Flash Infos:

Conférence internationale sur le Système Ouest-africain de stockage de Sécurité alimentaire : Les principales conclusions et recommandations


233 Vues

Ph/DR: construire les bases d’un partenariat multilatéral renouvelé pour renforcer les mécanismes d’alerte, de prévention…

Du 28 avril au 7 mai 2021, la Commission de la Cedeao a organisé en partenariat avec la Commission de l’Uemoa et le Secretariat du Cilss, une conférence internationale en ligne sur le système ouest-africain de stockage de sécurité alimentaire. Cette conférence est placée sous la présidence de la République du Ghana qui assure la présidence en exercice de la Cedeao. Conclusions principales et Recommandations de cette rencontre.

Pendant 5 jours, les participants ont échangé autour de thématiques diverses sur le stockage de sécurité alimentaire : la vulnérabilité de l’Afrique de l’Ouest et du Sahel à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle ; les réserves alimentaires et la gestion des crises alimentaires, nutritionnelles et pastorales conjoncturelles en Afrique de l’Ouest ; le rôle des stocks dans la promotion de systèmes alimentaires durables et dans l’édification du marché régional des produits alimentaires ; le rôle des réserves alimentaires dans le renforcement de la résilience et la protection sociale des ménages, et les partenariats et mécanismes de financements innovants pour renforcer la résilience du système régional de stockage et ses capacités à répondre efficacement à l’amplification et à la complexification des crises alimentaires, nutritionnelles et pastorales.

Ph/DR: Des silos pour la préservation des céréales afin d’assurer la vulnérabilité de l’Afrique de l’Ouest et du Sahel à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle

Les discussions et le partage d’expériences ont permis à plus de 600 participants issus de divers horizons de dégager plusieurs grands consensus : le système régional de stockage de sécurité alimentaire fondé sur trois lignes de défense complémentaires (local, national et régional) est une approche pertinente, innovante et porteuse de transformations majeures, tant pour la sécurité alimentaire que pour le développement des capacités institutionnelles de la région ; les résultats obtenus à l’issue de 5 ans de mise en œuvre de la stratégie régionale de stockage de sécurité alimentaire au niveau du stockage de proximité, du stockage national et de la mise en place de la Réserve régionale sont encourageants et prometteurs ; le partenariat multi-acteurs sous l’égide de la Commission de la Cedeao, qui a permis la définition puis la mise en œuvre de cette stratégie de stockage est une démarche à encourager et à consolider ; la stratégie de stockage de sécurité alimentaire ciblée sur le renforcement des capacités de la région à gérer les crises alimentaires, nutritionnelles et pastorales doit s’articuler davantage autour des piliers suivants : le renforcement de la résilience et de la protection sociale, le stockage commercial, la structuration des chaines de valeur et la lutte contre la volatilité des prix ; les différents mécanismes de financement, dont les systèmes assurantiels, pour le financement du stockage à toutes les échelles, rôle stratégique de la Cedeao dans la coordination et l’alignement des interventions des différents acteurs des systèmes de stockage de sécurité alimentaire dans la région ; la nécessité d’élargir ce partenariat multi-acteurs en y associant le secteur privé, les organisations professionnelles, la Communauté humanitaire internationale, les institutions financières et d’assurance des risques dans le déploiement de la prochaine étape de mise en œuvre de la stratégie régionale de stockage.

Déclaration d’Accra portant opérationnalisation des réserves stratégiques de sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest

