Flash Infos:

Réformes foncières et Accès des femmes à la terre : Quels agendas pour les acteurs politiques ? Les Députés entendent internaliser la problématique au sein de leurs partis

Ph: DR-: Photo de famille des acteurs politiques de l'Atlantique et Littoral

Ph: DR-: Photo de famille des acteurs politiques de l’Atlantique et Littoral

Le scénario de Bohicon sur le même thème avec les acteurs politiques du Zou, a été réédité à Ouidah les 28 et 29 Mars.  Cette fois-ci avec d’autres acteurs politiques (Députés, représentants de partis politiques (FCBE, UN et RB) et cadres techniques de l’Agriculture de l’Atlantique. Unanimement, ces derniers ont décidé d’internaliser la problématique de l’Accès des femmes au foncier au sein de leurs formations politiques.

Aline ASSANKPON

A la suite de quatre communications sur « la politique agricole au Bénin, les enjeux et défis de l’accès des femmes au foncier ; les directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers et Droits des femmes et accès au foncier agricole », les participants, très préoccupés par les questions de droit de l’homme et surtout celles du droit d’accès des femmes à la terre, ont décidé de travailler davantage au parlement, dans les mairies et même au niveau de l’Exécutif pour que la femme rurale dispose de terres à exploiter afin d’assurer la satisfaction des besoins de sa famille, voire la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Ph: DR-: Le Coordonnateur national du Projet EWOH2 , Mounirou Tchacondoh, satisfait, remercie les participants pour leur contribution aux débats

Ph: DR-: Le Coordonnateur national du Projet EWOH2 , Mounirou Tchacondoh, satisfait, remercie les participants pour leur contribution aux débats

En l’absence du Député Eric Houndété, annoncé pour conduire le panel sur « les réformes fonciers et l’accès des femmes à la terre au Bénin : quels agendas pour les acteurs politiques ? », le Député Idrissou Bako a introduit et dirigé les échanges entre les représentants des formations politiques présentes à cette rencontre d’échanges. Il s’agit notamment de : la Force Cauris pour un Bénin émergent (FCBE) ; l’Union fait la Nation (UN) et la Renaissance du Bénin (RB).

A l’issue des échanges, les participants (acteurs politiques et cadres des Directions du département de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche (DDAEP) se disposent  désormais à participer à tout comité de concertation et de veille pour la défense et la promotion des droits d’accès de la femme rurale à la terre.

En effet, la problématique de l’accès de la femme à la terre est d’actualité et mérite une attention collective ; d’autant plus que la terre est un élément capital pour la promotion des activités agricoles voire économique du pays. Cependant, force est de constater que son accès demeure encore et toujours un tabou pour les femmes en milieu rural qui, au même titre que les hommes en font une exploitation agricole.

Ph: DR-: Dr Bernadette Gléhouénou Dossou du RIFONGA et Mme Françoise Sossou Agbaholou du WILDAF-Bénin, les deux communicatrices qui ont présenté diverses thématiques aux deux rencontres de Bohicon et de Ouidah

Ph: DR-: Dr Bernadette Gléhouénou Dossou du RIFONGA et Mme Françoise Sossou Agbaholou du WILDAF-Bénin, les deux communicatrices qui ont présenté diverses thématiques aux deux rencontres de Bohicon et de Ouidah

Face à la situation discriminatoire malgré l’existence d’une batterie de textes et de lois visant à favoriser les droits d’accès des femmes à la terre et la sécurisation de la terre, les acteurs politiques ont formulé des pistes de solutions et d’actions concrètes à mettre en œuvre pour une mise en application effective des textes ratifiés par l’Etat béninois et les lois votées par le parlement. Il s’agit entre autres de : créer un cadre institutionnel de mis en œuvre et de suivi des lois et textes relatifs à l’accès des femmes au foncier ; créer un fonds national d’assistance juridique pour la défense des droits fonciers des femmes rurales et un service communal d’appui-conseil et de l’orientation aux femmes rurales victimes des exactions en matière foncière (sous la tutelle de la DDAEP) afin de veiller aux formalités des contrats de bail, d’emprunt et de location de terres et procédures juridiques en cas de conflits  (pour l’Exécutif) ; et pour le législatif, d’organiser des séances régulières de sensibilisation et de vulgarisation des textes et lois à travers divers canaux de communication, au niveau des formations politiques et à la base ; dynamiser les Comités de gestion foncière (COGEF) et les tribunaux de conciliation pour qu’ils assurent la défense des droits d’accès des femmes à la terre.

— Toutestgrace

A propos de Toutestgrace

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>