Flash Infos:

Politique financière: Le Bénin réalise une levée financière inédite avec un eurobond d’un milliard d’euros


1 181 Vues

Ph: DR-: M. Romuald Wadagni, ministre de l’Economie et des Finances a convaincu les investisseurs internationaux sur la pertinence des ambitions du Gouvernement béninois.

Le Bénin vient de réaliser en ce début d’année, la première opération obligataire internationale d’Afrique avec l’émission d’un milliard d’euros, en deux tranches de maturités finales, 11 ans et 31 ans.  En procédant à la fixation du prix d’une nouvelle émission obligataire en euros sur les marchés internationaux, le Bénin fait une levée inédite étonnante avec une maturité supérieure à trente ans, la plus longue jamais atteinte par le pays. Le Bénin rejoint ainsi le cercle restreint des pays émergents émetteurs.

Cette émission, couplée à une opération de gestion de passifs, permettra le remboursement anticipée de 65% du montant nominal de l’Eurobond 2026 du Bénin (324 millions d’euros), ainsi que le financement du budget 2021 et des projets phares du Programme d’Actions du Gouvernement (PAG).

En effet, du 6 au 11 janvier 2021, la délégation officielle conduite par le Ministre de l’Economie et des Finances, M. Romuald Wadagni, a tenu des entretiens bilatéraux avec plusieurs grands investisseurs institutionnels internationaux. Un roadshow qui a été l’occasion pour l’argentier béninois de rappeler aux investisseurs les résultats concrets du PAG dans le contexte de la crise de la Covid-19.

«Le 12 janvier, le Ministère de l’Economie et des Finances a placé avec succès 1,0 milliard d’euros (656 milliards de Francs CFA) auprès d’investisseurs internationaux. Tirant parti de conditions de marché particulièrement favorables, le Bénin a mobilisé 700 millions d’euros sur une maturité finale de 11 ans, à un coupon de 4,875%, et 300 millions d’euros sur une maturité finale de 31 ans, assortie d’un coupon de 6,875%. Avec cette tranche de maturité 2052, la plus longue jamais atteinte par le pays, le Bénin rejoint le nombre restreint d’émetteurs émergents à disposer d’un Eurobond en euros de maturité supérieure à 30 ans » rapporte le ministère de l’Economie et des Finances (MEF).

Cette émission qui s’inscrit dans la stratégie proactive de gestion de la dette publique mise en œuvre par le Gouvernement, est couplée à une opération technique de gestion de passifs. «Le succès du rachat partiel de l’Eurobond 2026 permet au Bénin de limiter les risques de refinancement, d’étendre la maturité de sa dette et de réduire son coût moyen ». 

A travers cette prouesse, le Bénin est le premier émetteur d’Afrique à solliciter le marché international cette année, faisant preuve de rapidité d’exécution. « Le livre d’ordres de l’opération a atteint un pic de près de 3 milliards d’euros dans la journée (c’est-à-dire une souscription de 300%), dont 1,9 milliard pour la tranche à 11 ans et 1,2 milliard à 31 ans. Plus de 125 investisseurs ont placé des ordres, dont bon nombre n’avaient pas participé à l’émission inaugurale du Bénin en mars 2019 ».

Le pays parvient ainsi donc à diversifier ses sources de financement et à étendre la maturité moyenne de sa dette de marché tout en réduisant le coût moyen supporté. Le succès de cette émission reflète l’intérêt affiché par les investisseurs internationaux pour le crédit du Bénin.

Notons que le closing financier de la nouvelle émission devrait intervenir ce mardi 19 janvier 2021 et celui de l’opération de rachat, le mercredi 20 janvier 2021.

 L’Eurobond en question ?

Un « eurobond » (ou une « euro obligation ») est une obligation qui permet aux États ou aux entreprises d’emprunter dans une devise autre que celle du pays émetteur. Les eurobonds sont principalement libellés en dollars. On les distingue ainsi des deux autres catégories d’obligations que sont les obligations domestiques émises en monnaie locale et les obligations internationales émises en monnaie locale. Les pays émergents et préémergents, notamment africains, y ont eu souvent recours ces dernières années, à la fois pour financer leurs ambitieuses politiques d’investissement en matière d’infrastructures et pour restructurer leur dette.

Aline ASSANKPON

 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page