, snacks locaux, crabes précuits, etc) agrémentent l’événement.

— Toutestgrace

A propos de Toutestgrace

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>