Flash Infos:

Prix Jeunes Talents Afrique subsaharienne 2019 pour les Femmes et la Science : Vingt chercheuses africaines récompensées dont une Béninoise


82 Vues

Ph/ DR-: Une béninoise parmi les 20 chercheuses récompensées, Jesugnon Fifamè Murielle Féty TONOUEWA – Doctorante – Bénin – Université de Parakou

Jeudi 21 novembre 2019 au cours d’une soirée prestigieuse, organisée par la Fondation L’Oréal avec l’appui de l’UNESCO à Dakar au Sénégal.  Cette cérémonie était inscrite dans le cadre de la 10ème édition du programme régional de la Fondation pour « Les Femmes et la Science ».  L’honneur était revenu aux Vingt (20) jeunes chercheuses récompensées par le Prix Jeunes Talents Afrique subsaharienne 2019 selon un communiqué de presse du Groupe APO. Une compatriote, la 20ème sur la liste a honoré le Bénin parmi ces jeunes talentueuses de l’Afrique subsaharienne ; il s’agit de Jesugnon  Fifamè  Murielle Féty  TONOUEWA,  Doctorante à l’Université de Parakou.

« Parmi les chercheurs mondiaux, on compte seulement 2,4 % de scientifiques africains, dont à peine 30 % sont des femmes. Aujourd’hui, il n’y a pas assez de femmes scientifiques en Afrique. Au travers le Prix Jeunes Talents Afrique subsaharienne, nous mettons en avant et soutenons les extraordinaires chercheuses du continent, qui sont indispensables pour développer une recherche inclusive en Afrique, pour l’Afrique et menée par des Africains et africaines» a déclaré Alexandra Palt, Directrice Générale de la Fondation L’Oréal.

Issues de 15 pays, ces informaticiennes, ingénieures ou encore biologistes, témoignent de la diversité et du rôle crucial de la recherche scientifique au féminin sur le continent. Elles ont été célébrées devant un public venu de tout le continent africain. Madame Denise Nyakeru Tshisekedi, Première Dame de la République Démocratique du Congo, et Monsieur Cheikh Oumar Anne, Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation du Sénégal, ont honoré l’événement de leur présence.

D’autres personnalités étaient également présentes : représentants du monde scientifique et des pouvoirs publics, Dimitri Sanga, Directeur régional de l’UNESCO Afrique de l’Ouest (Sahel), intellectuels, leaders d’opinion, organisations  promouvant l’égalité des genres dont Hafsat Abiola, présidente de Women in Africa, et femmes influentes, notamment artistes, comme la chanteuse Coumba Gawlo Seck.

Un engagement historique de la Fondation L’Oréal auprès des femmes de science

Créé en 1998, le programme Pour les Femmes et la Science, mené par la Fondation L’Oréal en partenariat avec l’UNESCO, vise à promouvoir les femmes dans le monde de la recherche scientifique, où le plafond de verre reste une réalité. Depuis 21 ans, plus de 3 400 chercheuses issues de 118 pays ont été mises en lumière.

À travers le programme régional Jeunes Talents Afrique subsaharienne, la Fondation L’Oréal et l’UNESCO ont déjà accompagné 129 doctorantes et post-doctorantes, qui contribuent par leurs travaux à construire l’avenir du continent. Cette année, ce programme Afrique subsaharienne fête son dixième anniversaire. À cette occasion, la Fondation L’Oréal et l’UNESCO ont souhaité renforcer leur engagement et ont doublé le nombre de jeunes chercheuses récompensées chaque année en Afrique. Ainsi cette année, en plus des 7 femmes scientifiques récompensées en Afrique du Sud, 15 doctorantes et 5 post-doctorantes, originaires d’une quinzaine de pays d’Afrique subsaharienne, dont 2 du Sénégal, viennent d’être honorées. Elles ont été sélectionnées pour leur excellence scientifique parmi près de 400 candidatures.

Les Jeunes Talents ont reçu un soutien financier pour leurs travaux scientifiques, grâce à des dotations de 10 000 € pour les doctorantes et de 15 000 € pour les post-doctorantes. Ces 20 chercheuses et les 7 scientifiques du programme national d’Afrique du Sud, ont en outre bénéficié d’un programme de formation destiné à leur donner davantage les moyens de poursuivre leur carrière. Cette formation de quatre jours, dispensée par des experts internationaux sélectionnés par la Fondation L’Oréal, a abordé différentes disciplines : leadership, management, négociation, prise de parole en public, ou encore media training et personal branding.

Mlle Jesugnon  Fifamè  Murielle Féty  TONOUEWA, la 20ème sur le palmarès des Prix Jeunes Talents 2019, est Doctorante  à l’Université de Parakou (Bénin). Sa spécialité est la Sciences environnementales et elle fait des Travaux de recherche sur l’amélioration de la filière du bois au Bénin. Par ce prix, Mme Tonouéwa a le mérite de faire partie de ses lauréats et fait ainsi des émules au sein de la jeunesse estudiantine béninoise.

Ph: DR-: Les 20 femmes chercheuses africaines récompensées

Le palmarès des Prix Jeunes Talents Afrique subsaharienne 2019

1 – Regina Esinam ABOTSI – Doctorante – Ghana – Université du Cap, Afrique du Sud : Spécialité : Sciences médicales – Travaux de recherche : Déterminer la résistance aux antibiotiques de bactéries potentiellement pathogènes présentes dans les voies respiratoires des enfants infectés par le VIH.

