Flash Infos:

Forum des femmes leaders politiques du Zou, de l’Atlantique et du Littoral : La Konrad Adenauer outille les femmes sur le dialogue politiques et l’autonomisation


294 Vues

Ph/DR: Le présidium à l’ouverture des travaux (de gauche à droite) Mme Bibiane Soglo Adamazè, Maire de la Commune de Toffo, M. Mounirou Tchacondoh, Coordonnateur de la KAS au Bénin et Mme Françoise Sossou Agbaholou, modératrice des débats.

Renforcer le dialogue politique sur les questions des droits fonciers et l’autonomisation afin d’assurer une pleine participation des femmes à la vie civile, politique, sociale et économique : c’est l’objectif visé par la Konrad Adenauer Stiftung en organisant le forum des femmes leaders politiques des départements du Zou, de l’Atlantique et du Littoral. Elles sont une vingtaine de femmes leaders politiques représentant différentes formations politiques et autorités communales et conseillères conviées les 9 et 10 septembre 2021 à l’hôtel NIFUR de Bohicon.

Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet, « Un monde sans faim », la Konrad Adenauer Stiftung (KAS) a organisé un forum sur le thème, «La participation, les droits fonciers et les défis économiques en milieu rural » à  l’intention des femmes leaders politiques des départements du Zou, de l’Atlantique et du Littoral.  L’objectif spécifique étant d’impliquer les femmes leaders politiques et élues conseillères dans la dynamique de renversement des tendances.

Selon le Coordonnateur de ce Projet, Mounirou Tchacondoh,  cette activité  participe de la volonté de la Konrad Adenauer Stiftung de contribuer à renforcer le dialogue politique sur les questions des droits fonciers et économiques,  l’autonomisation,  pour assurer une pleine participation des femmes à la vie civile, politique, sociale et économique et à l’exercice des droits correspondants .

«Par cet atelier, nous souhaitons renforcer le leadership politique des femmes élues afin d’améliorer leur participation et influence dans les instances de prise de décisions locales pour les questions foncières » souligne-t-il.

Ph/DR: Une vue partielle des participantes au Forum des femmes leaders politiques

En effet, la question de l’accès de la femme aux ressources foncières n’est pas seulement juridique mais socio-culturelle et politique. C’est le cas de « la prédominance du régime foncier  coutumier sur le droit moderne dans les communautés, les pesanteurs sociales et culturelles, des actions discriminatoires qui limitent fortement la portée de la consécration du principe juridique de l’égalité constitutionnelle des sexes».

Face à une telle problématique, « il faut un déploiement de stratégies efficaces, une synergie d’action des femmes politiques et éluent conseillères, capitale dans la dynamique de renversement des tendances » analyse M. Tchacondoh.

Par ailleurs, la participation des femmes dans la prise de décision au niveau locale est désormais une exigence de justice qui doit être considérée comme l’une des conditions nécessaires pour le développement soutenu et la lutte durable contre la faim et la pauvreté. «Nous y croyons et nous travaillons aussi pour le renforcement du leadership des femmes dans l’arène politique locale et nationale afin de contribuer à changer les paradigmes dans ce domaine» conclut M. Tchacondoh.

Quelques femmes leaders politiques se prononcent…

Mme Badarou Alimatou…

Mme Badarou Alimatou, Coordonnatrice de l’Organisation nationale des femmes républicaine (Bloc républicain – BR)

«Quand on fait la politique, on n’a pas idée du rôle que nous devons jouer ».