Au terme de leurs travaux, les ministres ont adopté la Déclaration d’Accra pour accélérer l’opérationnalisation des réserves stratégiques de sécurité alimentaire au triple niveau régional, national et local. La Déclaration met en exergue la nécessité d’assurer une forte intégration et cohérence entre la politique de stockage de sécurité alimentaire, la volonté de sécuriser les approvisionnements alimentaires de base des populations par la promotion des produits locaux, les politiques nutritionnelles et de protection sociale des ménages les plus vulnérables et le renforcement de la résilience. La Déclaration d’Accra est un engagement individuel et collectif des pays à mobiliser et allouer des ressources significatives dans la perspective de consolider et pérenniser le système régional de stockage de sécurité alimentaire. A travers cette Déclaration, les Etats membres renouvellent leur engagement à allouer 5% de leur stock national à travers le Réseau des sociétés ou offices chargés de la gestion des stocks nationaux de sécurité alimentaire au Sahel et en Afrique de l’Ouest (Resogest), en respect du principe de soli darité aux Etats membres affectés par des crises alimentaires sévères, conformément aux critères du « Cadre Harmonisé ». Les ministres engagent aussi la Commission de la Cedeao à s’assurer de la mise en œuvre effective de l’Acte additionnel portant création d’une Réserve régionale de sécurité alimentaire, et à allouer des budgets conséquents pour sa mise en œuvre. Ils invitent les partenaires techniques et financiers à soutenir davantage les efforts de la région pour une souveraineté alimentaire et encouragent, particulièrement, les agences humanitaires et celles du Système des Nations Unies et les ONG d’aide au développement à (i) privilégier, dans leurs appuis, les achats locaux de denrées alimentaires de base en vue de renforcer la résilience des systèmes agroalimentaires locaux, (ii) soutenir les efforts des populations locales dans leurs mécanismes locaux de résilience, (iii) aligner leurs interventions sur celles des Etats et des Institutions du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest responsables de la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans la région, et (iv) intégrer le développement du système ouest-africain de stockage de sécurité alimentaire et les coûts de sa mobilisation en réponse aux crises dans leurs plans de financement. Les banques d’investissements et de développement et celles commerciales, les institutions privées et les hommes et femmes d’affaires de la région sont également invités à développer des partenariats nationaux, sous-régionaux et régionaux et proposer des mécanismes de financement innovants de réserves alimentaires physiques et financières en faveur des organisations socio-professionnelles agricoles et des acteurs du secteur privé. Pour le suivi de la mise en œuvre de cette Déclaration, il est proposé pour un mandat de trois ans non renouvelables, la nomination d’un Chef d’Etat « Champion » de l’Ecowap et du stockage de sécurité alimentaire auprès de ses pairs et la nomination d’un homme ou d’une femme d’affaires de la région en qualité « d’Ambassadeur de bonne volonté » pour promouvoir la sécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel et en Afrique de l’Ouest. (Source : CEDEAO)

Face aux enjeux sécuritaires, à la variabilité climatique et aux effets anthropiques sur les ressources naturelles, la Conférence a mis en avant la nécessité de mettre en œuvre des initiatives locales, nationales et régionales pour développer des systèmes alimentaires durables en Afrique de l’Ouest.

Dans cette perspective, les organisations humanitaires se sont engagées à s’aligner sur les initiatives régionales pour assurer la cohérence et la complémentarité de la Reserve régionale et plus largement du système de stockage avec les autres instruments de réponse aux crises alimentaires et nutritionnelles et pastorales.

La FAO a appelé la Communauté internationale et l’ensemble des partenaires techniques et financiers à conjuguer leurs efforts pour accompagner la Commission de la Cedeao à lancer un programme majeur de mise à l’échelle de silos familiaux ou communautaires : l’initiative « 1 million de silos pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel ». Au-delà de cet appel, les partenaires financiers sont disposés à assurer la mobilisation d’au moins 1,5 milliards de dollars américains pour le financement d’infrastructures et de stocks de sécurité alimentaire, nutritionnelles et pastorales dans la région.

En rappel, l’objectif général de la Conférence internationale était de construire les bases d’un partenariat multilatéral renouvelé pour renforcer les mécanismes d’alerte, de prévention, d’intervention et d’assistance humanitaire aux populations victimes des crises alimentaires.

Elle a été organisée dans le cadre de la capitalisation des acquis, après 5 ans de mise en œuvre, par la Commission de la Cedeao, de sa stratégie régionale de stockage de sécurité alimentaire avec les appuis politiques du G20, le concours financier de l’Union européenne et les appuis techniques de l’Agence Française de Développement (AFD) et de l’Agence Espagnole de Coopération Internationale pour le Développement (AECID), en collaboration avec la Commission de l’Uemoa et le Cilss. (Source : CEDEAO)


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page