Flash Infos:

La formation aux compétences numériques de la Banque africaine de développement profite aux femmes : L’exemple de la Nigériane Olashile Odetola peut faire des émules


359 Vues

Ph: DR-: La Nigériane Olashile Odetola

Après avoir obtenu un diplôme en communication et en arts du langage de l’Université d’Ibadan au Nigéria en 2016, Olashile Odetola n’a pas pu trouver d’emploi. Mais un programme d’apprentissage en ligne piloté  par la Banque africaine de développement (BAD), lui a donné deux «cadeaux»: des compétences numériques et un sentiment de confiance. En effet, l’objectif est d’étendre le programme à 130 centres d’excellence à travers l’Afrique sur une période de 10 ans.

Odetola, 31 ans, était l’un des deux mille étudiants qui ont participé au programme de formation numérique «  Codage pour l’emploi  » lancé par la Banque africaine de développement en partenariat avec la société de technologie Microsoft en avril 2019 après des projets pilotes réussis au Nigeria, au Kenya, au Rwanda, au Sénégal et Côte d’Ivoire. 46% des étudiants étaient des femmes.

Odetola a déclaré que les compétences qu’elle a acquises grâce au programme de codage l’ont rendue plus compétitive sur le marché du travail. Elle a été autorisée à suivre le cours de formation avec des enfants en remorque – et allaitait même son dernier enfant

«Jamais de ma vie je n’aurais pensé avoir cette opportunité. Pour la première fois de ma vie, j’ai confiance en moi. Je travaille maintenant dans le confort de ma maison dans le domaine numérique », a-t-elle déclaré dans un auditorium bondé lors de la Conférence économique africaine (CEA) de cette année, qui s’est tenue à Charm el-Cheikh, en Égypte.

Après avoir terminé le programme de cinq semaines, Odetola travaille maintenant en fournissant l’annotation et l’étiquetage pour une entreprise en ligne. «Cela m’a aidé à soutenir la famille», a-t-elle déclaré. «Quand j’ai vu cette opportunité de la Banque, j’ai sauté sur elle», a-t-elle déclaré.

Son témoignage a attiré les applaudissements de dizaines de jeunes plein d’espoir qui avaient été invités à assister à la conférence. Son témoignage illustre la stratégie de la Banque «  Emplois pour les jeunes en Afrique  », qui vise à créer 25 millions d’emplois d’ici 2025 et à doter 50 millions de jeunes africains de compétences compétitives..

«Emplois pour les jeunes est opérationnel et nous cherchons à créer un impact. Pas n’importe quel impact, mais un impact qui peut être mis à l’échelle. La jeunesse africaine mérite de la valeur – c’est ce que la Banque africaine de développement et ses partenaires ont cherché à créer », a déclaré Uyoyo Edosio, responsable de programme à la Banque africaine de développement.

« Nous avons placé tous nos paris sur les jeunes et pour la première fois, le secteur privé, les organismes non gouvernementaux et les institutions de développement comme la Banque ne parlaient pas de marge bénéficiaire, nous parlions de développement », a déclaré Edosio.

Globalement, l’objectif est d’étendre le programme à 130 centres d’excellence à travers l’Afrique sur une période de 10 ans. L’objectif est de créer neuf millions d’emplois et de permettre aux jeunes de devenir des acteurs innovants de l’économie numérique.

«Ce n’est qu’une étape dans ce voyage pour permettre à nos jeunes en Afrique d’obtenir les meilleurs emplois en informatique», a déclaré Rich Reynolds, directeur général de Microsoft Philanthropies Strategy, à propos du programme Coding for Employment.

Les ministres des gouvernements du Nigéria, du Libéria, du Soudan du Sud et d’Eswatini présents à la conférence, ont salué l’initiative en tant que précurseur dans la lutte contre l’énorme défi du chômage des jeunes avec lequel le continent est aux prises. Ils ont décrit les politiques menées dans leurs pays respectifs pour lutter contre l’emploi des jeunes.

L’AEC est hébergé par la Banque africaine de développement, en partenariat avec le Programme des Nations Unies pour le développement et la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique. Le thème de cette année était: Emplois, entrepreneuriat et développement des capacités pour la jeunesse africaine ».

Aline ASSANKPON

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page