Flash Infos:

FMI- Perspectives économiques 2020 : Le Bénin échappe à la récession avec une croissance de 2 % 


342 Vues

Ph: DR-: Romuald Wadagni, ministre de l’Economie et des Finances

 Le Bureau pays du FMI au Bénin a organisé le vendredi 11 décembre 2020 une conférence virtuelle sur le rapport Perspectives économiques 2020 à l’intention des journalistes spécialistes des questions économiques. Plusieurs responsables du ministère de l’Economie et des Finances ont pris part à cette session.

Selon le présentateur, Y. Zouhar, le confinement observé au niveau des pays pour raison de Covid-19 a énormément pesé sur le secteur des voyages, le commerce, le prix des matières premières et a affecté les pays exportateurs du pétrole et surtout les pays tributaire du tourisme. Le déficit sera autour de 6%. De même les envois de fonds et les entrées de capitaux ont souffert aussi d’une baisse de 20 % soit 10 à 20 milliards de manque en termes de recettes.

La production des produits pétroliers semble avoir passé le creux de la vague. On revient à une situation de normale graduelle. La production se concentre de 3,0% en 2020 soit une baisse systémique pour la région de l’Afrique subsaharienne à cause de la Covid-19. Il y a une différenciation entre pays exportateurs du pétrole et les pays pauvres en ressources naturelles qui ne connaîtront pas de récession en moyenne et les pays tributaires de tourismes subiront une récession de 11%.

La croissance en Afrique subsaharienne va être au-dessus de 4%. Sur cette base les perspectives économique table sur une reprise de longue durée et inégale qui va débuter en 2021. La croissance ne reviendra au niveau des pays d’avant la crise de Covid-19 que dans trois (3) ans. Cependant, il y toujours des incertitudes d’où un scénario assez prudent, il ne faut pas occulter les cas de nouvelles poussées épidémiques et des chocs additionnels.

Les déficits budgétaires sont beaucoup plus important les rééquilibrages budgétaires pèseront  sur les perspectives. En 2021, les pays qui n’ont suffisamment de masse budgétaire en souffriront.

Cependant, on note une reprise naissante reposant sur des réformes porteuses de changements durables ; parmi celles-ci, on retient qu’il faut : renforcer la protection sociale (accorder plus d’importance à la protection sociale pour inverser la hausse de la pauvreté due à la Covid-19) ; accroitre les recettes intérieures ; promouvoir la connectivité et le passage au numérique et accroitre la transparence ; améliorer la gouvernance ; éliminer la corruption pour engranger  un financement extérieur considérable.

Les besoins de financement brut de la région subsaharienne varient et avoisinent 90 milliards de dollars US, ils seront nécessaires pour la période 2020-2023 dont un peu plus de 50% correspondent à l’amortissement de la dette extérieure. « L’initiative de suspension du service de la dette a contribué à 0,3% des besoins jusqu’à présent ».  Il ressort qu’il faut au niveau de la région, plus d’engagement à une meilleure gouvernance, beaucoup de pays mettent en place des mesures de gouvernance …

Le recul par habitant au Nigéria est de 6 % c’est-à-dire que le pays a perdu le revenu de 10 ans en une année et d’autres perdront plus soit environ le revenu de 20 années de travail.

Au Bénin

Le Bénin fait partie des quelques pays qui ne connaîtront pas de récession à grâce à sa résilience. L’effet de la Covid-19 sur la croissance est plus accru certes mais anticipé au Bénin. La croissance est de 2 % ; cependant, le pays échappe à la récession.

Tour à tour, le Directeur général adjoint des Affaires économies du Ministère de l’Economie et des Finances (MEF), M. Adéchina Colaholé Elie Idohou, le Directeur général de l’APIEx ont apporté les raisons qui justifient la résilience du Bénin sous la conduite du Directeur de cabinet du MEF.

Aline ASSANKPON


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page