Flash Infos:

Forum économique des jeunes, Bénin 2021: Des jeunes entrepreneurs et start-ups à l’école de la Konrad Adenauer Stiftung


525 Vues

Ph/DR: Le présidium, le Prof Alaistaire Alinsato, Directeur du cabinet du ministre du Développement et Dr Stéphanie Brinkel, Représentante résidente de la Konrad Adenauer Stiftung

Du 7 au 9 octobre 2021, il est organisé à l’Hôtel Golden Tulipe de Cotonou, un Forum économique, Bénin 2021, à l’intention des jeunes entrepreneurs et start-ups. « Les clés de l’Entreprenariat», c’est le thème de ce Forum.  Initié par la Konrad Adenauer Stiftung (KAS), ce rassemblement d’une vingtaine de jeunes, futurs hommes et femmes d’affaires de l’économie, vise à : apprendre les rudiments de l’entreprenariat, assurer une mise en synergie de leurs différentes actions et à analyser les moyens indispensables pour l’atteinte de leurs objectifs.

Le programme de Dialogue politique en Afrique de l’Ouest (PDWA) de la Konrad Adenauer Stiftung (KAS) est transversal. A la gestion de la cité, les aspects économiques, sociaux, environnementaux sont également explorés dont la formation, l’information et l’accompagnement des jeunes entrepreneurs et start-ups de l’activité entrepreneuriale.

Au Bénin, le problème du développement économique se pose à trois niveaux de défis, à savoir : la couverture des besoins alimentaire, la croissance des revenus et l’amélioration  de la facilité de l’activité entrepreneuriale.  Ces trois défis confèrent au secteur à potentiel de croissance, le double rôle de l’accélération de la croissance économique à travers l’emploi et la contribution à la réduction de la pauvreté.

Relever ces défis de développement  revient donc à diversifier des vannes économiques et à créer les conditions adéquates pour accroître la productivité et la rentabilité de ce secteur. Créer les conditions adéquates appelle donc à renforcer les capacités de ceux qui se lancent dans le secteur de l’entreprenariat.

«Au regard du besoin de renforcement de capacités des jeunes qui se lancent dans le secteur de l’entreprenariat pour apporter leur pierre à l’édification de l’économie nationale et sous régionale, la KAS a estimé important de jouer le rôle d’accompagnateur» a déclaré la Représentante résidente de la KAS/PDWA , Dr Stéphanie Brinkel.

Ph/DR: Une vue partielle des participants au Forum économique des Jeunes, Bénin 2021

L’entreprenariat, principal moteur de développement

Lire aussi  Forum des femmes leaders politiques du Zou, de l’Atlantique et du Littoral : La Konrad Adenauer outille les femmes sur le dialogue politiques et l’autonomisation

Principal moteur de développement économique, l’entreprenariat révèle chaque entrepreneur qui réussit à générer des bénéfices non seulement pour lui-même, mais aussi à contribuer à l’enrichissement du tissu économique de son pays.

Saluant l’engagement des jeunes dans ce secteur à fortes potentialités, le Directeur du Cabinet, Alaistaire Alinsato, représentant le ministre d’Etat, du Plan, de Développement déclare que : « L’engagement des jeunes dans l’entreprenariat est source de croissance économique et de financement des emplois, qui à leur tour contribuent à réduire le chômage. C’est également une stratégie pour pérenniser la compétitivité et les négociations commerciales avec la tendance  croissante de la mondialisation ».

Contribuer à créer des emplois et à réduire le chômage, le Forum économique des jeunes, Bénin 2021, « Les clés de l’Entreprenariat», vient donc à point nommé ; car « A travers des échanges du réseautage, le partage d’expériences avec des principes et valeurs clés, que les uns et les autres  pourront implémenter dans leur quotidien pour faire croitre leurs revenus et améliorer leurs prestations, ce forum peut constituer le socle de l’atteinte de leurs objectifs : la création d’emplois et la valeur ajoutée » indique Dr Stéphanie Brinkel.

Cependant, l’accès des citoyens, en particulier des jeunes à l’emploi reste une problématique réelle au Bénin. De même que la question du sous-emploi et de l’emploi décent qui demeure une forte préoccupation au niveau des décideurs publics. Seuls l’entreprenariat et sa promotion restent une solution pertinente qu’il faudra explorer à fond puisque c’est le moteur clé d’impulsion du développement économique et surtout de réduction de la pauvreté.

