Flash Infos:

Atelier de Formation des Journalistes pour la promotion des Droits fonciers des femmes au Bénin : Associer les hommes des médias à la campagne de sensibilisation


7 Vues

Une vingtaine de journalistes renforcent leur capacité sur les Droits fonciers des femmes au Bénin dans les départements de l’Atlantique et du Zou. Avec l’appui financier du Konrad Adenaeur Stiftung (KAS), cet atelier de formation a pour objectif fondamental d’associer les journalistes, animateurs des radios communautaires et quelques représentants de la Société civile à la campagne de sensibilisation  pour un changement de comportement.  C’était du 24 au 26 Avril 2017 au Royaume Hôtel d’Allada.

A l’ouverture des travaux, (de gauche à droite) Messieurs, Florent Moroya du Ministère de la promotion de la femme, Mounirou Mohamed Tchacondoh représentant de la Fondation Konrad Adenauer Stiftung et Mme Françoise Agbaholou, modératrice.

A l’ouverture des travaux, (de gauche à droite) Messieurs, Florent Moroya du Ministère de la promotion de la femme, Mounirou Mohamed Tchacondoh représentant de la Fondation Konrad Adenauer Stiftung et Mme Françoise Agbaholou, modératrice.

Dans le cadre des réformes de la politique foncière, le Bénin – à l’instar des pays voisins de l’espace régional ouest-africain – a déployé beaucoup d’efforts avec une forte implication des Partenaires techniques et financiers, des organisations internationales et des organisations de la société civile notamment les organisations paysannes.

Malgré ces actions réformatrices, il est constaté sur le terrain que les femmes béninoises surtout celles des milieux ruraux, continuent d’être victimes d’injustices en matière de droits fonciers.  Une situation qui amène la Fondation Konrad Adenauer – dans le cadre de son projet « Un monde Sans Faim2 : Les Droits foncier des femmes en Afrique de l’Ouest » – a organisé le présent atelier.

En effet, à travers le projet « Un monde Sans Faim2 » le ministère fédéral Allemand de la Coopération économique et du développement, souhaite relever certains des plus grands défis de l’humanité : la faim et la malnutrition et de surcroit les problèmes fonciers auxquelles les femmes béninoises sont confrontées au quotidien en milieu rural.

Au titre des engagements pris, les objectifs spécifiques suivants sont poursuivis. Il s’agit notamment de permettre aux femmes d’être informées sur le contexte juridique traditionnel et codifié et les moyens de recours en cas de violation de leurs droits ; d’amener les élus locaux, des agents de l’administration, les autorités traditionnelles à prendre en compte les droits des femmes dans l’attribution, l’exploitation des terres et dans le cas d’expropriation afin de procéder à des réparations ; d’amener les décideurs politiques à prendre en compte les intérêts et les besoins des femmes dans les réformes de la loi foncière et tout le contexte juridique associé ; d’amener les décideurs politiques à faire appliquer les textes pour la jouissance effective des droits que les textes confèrent à la femmes et enfin d’amener les femmes à connaître les dispositions qui leur sont favorables dans les textes afin de s’organiser pour en jouir.

Une vue partielle des participants

Une vue partielle des participants

Diverses communications sont prévues pour renforcer les capacités des journalistes et animateurs des radios communautaires rurales qui devront enfin de compte, se répartir en groupes de travaux pour faire des propositions et recommandations sur les techniques et méthodes à adopter pour une plus grande connaissance du grand public sur les droits fonciers de la femme à travers des actions concertées. Il s’agira pour les hommes des médias de s’approprier de l’arsenal juridique existant dans ce domaines ; de susciter une prise de conscience générale de la communauté et de la classe dirigeante sur la situation des droits d’accès des femmes au foncier ; afin de réduire  les obstacles et entraves coutumières à l’accès des femmes à la propriété foncière.

«Cet atelier revêt un intérêt stratégique important car il s’agit ici de renforcer les capacités des journalistes de la presse écrite et des animateurs des radios communautaires et rurales à produire des articles de plaidoyer et à réaliser des émissions de qualité qui prennent en compte le genre et le foncier de façon systématique » a souligné le représentant de la Fondation, M. Mounirou Mohamed Tchacondo, responsable du séminaire.

Au sortir des trois jours de travaux, les hommes des médias  devront être mieux outillés pour  : avoir une meilleure appropriation de la problématique des droits d’accès des femmes au foncier ; savoir comment faire appel aux directives (lois internationales et nationales et instruments ) qui promeuvent les droits fonciers et qui luttent  contre les discriminations des femmes  à l’accès au foncier ; comprendre les rôles et responsabilités des acteurs dans la promotion de l’accès des femmes au foncier ; être en mesure d’identifier des sujets et de présenter des protocoles d’émissions pour réaliser des émissions radiophoniques avec les experts du domaines foncier et enfin élaborer un plan de travail en vue des rédactions et diffusions d’articles  sous forme de plaidoyer à publier dans leurs journaux.

Aline ASSANKPON


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page