Flash Infos:

Théâtre Fora / Dialogue communautaire sur l’accès des femmes à la terre au Bénin : Pour favoriser l’autonomisation foncière des femmes en milieu rural


5 Vues
Ph: DR-: M.Didier Pascal-Zinsou, l'administrateur de la CAO en pleine sensibilisation à Kpakpamè Centre (Tindji)

Ph: DR-: M.Didier Pascal-Zinsou, l’administrateur de la CAO en pleine sensibilisation à Kpakpamè Centre (Tindji)

Jeudi 14 Février 2019 – quatrième jour du Théâtre Fora dans le département du Zou – a conduit l’équipe de sensibilisation composée des responsables du Centre Afrika Obota (CAO) et du Coordonnateur national du Projet EWOH2 dans l’arrondissement de Kpakpamè-Centre à Tindji (Commune de Za-kpota). Outre les femmes (responsables de groupements féminins, transformatrices de produits agricoles et agricultrices) massivement mobilisées, les élus locaux (Chef de villages et de quartiers) sous la présence effective du Chef d’Arrondissement de localité, personne n’a voulu se faire compter l’événement.

(Aline ASSANKPON)

Ph: DR-: Hommes et femmes ont saisi l’occasion pour exposer leur préoccupation en matière des droits fonciers.

Ph: DR-: Hommes et femmes ont saisi l’occasion pour exposer leur préoccupation en matière des droits fonciers.

Et pourtant, le message est le même partout : Amener les femmes à s’approprier du contenu des nouvelles dispositions qui favorisent leur droit d’accès pour une autonomisation foncière et financière ; Amener les hommes à respecter le droit d’accès des femmes à la terre et aux ressources naturelles et  impliquer les élus locaux à soutenir et à rassurer les femmes quant à sur la répartition légales des biens mobiliers de leurs parents défunts.

En effet, la terre étant un élément capital pour la promotion des activités économiques surtout en milieu rural. Son accès équitable est une condition essentielle pour juguler la pauvreté et impulser le développement durable. Au Bénin, malgré l’adoption des politiques et lois visant à sécuriser les droits fonciers des citoyens, force est de reconnaître que certains groupes de personnes notamment les femmes et les jeunes filles sont défavorisées dans le processus d’accès à la terre. La question foncière est toujours gérée selon les traditions dans une relation sociale précaire et négociée très défavorable à la femme.

Ph: DR-: Les femmes de Kpakpamè, très enthousiastes ont accueilli la bonne nouvelle

Ph: DR-: Les femmes de Kpakpamè, très enthousiastes ont accueilli la bonne nouvelle

La présente séance de sensibilisation et de vulgarisation a pour but d’encourager le dialogue communautaire sur la problématique de l’accès des femmes à la terre en milieu rural. Il s’agit de partager avec la population rurale, les réponses et solutions durables proposées par le Code des personnes et de la famille en lien avec le Code foncier et domanial face aux pratiques ancestrales qui empêchent les droits d’accès des femmes à la terre et aux ressources naturelles.

Très accueillie, femmes et hommes ont saisi l’occasion pour exposer leur préoccupation en matière des droits fonciers et surtout les nouvelles dispositions relatives au droit successoral des femmes en milieu rural.

Ph:DR-: es élus locaux ont rassuré les uns et les autres sur la pertinence de ces textes juridiques.

Ph:DR-: es élus locaux ont rassuré les uns et les autres sur la pertinence de ces textes juridiques.

Désormais informés, les hommes ont du mal à dissimuler leur pessimisme sur la mise en œuvre effective des textes ; tandis que les femmes très enthousiastes ont accueilli la bonne nouvelle et à leur suite, les élus locaux ont rassuré les uns et les autres sur la pertinence de ces textes juridiques.

Demain Vendredi 15 Février, dernier jour de la campagne de sensibilisation à travers le théâtre fora sur le dialogue communautaire, le cap sera mis sur la Commune de Djidja, localité réputée grenier du Zou.

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page