Photo de famille des jeunes entrepreneurs et start-ups au Forum

L’adoption d’un cadre législatif facilitateur

Lire aussi  Forum des femmes leaders politiques du Zou, de l’Atlantique et du Littoral : La Konrad Adenauer outille les femmes sur le dialogue politiques et l’autonomisation

Dans cette logique, le Gouvernement béninois a donc pris diverses mesures pour soutenir l’entreprenariat des jeunes et la promotion des Micros, Petites et moyennes entreprises (MPME) à travers l’adoption d’un cadre législatif facilitateur. Il s’agit notamment de : la loi 2020 du 20 mars 2020 portant promotion et développement des micros, petites et moyennes entreprises en République du Bénin qui offre les conditions de facilitation de création d’entreprise et encadre les entreprises naissantes sans grande expérience à participer à l’animation de la vie économique ; la loi 2020 du 29 septembre 2020 portant code des marchés publics en République du Bénin, qui allège considérablement les conditions d’accès au marché public pour les MPME et les entreprises en général, en réduisant au minimum les conditions de soumission aux différents appels d’offres ; et enfin la loi 2017 /07 du 19 juin 2017, fixant le régime des zones économiques spéciale en République du Bénin ; puisque la zone économique spéciale, promeut une transformation économique.

A travers l’adoption de ces nouvelles lois, le Gouvernement a voulu faciliter les choses pour les jeunes : l’accès aux marchés publics par exemple, il n’est point besoin pour soumissionner de réunir d’abord l’ensemble de tous les documents explique le Prof Alinsato ; seul l’adjudicataire provisoire déclaré du marché, peut se conformer à la loi en produisant tous les documents nécessaires. Cette loi favorise donc l’accès facile au marché public à tous. Les initiatives des jeunes entrepreneurs et start-ups disposent désormais de la marge de manouvre nécessaire pour s’épanouir avec ces lois-là.

Notons par ailleurs, que de façon spécifique, le Gouvernement  accompagne des jeunes entrepreneurs  à travers la mise en place des structures nationales entre autres, l’Agence nationale des Petites et moyennes entreprises (ANPE), qui constitue le dispositif opérationnel  pour un meilleur accompagnement des jeunes notamment en ce qui concerne  la préparation en entreprenariat, le renforcement des capacités, la facilitation de l’accès au financement, aux marchés publics et au suivi des activités.

Lire aussi  Forum des femmes leaders politiques du Zou, de l’Atlantique et du Littoral : La Konrad Adenauer outille les femmes sur le dialogue politiques et l’autonomisation

« Il s’agit d’un changement de cap dans la politique de l’entreprenariat des jeunes portées par une nouvelle orientation impulsée par la stratégie de l’enseignement de la formation technique et professionnelle » note le Prof Alaistaire Alinsato.

A ce Forum économique, une vingtaine de jeunes entrepreneurs  est retenue pour cette formation. Durant trois jours, ils vont se familiariser aux rudiments de l’entreprenariat. Il s’agit-là d’une opportunité, un tournant décisif que leur offre ainsi la Fondation Konrad Adenauer.

Appréciant cette initiative de la KAS qui s’implique spécifiquement dans la formation, l’information et l’accompagnement des jeunes start-ups, le Gouvernement à travers le ministre du Plan, lui renouvelle sa gratitude, en espérant qu’à l’édition 2022, un bilan sera fait de cette action.

A l’endroit de ces jeunes entrepreneurs qui ont le mérite de postuler à cette formation et de se donner à cet exercice, le Prof Alaistaire Alinsato déclare : « Les clés de l’entreprenariat en termes de ce regroupement, c’est aussi technique que comportemental. Du point de vue technique, un entrepreneur doit être un leader, il fait une étude de marché avant d’entreprendre, il se fixe un planning stratégique, il sait négocier et sait apprendre à évoluer.  A ces compétences, il faut ajouter de la passion du travail bien fait, de l’expertise, la réactivité et surtout de la persévérance.  Un entrepreneur, c’est un tout ! »

Pour sa part, la Représentante résidente de la KAS, Dr Stéphanie Brinkel, remercie les jeunes start-ups pour leur disponibilité, les experts qui vont partager « du lait et du miel avec ces jeunes parmi lesquels il y a beaucoup de self made men et women » et le Gouvernement pour l’intérêt porté au développement économique du Bénin.

Aline ASSANKPON


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page