Flash Infos:

La santé publique, le secteur pharmaceutique préoccupent le NEPAD : Construire des systèmes de santé publique qui soutiennent l’industrialisation de l’Afrique

«C’est un fait que l’Afrique est le deuxième continent le plus peuplé du monde, avec une population qui devrait croître de 25% d’ici 2050 et de 40% d’ici la fin du siècle. Pourtant, le continent a des problèmes de santé qui doivent être pris en compte afin de soutenir la population croissante », a déclaré Dr Ibrahim Mayaki, Président de l’Agence du NEPAD à l’occasion de la Semaine de l’Afrique à New York.

PH: DR-: Fournir un environnement propice au secteur privé afin d'obtenir des capitaux pour accroître les investissements dans ce secteur

PH: DR-: Fournir un environnement propice au secteur privé afin d’obtenir des capitaux pour accroître les investissements dans ce secteur

Au cours de l’événement sur le renforcement des systèmes de santé publique qui soutiennent l’industrialisation de l’Afrique, Dr Mayaki a souligné que l’Agenda 2063 de l’Afrique et les objectifs de développement durable appellent à la promotion d’une industrialisation inclusive et durable. L’industrie pharmaceutique et l’industrie minière font partie des secteurs prioritaires identifiés dans le programme de l’Union africaine pour le développement industriel accéléré en Afrique (AIDA). L’Afrique a besoin d’une main-d’œuvre en bonne santé pour réaliser des objectifs d’industrialisation qui exigent un système de santé publique efficace.

L’Afrique continue de faire face à un fardeau de maladie élevé, à la faiblesse des systèmes de prestation des soins de santé et à la fragmentation des marchés des produits médicaux et des technologies de la santé. En tant qu’organisme de développement de l’Union africaine, le NEPAD a pris des mesures critiques pour faire face au fardeau de la maladie du continent en mettant en place des systèmes qui fournissent un environnement propice au développement du secteur pharmaceutique. Cela se fait par le biais de l’Initiative d’harmonisation de la réglementation des médicaments en Afrique (AMRH), qui fournit une base solide pour renforcer les systèmes réglementaires et établir des institutions solides pour assurer la viabilité à long terme.

Parmi les autres programmes que l’Agence du NEPAD facilite et coordonne dans le secteur de la santé figurent, entre autres, la lutte anti-vectorielle contre le paludisme, le développement de la recherche pour la santé et la stratégie d’innovation, la validation scientifique et la valeur ajoutée des remèdes à base de plantes afin de promouvoir les médecines traditionnelles africaines.

Mme Margareth Ndomondo-Sigonda, directrice des programmes de Santé de l’Agence du NEPAD, a soutenu que «vous ne pouvez pas parler de croissance socio-économique durable sans aborder la santé des personnes qui sont les moteurs de l’industrialisation».

A l’occasion, les participants ont exploré les options disponibles pour le financement de la santé; promotion de la recherche et du développement et de l’innovation sur les produits et technologies médicales, y compris les médicaments traditionnels; la production locale de produits médicaux et de technologies de la santé pour renforcer les systèmes de prestation des soins de santé.

Dr Janet Byaruhanga, du Programme Santé du NEPAD, a mis l’accent sur le renforcement des systèmes de réglementation, la production locale de produits médicaux et l’accès au financement. Elle a souligné la nécessité de fournir un environnement propice au secteur privé afin d’obtenir des capitaux pour accroître les investissements dans ce secteur. En outre, le secteur pharmaceutique a un énorme potentiel pour créer des emplois pour les jeunes grâce à l’utilisation de technologies modernes.

Parlant de la promotion des investissements et de la création d’emplois basés sur la connaissance, le Dr Paul Lartey, président fondateur de la Fédération des associations africaines de fabricants de produits pharmaceutiques (FAPMA), a plaidé en faveur de capitaux fiables et durables pour l’investissement dans la fabrication et l’assurance de la conformité aux bonnes pratiques et normes de fabrication afin de produire des médicaments de qualité.

Le représentant de la Banque mondiale, le Dr Andreas Seiter, responsable mondiale du secteur privé et du secteur privé, a fait remarquer que l’Afrique devrait être fière des résultats obtenus dans le cadre de l’initiative d’harmonisation de la réglementation pharmaceutique. Il a indiqué que les progrès accomplis jusqu’ici dans les communautés économiques régionales sont louables. Il a rappelé les réalisations de la Communauté de l’Afrique de l’Est, de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest et de la Communauté de développement de l’Afrique australe et de l’impact de la Loi type de l’Union africaine sur la réglementation des produits médicaux leurs lois nationales, ajoutant que la dynamique devrait être maintenue.

En outre, l’Agence du NEPAD investit dans la lutte contre la tuberculose et les autres maladies pulmonaires professionnelles dans l’industrie minière, en commençant par l’Afrique australe. Mme Chimwemwe Chamdimba, Chargée de programme principale, a souligné que la tuberculose est le principal tueur parmi les maladies infectieuses en Afrique. Actuellement, il est abordé parmi les populations les plus vulnérables en regardant sous trois angles: la tuberculose et le VIH; La tuberculose et la pauvreté, et la tuberculose et l’exploitation minière. (Source : L’Agence du NEPAD)

— Toutestgrace

A propos de Toutestgrace

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>