Flash Infos:

Mise en service d’une chaine de froid à l’aéroport de Cotonou pour l’exportation de l’Ananas béninois Le Gouvernement relance ainsi la filière Ananas.


226 Vues
Ph: DR-: L’ananas béninois, très convoité et apprécié pour sa qualité dans le monde entier

Ph: DR-: L’ananas béninois, très convoité et apprécié pour sa qualité dans le monde entier

L’aéroport de Cotonou est désormais doté d’une chaine de froid destiné à conserver l’Ananas béninois avant son embarquement. L’équipement a été mise en service jeudi 28 Février 2019 en présence des responsables de l’aéroportuaire, du ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, Gaston Cossi Dossouhoui, du Directeur de cabinet du ministère des Infrastructures, de l’Ong américaine Partners for Development (PfD) et des Exportateurs de l’Ananas. 

Aline ASSANKPON

L’ananas béninois, très convoité et apprécié pour sa qualité dans le monde entier a pendant longtemps souffert de problème de conservation. Plusieurs tonnes de cargaisons de l’ananas ont été refoulées par les clients pour des raisons de conditionnement et surtout de conservation avant son exportation. Alors que la filière est très porteuse puisque la demande existe non seulement dans la région mais également sur le marché européen.

Quand bien-même, le Bénin regorge des espaces cultivables adéquates pour une culture à grande échelle et pour développer la filière, le hic, c’est le problème de conservation qui semble aujourd’hui trouver un début de solution.

Sans une chaîne de froid, l’ananas béninois est moins compétitif sur les marchés internationaux puisque l’ananas destiné à l’exportation est collecté au bord des champs et n’entre dans la chaîne de froid qu’une fois embarqué dans les avions. Alors que pour préserver leur fraîcheur, leur durée de vie et leurs qualités, les clients européens recommandent que l’ananas soit placé dans des chaines de froid depuis la récolte jusqu’en Europe. Une contrainte logistique qui impose des délais stricts aux exportateurs qui peuvent parfois perdre une partie de leur cargaison en cas de manque de place sur les vols a expliqué l’un des acteurs de la filière.

Conscient de la plus-value que génère cette filière classée parmi les cultures de rentes dans l’économie nationale, le Gouvernement a donc décidé en liaison avec les acteurs de la filière de solliciter l’appui financier des Partenaires techniques et financiers (PTF) pour la réalisation de cette infrastructure de conservation. Les acteurs de la filière ont également promis œuvrer aux côtés du gouvernement pour l’aider à atteindre ses ambitions pour la filière.

Ainsi, l’équipement qui a été mise en place par Partners for Development (PfD), a bénéficié du financement du département américain de l’agriculture pour mettre en œuvre le projet Pineapple Processing for Export (PINEX) au Bénin. Installé au Bénin depuis Octobre 2015 jusqu’en décembre 2020, le projet PINEX a, au nombre de ses activités prévu la réalisation d’une unité de réfrigération de l’ananas destiné à l’exportation en Europe. Cette mise en place de la chambre froide est donc une réalité soutenue par les exportateurs béninois, le gouvernement et PINEX.

«C’est avec un sentiment de reconnaissance que j’emprunte la voie de tous les acteurs de la filière ananas et associe la mienne pour remercier l’Ong PfD pour le travail inlassable qu’elle mène aux côtés des acteurs de la filière ananas du Bénin. Depuis toujours, le problème a toujours été posé et nous n’avons jamais eu de solution. L’ananas est un gisement d’emplois et de la valeur ajoutée. Aujourd’hui, il s’agit d’exploiter ce gisement à bon escient pour que nous puissions booster la filière ananas du Bénin. Je pense que, si la volonté actuelle du gouvernement persiste, et que la détermination actuelle des partenaires technique et financiers qui appuient la filière ananas au Bénin reste intacte, nous pouvons faire de l’ananas, l’un des leviers les plus importants pour le développement économique du Bénin » a déclaré Jean Xavier Satola, représentant l’Association des exportateurs d’ananas du Bénin.

Ph: DR: Le Gouvernement envisage de porter cette exportation à 12.000 tonnes par an à partir de 2021

Ph: DR: Le Gouvernement envisage de porter cette exportation à 12.000 tonnes par an à partir de 2021

Pourvoyeur d’emplois, l’ananas peut offrir des paquets de solutions au problème récurrent de chômage auquel est confrontée la jeunesse béninoise. Ce que le PfD a compris ; de même que le Gouvernement qui, conformément au PAG, souhaite l’exportation de 12.000 tonnes d’ananas d’ici 2021. Alors que les prévisions actuelles donnent 4.000 tonnes par an. « Une ambition bien risquée mais qui peut être comblée avec notre détermination. Les acteurs de la filière feront tout ce qui est de leur possible pour que cet objectif du gouvernement puisse être atteint » promet M. Satola.

Rappelant que cette chambre froide est destinée non seulement aux ananas à l’exportation ; mais aussi à tous produits agricoles de la chaîne des exportations dont la qualité nécessite une chaine de froid, Mme Cynthia, Responsable de la PfD rassure les exportateurs :  «Avec cette chambre froide, les exportateurs n’ont plus de souci à exporter leur ananas de l’aéroport de Cotonou à n’importe quel moment de la journée. Cette vision de PINEX s’accorde bien avec les ambitions du Gouvernement du Bénin de porter cette exportation à 12.000 tonnes par an à partir de 2021. En installant cette chambre froide, PINEX aide le Bénin à relever ce défi ».

Pour renchérir, le ministre de l’Agriculture, Gaston Cossi Dossouhoui, dira que l’USDA et PfD ont vu juste en mettant en œuvre le projet PINEX qui actuellement est le seul en cours au Bénin sur la filière. « Centré uniquement sur l’ananas, le projet PINEX a des objectifs très clairs en matière de renforcement de la productivité, de la transformation et de l’exportation des ananas et ses dérivés sur les marchés régional et européen. Je tiens à vous dire publiquement et sincèrement merci pour votre inestimable appui, surtout quand on sait la place de choix que le programme d’action du Gouvernement actuel (PAG 2016-2021), dans son volet agricole, accorde au développement de la filière ananas, en tant que l’une des filières à haute valeur ajoutée ».

Selon le ministre, le gouvernement s’est fixé comme objectif d’atteindre une production record de 600.000 tonnes d’ananas par an à partir de 2021. De même, les exportations de fruit frais vers le marché international vont augmenter de 4.000 tonnes en 2015 jusqu’à 12.000 tonnes. Quant à la transformation, elle couvrira au moins 50% de la production nationale d’ananas frais.

L’équipement installé dans la zone de fret de l’aéroport de Cotonou est alimenté par l’énergie solaire et contribuera à la résolution d’une difficulté majeure longtemps rencontrée par les exportateurs de l’ananas au Bénin.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page