Flash Infos:

Contraception : La peur des effets secondaires freine l’utilisation des méthodes à Abomey Calavi


261 Vues

Ph: DR-: L’offre des produits peut sûrement permettre de relever ce défi

Les effets secondaires sont des changements ou modifications qui s’opèrent dans l’organisme de la femme pendant l’utilisation des méthodes contraceptives modernes. Ils dépendent généralement de l’organisme de chacun et sont souvent la cause d’abandon ou de refus d’utiliser des méthodes contraceptives modernes. Toutefois, les effets secondaires sont gérables.

« Je suis sous contraception depuis deux ans. J’utilise le jadel. Mais depuis je n’ai plus mes menstruations. En plus de l’absence des règles, j’ai des douleurs au bas ventre… » Voilà le témoignage, dans l’anonymat, d’une jeune fille de 19 ans, rencontrée au quartier Agori centre, dans la commune d’Abomey-Calavi. Comme elle, une multitude d’autres jeunes filles et femmes ont le même problème d’effets secondaires. Cela entraine souvent l’abandon de la contraception avec au bout du rouleau des risques de grossesse indésirée et d’avortement clandestin.

Face à cette triste réalité la stratégie de porte à porte est à saluer pour sortir la population de la sous-information, de l’ignorance et pouvoir atteindre l’objectif de 15% contre les 5 à 6% de taux de prévalence contraceptive actuelle. L’emploi des relais communautaire pour accompagner les sages-

Ph: DR-: Sabine Diogo, sage-femme au centre de santé communal d’Abomey Calavi

femmes dans la sensibilisation et l’offre des produits peut sûrement permettre de relever ce défi. Des explications d’un relais communautaire, il ressort que la douleur ressentie au bas ventre par la jeune fille témoin n’a aucun rapport avec la méthode contraceptive utilisée. « Cela est peut-être due à une infection d’où la nécessité de consulter pour une meilleure prise en charge. Par contre, l’absence des règles est un effet secondaire gérable avec la possibilité de changer de méthode» rassure-t-il.

Selon Sabine Diogo, sage-femme au centre de santé communal d’Abomey Calavi, le centre enregistre assez de plaintes au sujet des effets secondaires. Toutefois, rassure-elle, ces effets secondaires sont gérables. A l’exception du noristérat qui est en rupture, une gamme variée de produits contraceptifs est disponible pour éviter d’avoir recours aux avortements clandestins dont les complications représentent une des causes évitables de mortalité maternel au Bénin. Il faut préciser aussi qu’on peut changer autant de fois que l’on veut  de méthode contraceptive dans la vie.

Mme Cécile Kougbonou, sage-femme d’état et responsable du service de la planification souligne qu’avant d’administrer une méthode à une femme il faut l’examiner d’abord. Cela n’est pas connu de toutes et elles ont peur des effets indésirables. Il y a même des pertes

Ph; DR-: Pour des lendemains meilleurs à la planification familiale à Abomey-Calavi

de vue. «Nous sommes entrain de les sensibiliser pour les mettre en confiance. Il y a eu même l’organisation d’une campagne de sensibilisation de cinq jours dont trois jours consacrés à une journée porte ouverte pour faire découvrir le centre, ses différents services et locaux  et deux jours pour le projet TCI visant à repositionner la planification familiale dans la commune ». « Avec ce projet, nous avons intégré la planification familiale dans tous les services qui composent le centre » affirme la sage –femme. Un lendemain meilleur est donc possible pour la planification familiale dans la commune d’Abomey – Calavi.

Eléonore Ezin


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page