Flash Infos:

Le Bénin en deuil /  Le patriarche Albert Sourou Tévoédjrè s’en est allé…Une vie riche et foisonnante qui force l’admiration


126 Vues

Ph.; DR-: Albert Sourou Tévoédjrè, une figure emblématique du Dahomey d’hier et du Bénin d’aujourd’hui.

Une carrière bien remplie, entièrement dédiée à la promotion collective des hommes, Dirigeant de mouvements estudiantins, chef syndicaliste, fondateur de partis politiques, universitaire  émérite, écrivain engagé, haut fonctionnaire des Nations Unies, ministre, médiateur de la République et enfin frère Melchior : une soirée de vie consacrée spirituellement à Dieu, l’Omnipotent. Que savons-nous au fait de Albert Sourou Tévoédjrè, une figure emblématique du Dahomey d’hier et du Bénin d’aujourd’hui ? Juste quelques bribes que nous avons eu la chance de conserver à travers quelques rencontres.

Semer à tout vent des idées, inventer des voies singulières pour l’avenir, découvrir des terres nouvelles : Albert Sourou Tévoédjrè s’y était essayé avec succès tout au long d’une vie riche et foisonnante. Heureusement qu’il a eu le temps de laisser à la postérité un testament dans lequel il livre les recettes de toute une existence : « Le bonheur de servir » préfacé par son autre ami qui l’a devancé pour l’éternel voyage, Feu Kofi Annan, l’ancien Secrétaire général de l’Onu.

Lorsque je lui demandais s’il a le sentiment d’avoir accompli sa mission sur terre alors que l’homme venait de fêter ses 80 ans, il me répondit. «J’ai répondu autant que faire se peut aux appels de la providence. Je voudrais d’abord préciser que ce n’est pas les titres qu’un homme s’apprécie. Il y a des gens qui n’ont eu aucun titre et qui ont accompli des choses merveilleuses. Donc, c’est le fait que dans un pays où l’espérance de vie est peut-être 50 ans, un pays où les enfants meurent à bas-âge (…) moi j’ai grandi et me retrouve aujourd’hui à l’âge que vous savez. J’ai un sentiment de gratitude vis-à-vis du Créateur et souhaite que beaucoup d’autres atteignent cet âge ». C’était au cours d’un entretien qu’il nous avait accordé aux lendemains à son domicile à Djrègbé sur la route de Porto-Novo.

En effet, « Le bonheur de servir » c’était son livre de témoignage personnel parce que le quadragénaire a vu des monts, des merveilles et de toutes les couleurs ; mais aussi  un livre d’engagement. Tant il avait encore la soif de bien faire. Ce qui nous pousse à lui demander  au soir de sa vie, ce qui lui reste encore à faire?

Le militant de tous les temps a répondu : « Nous avons tous une perspective de vie très limitée. (…) Notre vie est une phase unique semée de virgules, coupés par des points. Par conséquent, chaque jour, il y a un pas à faire, quelque chose à apprendre, un conseil à donner, une pensée et une prière à faire. Entre aujourd’hui et le jour où le Seigneur m’appellera, il y a encore énormément à faire sur l’éducation, la santé, le développement, la réflexion, l’exemple à donner, l’interrogation à poser. On est là aussi pour témoigner et le témoignage permet aux jeunes, aux générations qui nous suivent de faire mieux ou d’éviter des erreurs que nous avons faites ».

Sa triple formation de séminariste, d’historien et de militant, transparait toujours dans ses réflexions. Selon lui, la jeunesse doit retenir que l’Afrique a besoin de travail. « Le travail des Africains a aidé les autres pays à se développer. Aux Etats-Unis, nous avons contribué par notre travail, notre sueur et notre sang. Nous avons aidé les Européens dans leur lutte de libération. Mais aidons-nous nous-mêmes enfin» martela-t-il.

«Travaillons pour nous-mêmes. Refusons la tricherie et la fausseté pour sortir des dirigeants tels que nous les voulons, dévoués au développement vrai de nos nations. Donnons une chance aux organisations régionales de nous aider à avoir des espaces de développement cohérent et solide (…). Rien ne vaudra encore une fois le travail, le travail, le travail ».

Tévoédjrè, une vie… Né le 10 novembre 1929 à Porto-Novo, licencié d’Histoire et Docteur en Sciences économiques et sociales, Albert Sourou Tévoédjrè a été défenseur infatigable du développement, pourfendeur d’injustices, promoteur des droits de l’homme. Personnage « atypique », de son parcours militant exceptionnel, l’on retient que de Porto-Novo à Toulouse, de Dakar à Genève, d’Abidjan à New-York, il s’est engagé dans le syndicalisme étudiant, à servir en politique, à participer aux affaires publiques et à donner ses lettres de noblesse à la prospectives sociale. Directeur adjoint du Bureau international du Travail (BIT), il sut y faire entendre la voix de l’Afrique. Chercheur, professeur dans les Universités les plus prestigieuses (Sorbone, Harvard), il eut le souci de faire partager ses connaissances et sa vaste expérience. Partie prenante du Renouveau démocratique politique au Bénin, il joua un rôle décisif durant la conférence nationale de 1990 dont il fût le Rapporteur général. Après avoir été représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Côte-d’Ivoire, l’homme porta le manteau du Médiateur de la République du Bénin et celui du président de l’Association des médiateurs de l’Uemoa avant de les troquer contre son titre du Frère Melchior pour une vie consacrée à la spiritualité tournant ainsi dos à la politique tumultueuse. Tournant définitivement dos à tous ceux qui l’estiment et le respectent. Va en paix, Vaillant combattant car tu as combattu le bon combat ! Dors en paix, Patriarche et que la bénédiction du ciel t’accompagne ! (A.A.)
L’intelligentsia béninoise qui force l’admiration à l’international encouragea donc la jeunesse béninoise et africaine à rêver, à avoir de l’ambition et de l’audace. Il s’indigne contre l’attitude flemmarde des Africains. « J’ai une certaine pitié pour les hommes qui ne rêvent pas. Car ils n’inventent rien et je ne voudrais pas être à la place de celui qui n’a aucun dessein… Mes rêves constituent un travail véritable au cours duquel il m’est suggéré la forme originale de me sortir d’un passage étroit.  La réponse est toujours à créer. Sans rêve, je serai stérile. Et sans rêve, le monde serait totalement misérable ».

C’était juste quelques extraits de notre entretien pour rendre hommage au patriarche béninois, à la figure emblématique du Dahomey d’hier et du Bénin d’aujourd’hui.

Aline ASSANKPON


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page