2 – Becky Nancy ALOO – Doctorante – Kenya – Institution africaine Nelson Mandela pour la science et la technologie d’Arusha : Spécialité : Sciences microbiologiques – Travaux de recherche : Identifier de nouvelles espèces de rhizobactéries associées aux pommes de terre irlandaises, pour améliorer le rendement agricole.

3 – Fatoumata BA – Doctorante – Sénégal – Université Gaston Berger de Saint-Louis   : Spécialité : Médecine fondamentale – Travaux de recherche : Étudier le sommeil pour mieux lutter contre les maladies du métabolisme.

4 – Mercy Temitope BANKOLE – Post-Doctorante – Nigéria – Université fédérale de technologie de Minna : Spécialité : Chimie -Travaux de recherche : Cicatriser les plaies ouvertes plus rapidement et mieux grâce à un nanocomposite.

5 – Najah Fatou COLY – Doctorante – Sénégal – Université Cheikh Anta Diop de Dakar : Spécialité : Sciences biologiques -Travaux de recherche : Mieux comprendre les infections survenant lors de l’accouchement pour lutter contre la mortalité néonatale.

6 – Funmilola FAGBOLA – Doctorante – Nigéria – Université de technologie de Ladoke Akintola : Spécialité : Génie électrique, électronique, ingénierie informatique Travaux de recherche : Détecter la désinformation à l’aide de modèles de preuve et d’apprentissage -approfondi et d’algorithmes inspirés de la nature.

7 – Nowsheen GOONOO – Post-Doctorante – Ile Maurice – Université de Maurice, Moka : Spécialité : Sciences des matériaux- Travaux de recherche : Éviter les amputations en améliorant la cicatrisation des plaies diabétiques.

8 – Fatou JOOF – Doctorante – Gambie – Université ouverte de Banjul : Spécialité : Sciences biologiques – Travaux de recherche : Développer de nouvelles stratégies antipaludiques en suivant des mutations génétiques.

9 – Ruth KIHIKA – Doctorante – Kenya – Université Kenyatta de Nairobi : Spécialité : Chimie -Travaux de recherche : Identifier des cibles géniques corrélées avec des agents biochimiques, responsables de la résistance des plantes aux parasites.

10 – Stéphanie Maubath Carène KONAN – Doctorante – Côte d’Ivoire – Université Félix Houphouët Boigny d’Abidjan : Spécialité : Informatique et science informationnelle  -Travaux de recherche : La géomatique au service de la lutte contre la malnutrition.

11 – Carine KUNSEVI-KILOLA – Doctorante – République Démocratique du Congo – Université de Stellenbosch, Afrique du Sud : Spécialité : Sciences de la santé -Travaux de recherche : Lutter contre la contamination par la tuberculose chez les diabétiques.

12 – Jacqueline KYOSIIMIRE-LUGEMWA – Post-Doctorante – Ouganda – MRC/UVRI & London School of Hygiene & Tropical Medicine (LSHTM), Unité de recherche ougandaise : Spécialité : Sciences de la santé : Travaux de recherche : Produire des données complètes sur l’état immunitaire préexistant en apportant des réponses de vaccin au virus du VIH en Ouganda.

13 – Henintsoa Onivola MINOARIVELO – Post-Doctorante – Madagascar – Université de Stellenbosch, Afrique du Sud : Spécialité : Sciences des mathématiques -Travaux de recherche : Utiliser des simulations mathématiques et des calculs informatiques pour prédire la disparition d’animaux pollinisateurs.

14 – Celia MOFFAT JOEL MATYANGA – Doctorante – Zimbabwe – Université du Zimbabwe, Harare : Spécialité : Médecine fondamentale -Travaux de recherche : Utiliser les interactions entre une médecine traditionnelle à base de pommes de terre africaines et le traitement de première ligne du VIH/SIDA.

15 – Mweete NGLAZI – Doctorante – Zambie – Université du Cap, Afrique du Sud : Spécialité : Sciences de la santé -Travaux de recherche : Analyser le surpoids et l’obésité en Afrique du Sud : le cas des femmes en âge de procréer.

16 – Ines NGOH – Doctorante – Cameroun – Université de Buea et London School of Hygiene & Tropical Medicine (LSHTM), Unité de recherche gambienne, Gambie : Spécialité : Sciences biologiques Travaux de recherche : Comprendre les variations génétiques utilisées par les populations naturelles de parasites du paludisme.

17 – Georgina NYAWO – Doctorante – Zimbabwe – Université de Stellenbosch, Afrique du Sud : Spécialité : Sciences de la santé Travaux de recherche : Évaluer le microbiome chez les patients atteints de tuberculose pour mettre au point de nouvelles interventions cliniques et thérapeutiques

18 – Cécile Harmonie OTOIDOBIGA – Post-Doctorante – Burkina Faso – Université de Ouagadougou Joseph Ki-Zerbo – Spécialité : Sciences biologiques -Travaux de recherche : Améliorer la productivité du riz de bas-fond en Afrique de l’Ouest.

19 – Francine TANKEU – Doctorante – Cameroun – Université de Yaoundé 1 !: Spécialité : Sciences biologiques -Travaux de recherche : Soigner la leucémie en alliant biochimie et pouvoir des plantes.

Aline ASSANKPON


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page