Flash Infos:

WiLDAF-Bénin lance un cri du cœur aux autorités judiciaires compétentes (Communiqué de presse)


806 Vues

Ph/DR: WiLDAF-Bénin exige la TOLERANCE ZERO A LA VIOLENCE LIEE AU GENRE.

WiLDAF/FeDDAF-Bénin est un réseau d’ONG et de personnes physique qui œuvrent pour la promotion et la défense des droits humains en général, ceux de la femme, de la fille et de la personne handicapée en particulier.

Nous condamnons fermement les actes d’une violence inouïe commis par un époux, qui plus est un professeur d’université de son état, sur son épouse, qui ont été enregistrés sur une vidéo  circulant sur les réseaux sociaux depuis quelques jours.

La violence à l’égard de la femme est proscrite par plusieurs textes en vigueur au Bénin et doit être fermement sanctionnée.

WiLADAF-Bénin a confiance en la justice de notre pays qui s’est déjà saisie de l’affaire et lui exprime son soutien pour que force reste à la loi.

Le réseau lance un cri du cœur aux autorités judiciaires compétentes afin que les auteurs de ces cas de violences subissent la rigueur de la loi. Le réseau appelle le gouvernement à mettre en place des mesures d’accompagnement des victimes de violences basées sur le genre (VBG) et de  toutes victimes collatérales notamment les enfants, afin qu’elles soient encouragées à BRISER LE MEURE DU SILENCE SANS CRAINDRE DES REPRESAILLES ;

Nous rappelons que la lutte contre la violence et toutes autres formes de discrimination à l’égard des filles et des femmes est, au-delà de la protection et de la promotion des droits humains, un combat pour le développement durable qui bénéficie du potentiel inestimable de la population féminine, et qui ne soit plus amputé par le coût ignoré mais tellement élevé de cette violence.

Lire aussi  Droits des femmes dans l’espace CEDEAO : Experts et Ministres Genre examinent des projets de stratégies de lutte contre la VSBG et le harcèlement sexuel.

En vue de décourager à jamais ces actes qui créent du tort non seulement pour les femmes et les filles mais aussi à l’Etat car les violences ont un coût.

Le réseau passe par cette occasion pour plaider en faveur du renforcement de l’éducation de nos filles, seul gage pour leur assurer un avenir meilleur et leur autonomisation afin qu’elles soient libres de dire NON A LA VIOLENCE.

L’Institut National des Femmes dans sa nouvelle formule, vient à point nommé pour capitaliser les actions de longue date menées par WiLDAF-Bénin et par bon nombre d’autres organisations contre les VGB au Bénin, @WILDAD/AO.

Nous espérons donc que les responsables de l’Institut suivent de près, comme nous, cette affaire et qu’elle se terminera par un signal fort de la TOLERANCE ZERO A LA VIOLENCE LIEE AU GENRE.

Pour le Réseau WiLDAF/FeDDAF-Bénin

La Coordonnatrice nationale

Françoise SOSSOU AGBAHOLOU.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page