D’abord, je remercie la Fondation Konrad Adenauer qui a invité les femmes des partis politiques à ce forum. Je retiens globalement que le défi de l’accès des femmes au foncier nous amène à prendre conscience de la chaîne des valeurs en ce qui concerne l’autonomisation de la femme qui ne s’arrête pas seulement au financement. Cette formation nous permet de savoir comment contribuer à chaque niveau, apporter un plus à la femme afin qu’elle ait son indépendance. Ensuite, on se rend compte que dans la chaîne de valeur, que ce soit les partis politiques, les transformateurs, les acteurs au niveau de la consommation, tout le monde a un devoir. Le défi foncier ne s’arrête pas au niveau de la terre. Tout le monde (acteurs et autorités) a un rôle à jouer. C’est ce qui est intéressant dans cette formation. Nous allons enfin, être plus vigilantes, au quotidien. Nous nous battons pour les quotas ; notre autonomisation ne se limite pas au quota. Désormais, nous devons lutter pour la représentation des femmes, penser aux femmes rurales, apprécier ce dont elles ont besoin et contribuer à leur développement réel. C’est le rôle à jouer depuis la base jusqu’à l’échelle supérieure. Quand on fait la politique, on n’a pas idée du rôle que nous devons jouer. Il ne suffit pas d’aller chercher l’électorat chez nos populations. Nous avons de grandes responsabilités à tous les niveaux afin que le quotidien des femmes et de nos jeunes sœurs soit meilleur. (Propos recueillis : A. A.)

 

Ph/DR: Mme Philomène Zountchégbé Ekpô

 Mme Philomène Zountchégbé Ekpô de l’Union progressiste (UP)

« … il faut agir sur les piliers qui nous bloquent… »

Déjà à travers la première communication présentée par un consultant vraiment compétent, sur les Contraintes et Défis de l’accès des femmes aux ressources agricoles et les précisions apportées sur la chaîne de valeur agricole. Les étapes à suivre : la production, la transformation, la commercialisation et la consommation. Donc à chaque niveau, il y a les acteurs et actrices. On a vu que les femmes à des niveaux données ont des difficultés qui sont dues aux contraintes genres ; du fait que dès le départ, il y a eu la division du travail, des tâches sont réservées au garçon et à la fille. En principe on doit confier les mêmes tâches aux garçons et aux filles ; ce qui n’était pas le cas. Nous ici, en tant que cadres responsables politiques, nous devons aussi sensibiliser nos sœurs. A l’Union progressiste (UP), nous avons un grand projet intitulé « Connaître le Bénin ». On nous a ventilé sur le terrain pour voir ce qui se passe au niveau des femmes, des groupements de femmes en milieu rural. Cette formation est donc venue à point nommé. Je suis très contente d’avoir pris part à ce forum. Mon engagement, c’est de pouvoir faire la restitution et de mettre en application les enseignements d’ici ; parce qu’au fait, le défi c’est l’autonomisation des femmes. Il n’est plus question de crier, il faut agir sur les piliers qui nous bloquent. Et nous allons y veiller : éduquer, sensibiliser, montrer que la femme est capable et qu’elle a la volonté et se décide pour le changement parce qu’on ne peut pas faire son bonheur sans sa volonté. (Propos recueillis : A. A.)

Deux jours durant, les participantes à ce forum ont eu droit à cinq (5) communications aussi riches que d’intérêts les unes que les autres. La première qui porte sur « Les contraintes et défis de l’accès des femmes aux ressources agricoles au Bénin » est présentée par l’Ingénieur agroéconomiste, Samson Toulassi.

Une présentation participative qui retrace le processus de la chaîne des valeurs agricoles : De la terre, à la consommation en passant par les semences, la transformation et la commercialisation.  Il ressort cependant que les contraintes du genre (foyer, enfants, financement, etc) empêchent les femmes d’aller à l’autonomisation. A ce niveau, trois (3) aspects sont à explorer notamment : Atteindre,  faire bénéficier et autonomiser ; en d’autres termes, il s’agit de définir d’abord les objectifs à atteindre à travers des tactiques à utiliser et des indicateurs disponibles.

« L’accès des femmes à la sécurisation foncière : le dispositif juridique et institutionnel » ; « L’entreprenariat agricole des femmes obstacles défis et perspectives » ; « Femme, leadership et participation aux instances de prise de décision : quelles opportunités pour renforcer les droits d’accès des femmes aux terres rurales » et « Femmes, leadership local et participation aux instances de prise de décision politique : quelles notions à retenir pour renforcer le pouvoir économique des femmes » sont les quatre autres communications qui ont meublé le forum des femmes leaders politiques. La plupart des participantes a apprécié cle contenu de ces différentes présentations.

Aline ASSANKPON


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page